vendredi, juillet 19, 2024
AccueilDiversTout ce qu'il faut savoir sur les Chérubins

Tout ce qu’il faut savoir sur les Chérubins

Les noms des chérubins révèlent l’effusion de la sagesse

chérubins1.jpgLes noms des chérubins, qui révèlent l’effusion de la sagesse, montrent leur qualité de connaissance et d’intuition de Dieu. Ces êtres ont été créés pour transmettre la sagesse divine et la beauté de la connaissance, remplissant l’univers de la sagesse de Dieu.

En effet, de par la signification même de leur nom, la capacité de connaître et de contempler Dieu, instant après instant, pour recevoir de Lui les plus grandes grâces, et cela pour remplir davantage de lumière et de sagesse ceux qui trouvent en dessous d’eux. Ils aident tous les sages et donnent de la force à ceux qui écoutent la parole du Seigneur.

Selon le célèbre angélogue chrétien Denys l’Aréopagite : « Le nom des chérubins dénote leur pouvoir de connaissance, leur témoignage du Seigneur, leur réceptivité au Don de Lumière, la contemplation de la Beauté de la Tête du Seigneur lors de la Première Annonce, et ils sont également ceux qui participent à la Sagesse Divine et se déversent abondamment, sur tout, la source de leur sagesse ».

Les Chérubins sont la voix de la sagesse divine, ceux qui détiennent la plénitude de la connaissance de la Création Divine. Ce sont des Anges de la Sagesse, du Discernement et de la Connaissance. Ce sont les sages aux yeux multiples qui expriment la richesse du savoir ou l’effusion de la sagesse.

Les chérubins gardent la porte du paradis et sont les porteurs de la sagesse ultime de l’univers. Les chérubins sont les anges qui se tiennent à l’est de l’Éden, pour s’assurer qu’aucun des indignes n’y entrera après l’expulsion d’Adam et Ève : « Yahvé, après l’expulsion d’Adam et Ève, a mis les chérubins avec des épées de flammes. pour garder le chemin de l’Arbre de Vie ». (Ancien Testament, Genèse, III, 24).

Une description plus ancienne montre les chérubins ayant quatre visages, quatre ailes et des yeux de paon. Les quatre visages symbolisent leur vigilance et leur connaissance éternelles – qui englobent toutes les formes de la Création – les ailes les associent mystiquement aux quatre vents et les yeux de paon suggèrent leur omniscience.

Les descriptions bibliques varient, mais les chérubins sont généralement représentés comme des êtres ailés. Les chérubins sont également représentés avec le corps d’un taureau ailé, d’un aigle ou d’un sphinx et avec des visages d’hommes ou de lions.

En langue hébraïque, le nom chérubin signifie débordement, esprit, sagesse. L’ordre sacré des chérubins est appelé dans la tradition hébraïque Ophaim et est influencé par la deuxième Sephirah de l’arbre séphirotique, Hochmah ou Sagesse. Dans la Kabbale, le Nom de Dieu correspondant à cette hiérarchie est le Tétragramme, qui signifie « la Divinité pleine d’idées ». Le principe divin qui nous est révélé à travers les chérubins est le « Commencement », aspect complémentaire par ailleurs du principe représenté par l’ordre céleste des trônes, qui est la « Fin ».La Kabbale nous informe que la partie de l’être humain associée à ces anges est représentée par les poumons.

Dans l’ancienne Perse et chez les Assyro-Babyloniens, toute une science des anges s’était développée. Le terme hébreu chérubin correspond au mot babylonien Karibu, qui désignait des génies mi-humains, mi-animaux qui veillaient aux portes des temples et des palais, tels des gardiens de trésors, comme les dragons aux portes des palais chinois. Certains érudits le relient à Kirabu, le nom d’un dieu centaure assyrien, et d’autres suggèrent que le nom chérubin pourrait être dérivé du terme grec griffon.

Les Chérubins sont des Esprits d’Harmonie

En tant qu’anges du Second Ordre (Chœur), les Chérubins représentent la joie, le bonheur et l’essence de la Création. Ce sont des esprits d’harmonie, impressionnants par l’abondance de connaissances et l’effusion de sagesse.

À travers les chérubins, la sagesse se déverse pour voir et connaître la loi divine. Les Chérubins ont pour tâche de veiller aux détails nécessaires au maintien de l’ordre dans les Armées du Ciel.

Ce sont des messagers de Dieu, qui donnent par débordement d’amour et de connaissance. Lorsque nous ressentons leur amour, nous partageons notre connaissance profonde, reflet clair et direct de la sagesse qu’ils nous envoient dans l’espoir que nous connaîtrons Dieu et réaliserons l’immense amour inconditionnel qui nous habite.

Les chérubins nous livrent ainsi leur conscience pure et claire de l’unité de toute la création. Ils coordonnent les mouvements des planètes pour fédérer les impulsions planétaires dans un système parfaitement harmonisé.

La Kabbale les décrit comme les anges par lesquels Dieu met de l’ordre dans l’Univers, ayant l’attribut de sagesse. Ils sont associés à la deuxième lettre de l’alphabet hébreu, Beth, qui signifie une descente dans la dualité de la manifestation mais le maintien de la conscience au niveau de l’unité divine primordiale.

Le monde subtil des chérubins est lié sous un certain aspect au soi-disant troisième œil dans la sagesse orientale ; son éveil et sa dynamisation conduisent à la transcendance mentale, à l’installation d’un état de paix béatifique et d’extase divine.

Les Chérubins sont les Gardiens de la Lumière

Dans certains passages de la Bible, les chérubins sont décrits comme ayant des visages en laiton poli. Cela nous renseigne sur leur éclat impérissable, qui ne rétrécit ni ne se perturbe. Ce sont des êtres lumineux, possédant un parfait état de détachement, mais aussi d’une compassion incomparable. La paix divine jaillit de leur cœur. Ils possèdent l’état de perfection.

À travers les chérubins, Dieu transmet des rayons de lumière, d’amour et de connaissance de manière impersonnelle et universelle. Grâce aux chérubins, l’illumination est donnée aux yeux de l’âme. Les chérubins brillent de la lumière de la sagesse et de la connaissance de Dieu, ils sont les gardiens de la Lumière, ils sont éclairés dans les mystères divins et la connaissance des profondeurs de la sagesse.

Selon Denys l’Aréopagite (Sur la Hiérarchie Céleste, 206 – 207) les chérubins appartiennent à l’ordre supérieur, entre les trônes et les séraphins, « assis à proximité immédiate de Dieu (et recevant) les illuminations primordiales de la Théarchie (.. .), les apparitions de Dieu et la perfection la plus complète. »

Les chérubins, par rapport à Dieu, se caractérisent par la masse de la connaissance, c’est-à-dire par l’effusion de la sagesse ; le nom chérubin montre, en revanche, la capacité de connaître et de contempler Dieu, de recevoir les plus grandes grâces de sa lumière.

Ils sont décrits comme les gardiens des étoiles fixes. Les chérubins protègent toutes les galaxies et fréquentent n’importe quel temple religieux.

Rudolf Steiner, étudiant les Anciens Mystères, affirme que les chérubins, comme d’ailleurs les séraphins, n’agissent pas comme source d’une substance planétaire, comme le font les autres ordres angéliques. Ils sont montés au voisinage de la divinité, au-delà de toute sphère planétaire.

Les chérubins sont le véhicule de Dieu

Dans Ézéchiel, les chérubins sont ceux qui tirent le char du Seigneur, qui symbolise la soumission, l’humilité et le dévouement total à Dieu, mais aussi l’envie qu’ils font naître dans le cœur de ceux d’en bas, de s’élever. .

Dans le Psaume 17 il est dit : « et il (Dieu) monta sur les chérubins et vola ; il vola sur les ailes du vent ». Ici les chérubins sont un véhicule divin. Ils ont complètement abandonné leur propre volonté à la volonté divine, et élèvent les inférieurs à l’auto-exaltation, et communiquent les supérieurs aux inférieurs pour prendre soin d’eux.

Les chérubins sont décrits comme visitant le char de Dieu. Leur tâche principale dans la hiérarchie céleste est, en plus de chanter des chants de louange à Dieu, et de conduire le Chariot de Dieu (Merkabah), qui a pour symbole la clé du Ciel. La Merkabah – mentionnée dans la Bible par Ézéchiel – est le véhicule de Lumière Divine utilisé par le Tout-Puissant pour nous connecter aux royaumes spirituels.

En Egypte, ils sont représentés couverts d’ailes et d’yeux, symboles d’omniprésence et d’omniscience.

Dans la tradition rabbinique et occulte, les chérubins sont considérés comme les visiteurs ou conducteurs du char de Dieu, porteurs de son trône, personnifications des vents.

Les chérubins symbolisent la souveraineté divine

Du point de vue de la création, cette hiérarchie est la passerelle entre la non-manifestation et la manifestation. Si les séraphins appartiennent pleinement à la non-manifestation, régnant sur tout acte de création, en pensée, en parole et en action, et que les trônes sont ceux avec lesquels la manifestation naît, l’ordre des chérubins intervient entre les deux, ayant le rôle de transformateur, comme point de départ et retour, début et fin.

On retrouve chez eux, comme chez les séraphins, la capacité d’être omniprésent dans la manifestation, transcendant le temps et l’espace.

Les chérubins nous donnent leur conscience pure et claire de l’unité de toute la création.

Protecteurs divins de toute manifestation, les chérubins déploient leurs ailes sur les gens, leur enseignant le chemin vers la vérité, vers Dieu, à travers les hiérarchies inférieures.

Bien qu’ils soient orientés vers la manifestation, visant à amener à leur niveau ceux qui sont ouverts à la connaissance de soi, ils se révèlent rarement à eux. Ainsi, dans les représentations iconographiques de son église, on leur montre quatre ailes : avec deux elle cache son visage, avec les deux autres elle vole.

Pour Philon d’Alexandrie, les chérubins symbolisent les forces divines les plus élevées et les plus grandes, la souveraineté et la divinité.

Les chérubins sont les gardiens des mystères divins

chérubins3.jpgLes chérubins se caractérisent par une pleine compréhension des mystères de Dieu, dont ils sont les gardiens. Ainsi, au moment de construire l’arche de la loi, Dieu dit à Moïse : « Fais deux chérubins d’or, fais-les d’or battu, comme d’une seule pièce ; fais que ces chérubins sortent du couvercle par ses deux extrémités. que les chérubins aient les ailes déployées sur le couvercle d’expiation et que leurs faces soient tournées vers le couvercle. Mettez le couvercle sur l’arche, et mettez dans l’arche le témoignage que je vous donnerai. (Exode 25, 18-21)

Les Chérubins nous donnent l’opportunité d’apprendre les mystères de la vie, transformant cette connaissance en sagesse. Il ne s’agit en aucun cas de ces enfants bavards dans les œuvres d’art, mais de cette pureté d’esprit incarnée dans des enfants qui se savent pleinement protégés et aimés.

Les chérubins sont décrits comme les gardiens, les gardiens des écrits célestes, les meilleurs détenteurs de toutes les connaissances. Ils sont chargés de conserver les écrits du Ciel.

Dans l’art assyrien, les chérubins étaient représentés comme d’énormes créatures ailées avec des visages humains et des corps de taureaux, de sphinx, d’aigles, etc.

Ils étaient généralement placés comme esprits gardiens à l’entrée des palais et des temples.

Interventions des Chérubins

Les Chérubins sont les premiers anges mentionnés dans l’Ancien Testament : Genèse III, 24 ; Le troisième livre des Rois VI, 23-29, 32, 35 ; Ézéchiel I, 4-26, X ; Apocalypse IV, 6-9.

Dans Genèse III, 24 : ils gardent l’arbre de vie et le jardin d’Éden avec des épées flamboyantes, d’où leur nom de « flamme des épées tournoyantes ».

Dans Ezéchiel I, 10 – 14 : quatre chérubins, chacun avec quatre visages et quatre ailes, apparaissent au fleuve Kebar au prophète.

Dans le Troisième Livre des Rois VI, 23-29, 32, 35 : les deux chérubins du temple de Salomon sont sculptés en bois d’olivier.

Dans l’ouvrage Credința Ortodoxă, Jean Damascène décrit les chérubins comme ayant « plusieurs yeux ».

Le bienheureux Jean Ruysbroeck l’Admirable a écrit dans XIV dans son ouvrage Le Livre du Royaume des Adorateurs de Dieu sur les chérubins.

Camilla Battista Varano (1458-1524) La pauvre Claire de Camerino eut la vision d’un séraphin et d’un chérubin.

La mystique allemande Mechttild Thaller les décrit ainsi : « Les Chérubins sont les épées de Dieu. Ils sont vêtus d’une lumière pure et brillante ; leurs visages sont majestueux ; ils ont une certaine ressemblance d’expression avec celui de saint Michel. Ils sont entourés de feu. ; dans la main droite ils tiennent une épée de feu. Leur couronne est faite de rayons de soleil.

La célèbre mystique chrétienne Teresa D’Avilla (1515-1582) a vécu une expérience mystique extraordinaire, la soi-disant transverbération de son cœur, générée par un chérubin.

Dans la littérature classique, les chérubins apparaissent chez Dante Alighieri, le célèbre poète et initié. Au chant 28 du Paradis de la Divine Comédie, Dante décrit sa rencontre avec les chérubins :

« 94 Et j’entendis la gloire de chœur en chœur

vers le point fixe qu’est leur ubi éternel,

Et pour toujours ce sera pour eux comme c’était pour toujours le leur.

97 Et Elle, voyant mes pensées douteuses

Ce que j’avais, dit :  » en aux premiers rangs

Tu vois les Séraphins et les Chérubins,

100 Suis leur centre avec tant de rapidité

Pour être, autant qu’ils le peuvent, les mêmes avec le point clair,

Et ils peuvent l’être, car ils ont des vues sublimes.

106 Sache que leur plaisir J’ai chaud

Autant qu’ils peuvent voir

Dans le lieu de repos de chaque esprit.

109 Être heureux repose donc,

Comme vous pouvez le voir d’ici, sur l’acte de contemplation,

Car l’acte d’aimer vient juste après.

112 La mesure de cela, je le vois, c’est le paiement de la voiture.

Grâce à la bonne volonté et à la grâce qu’elle contient, elle grandit,

Et ainsi progressivement elle augmente au sommet de l’échelle.

Un commentaire : Dante avait entendu les anges chanter à Dieu (« point fixe », 94), autour duquel ils se déplaçaient sans cesse, imprégnés de sa grâce. Et Béatrice (« Elle », 97) qui a eu l’intuition de son désir de connaître la composition exacte des hiérarchies angéliques qui ont provoqué tant de disputes entre théologiens et sages (« Pensées douteuses », 97) lui a fourni les explications nécessaires. Il lui parle des Séraphins et des Chérubins qui, par la rapidité de leur mouvement, secondent les liens d’amour qui les unissent à Dieu (100). Ces ordres d’intelligences jouissent d’une félicité proportionnelle au degré d’intensité et de profondeur de leur vision de Dieu (106-108). La félicité céleste (110) est générée par la façon dont Dieu est perçu autant que par l’amour lui-même.

Les chérubins apparaissent dans Shakespeare comme des « chérubins aux yeux jeunes ».

Milton les décrit comme des « chérubins gouvernants ».

Dans les « Livres secrets d’Hénoch » les chérubins sont mentionnés dans plusieurs chapitres :

chap. 19, 3 : « Parmi eux se trouvent aussi six phénix, six chérubins et six anges à six ailes, qui ne cessent de chanter. Il est impossible de décrire la beauté de leurs voix, tant ils ravissent le Seigneur lorsqu’ils chantent aux pieds de Son trône. »

tête. 20, 1 : « Alors mes Anges m’enlevèrent et m’emmenèrent au septième Ciel, où je découvris une lumière extraordinaire composée de chœurs composés d’Archanges majestueux et imposants, de Forces incorporelles ; de Seigneurs, de Vertus, de Seigneurs, de Chérubins. , des Séraphins, des Trônes et de ceux aux yeux innombrables, j’ai également vu neuf régiments et stations de lumière de Ioannita.

tête. 21, 1 : « Les Chérubins, les Séraphins, les Anges à six ailes et ceux aux yeux innombrables se tenaient devant le Trône, debout devant Dieu. Ils accomplissaient Ses commandements et couvraient tout Son Trône en chantant : « Saint, Saint, Saint es-tu. Seigneur et Maître Savaot, le Ciel et la Terre sont pleins de Ta gloire. »

ch. 22, 3 : « Mais après tout, qui suis-je, Hénoc, pour décrire Sa présence inexprimable et Son visage merveilleux ? Je ne peux même pas décrire ses innombrables attributs et ses voix si variées. Son trône est génial et évidemment pas fait de mains. Je peux à peine décrire les Chérubins et les Séraphins et leurs chants incessants… »

ch. 14, 11 et 18 : « Le toit était comme une voûte étoilée percée d’éclairs ; plusieurs chérubins brillants se tenaient au milieu, et le ciel au-dessus d’eux était comme un nuage clair. » (…) « J’ai regardé et j’ai vu à l’intérieur d’un trône élevé, comme du cristal. Tout ce qui était autour brillait comme le Soleil et la voix des chérubins se faisait entendre. »

ch. 20, 1 et 7 : « Voici les noms des saints Anges Gardiens :  » (…)  » Gabriel règne sur le Ciel,des serpents [de feu] et des chérubins. »

tête. 61, 10 : « Alors Il appellera toutes les armées célestes, tous les saints, Chérubins, Séraphins, Trônes, Puissances et Dominions. Et l’Élu sera là, accompagné des puissances de la terre et de l’eau.

tête. 71, 7 : « Plus près se tenaient les Séraphins, les Chérubins et les Trônes, qui veillent sans cesse et gardent le trône de Dieu. »

La description des chérubins comme des êtres ailés à plusieurs têtes servant de gardiens de temples et de palais apparaît dans de nombreux pays du Proche-Orient, ainsi que dans l’art et la littérature assyriens, chaldéens et babyloniens.

Dans le Talmud, les chérubins sont l’équivalent des ordres Ophaim ou Hayyoth et résideraient au sixième ciel ou au septième ciel.

Parmi les œuvres modernes, on citera le tableau de Rubens « La Glorification de Jacques Ier », qui représente une procession d’angelots.

Articles liés

Articles récents