vendredi, juillet 19, 2024
AccueilDiversQui est Dionysos dans la mythologie?

Qui est Dionysos dans la mythologie?

Dionysos fait partie de la deuxième génération des Dieux, il n’est pas le fils des Titans et il n’a pas non plus combattu contre eux. En fait, il est le fils de Zeus et Sémélé, né demi-dieu mais qui a pu conquérir le trône de l’Olympe. Le nom Dionysos peut être interprété comme « fils de Zeus », contenant Διός (Dios) qui n’est autre que le génitif de Zeus, mais aussi comme « Dieu de Nisa », la montagne où selon d’autres versions il a grandi.

Dionysos est généralement représenté de deux manières bien distinctes. Le premier la voit comme un Dieu d’apparence mûre, avec une longue barbe ; le second, cependant, le représente comme un jeune Dieu, avec une apparence éphébique, presque féminine. Il est souvent représenté avec le thyrse, son bâton surmonté d’une pomme de pin, ainsi qu’évidemment avec des sarments de laurier. Il porte souvent une couronne de lierre et se retrouve rarement sans sa coupe, le Kantharos.

Divinité au caractère sauvage et véhément, il représente le côté le plus animal et instinctif de la raison humaine. Les notions de folie et de délire lui sont associées, Dionysos commet à plusieurs reprises des actes cruels et impitoyables. C’est le symbole de la force vitaliste, de cette nature composée d’instincts irrationnels typique de tout être humain. Ce n’est pas un hasard si, à l’époque archaïque, il était une divinité de la nature, liée à la force vitale des plantes, car il représente le côté le plus primordial et le plus sauvage de l’univers.

Les Grecs eux-mêmes ont commencé, à partir d’Hérodote, à l’appeler Bacchus , même si au début ce n’était qu’une épithète du Dieu, il est rapidement devenu un nom alternatif, exactement comme c’est le cas pour Hadès , également appelé Pluton par les Grecs. Le culte de Dionysos s’implante également à Rome, sous le nom de Bacchus. Les manifestations religieuses dédiées à Dionysos sont, tant en Grèce qu’à Rome, caractérisées par des excès, composés de rituels orgiaques et visant la folie.

Compétences

Importées par les Phéniciens, la Grèce et la Turquie furent les premiers pays méditerranéens à connaître le vin. Cette boisson était considérée comme véritablement sacrée, à tel point qu’elle jouait un rôle important dans les rituels religieux. L’offrande rituelle de vin aux dieux est appelée libation , présente aussi bien dans les prières personnelles et les rites propitiatoires que dans les cérémonies publiques, où l’acte final du sacrifice consistait souvent à verser du vin sur les flammes pour les éteindre.

Le protecteur du vin et de la viticulture est Dionysos : on lui attribue la découverte mythologique du vin. On raconte que pendant qu’il se repose dans une grotte dans une forêt de nymphes, il commence à jouer avec les sarments de vigne qui y sont présents. Il cueille des raisins et les presse dans une tasse et après avoir bu le jus, sa fatigue est immédiatement effacée, lui procurant une sensation d’ivresse qu’il partage immédiatement avec les nymphes et les satyres.

Mais il restait du jus dans la tasse et c’est ainsi que Dionysos réalisa que plus le jus restait à fermenter, plus l’ivresse qui se déclenchait était puissante, donnant ainsi vie à cette boisson si importante pour les Grecs et le monde antique tout entier. .

Dionysos est celui qui enseigne la viticulture et le processus de création du vin, lors de ses pèlerinages à travers le monde, il révèle sa découverte afin qu’elle puisse être reproduite. Mais l’ivresse lui est aussi liée, qui lorsqu’on a sa faveur se manifeste par l’extase et la détente, tandis que lorsqu’elle est provoquée par la colère de Dionysos elle conduit à la maladie et à la violence aveugle.

Dionysos est également lié à la nature de manière plus large : il est nommé protecteur des arbres, mais surtout il est le saint patron de la nature sauvage. Il n’est pas rare qu’il soit représenté avec une panthère ou de grands félins en général, mais on lui attribue la protection de la végétation sauvage.

Folie et hallucinations

La folie est étroitement liée au culte de Dionysos, qui prend des significations à la fois bénignes et malignes selon la manière dont elle est induite. Pour les Grecs, la folie n’est rien d’autre que cet ensemble d’instincts primordiaux typiques de l’homme, qui, bien qu’ils n’apparaissent pas au cours de la vie quotidienne, s’ils sont longtemps réprimés, risquent de se manifester de manière soudaine et destructrice.

C’est dans cette perspective qu’il faut donc comprendre la forme bénigne de la folie. C’est une forme de libération par la perte de contrôle de soi, un moment où toute inhibition est perdue, également grâce au vin et aux substances hallucinogènes, et ensuite pouvoir revenir à la normale. La folie bachique est typique du culte de Dionysos , c’est-à-dire ce moment rituel au cours duquel les participants se sentent en communion avec Dieu et, possédés par lui, perdent tout contrôle et toute retenue.

Une description de la folie bachique est présente dans les Bacchantes d’Euripide , où sont représentées les Ménades , adeptes de Dionysos. Ils portent des peaux d’animaux et portent avec eux le thyrse, le bâton typique de Dionysos.

Ils crient et se tordent en louant Dieu, puis attaquent et tuent les troupeaux, se nourrissant de leur viande rigoureusement crue. En effet, si dans les sacrifices habituels il était d’usage de rôtir la chair des animaux sacrifiés, cela ne relève pas du culte dionysiaque, où c’est précisément en se nourrissant de viande crue que le Dieu prend possession du corps des fidèles. Les Ménades abandonnent alors leurs maisons pour errer dans les montagnes pendant des heures dans les affres de la folie bachique, qui culmine dans l’extase.

Mais la folie est souvent un élément punitif dans le culte de Dionysos. Il suffit de penser à Penthée, dont la fin est décrétée par sa mère qui, en pleine folie bachique, le tue. Une autre forme maléfique que peut prendre la folie est celle des hallucinations, que Dionysos utilise à plusieurs reprises comme une arme contre ceux qui l’insultent ou le gênent. Une folie qui perd ses caractéristiques extatiques, où cette perte de contrôle conduit à la cruauté et à la folie.

Dionysos et le théâtre

Le théâtre fait partie intégrante du culte dionysiaque, et en fait sa naissance est souvent attribuée à Dieu. La tragédie est le premier art théâtral, quand la comédie est destinée à naître quelque temps plus tard, et c’est Aristote qui fut le premier à s’y connecter. au dithyrambe. Il ne s’agit que d’un chant choral interprété en l’honneur de Dionysos, une prière portée pour la première fois sur scène par Thespis , personnage légendaire à qui est attribuée la première représentation théâtrale.

La musique et la danse sont des arts associés à leur tour à Dionysos car ils font partie intégrante des représentations théâtrales. Le masque est également associé à Dionysos , en même temps lien avec le théâtre où le port du masque était obligatoire pour les acteurs. En fait, ceux-ci se retrouvaient souvent à jouer des rôles multiples pour un public éloigné de la scène, devenant immédiatement reconnaissables uniquement grâce au masque.

Le masque dionysiaque est également présent lors des rites des vendanges. Cependant, celui-ci n’est pas porté, également en raison de sa taille et de son poids considérable, il est simplement posé sur place. Ce faisant, il n’est pas seulement un symbole de Dieu, mais la représentation même de sa présence au moment de la récolte.

Oracles dionysiaques

Dionysos n’est pas exempt d’oracles. Grâce à son lien avec le vin, il est aussi Dieu de l’inspiration, et à ce titre Dieu qui a la capacité de révéler l’avenir à travers des oracles. C’est une particularité qu’il partage avec Apollo.

Si le célèbre oracle de Delphes est dédié à Apollon, on sait moins qu’il est en réalité également présidé par Dionysos. Sur le Parnasse, la montagne qui s’élève près de Delphes, se rassemblent les Tiades, disciples de Dionysos ; la même montagne, décrite comme ayant deux sommets, est dédiée à la fois à Apollon et à Dionysos.

Selon certaines traditions, Dionysos préside l’oracle de Delphes pendant les mois d’hiver, lorsqu’Apollon l’abandonne pour visiter les Hyperboréens, peuples du nord protégés par Apollon. Cependant, Dionysos possède un oracle en Thrace qui lui est entièrement dédié.

Mythologie

Dionysos fait partie de la deuxième génération et n’est pas présent dans la Titanomachie, la guerre légendaire entre les Titans et les Dieux. Cependant, il figure à la fois dans la Gigantomachie et dans le mythe de Typhon. Sa mythologie la plus célèbre est celle qui concerne ses pérégrinations et sa rencontre avec Ariane, plus tard son épouse.

Il y a plusieurs événements dans sa mythologie dans lesquels la colère de Dionysos s’abat aveuglement et violemment, reflétant pleinement la nature instinctive et primordiale du Dieu. Une nature à la fois double, puisque le Dieu est souvent représenté avec un caractère joyeux. , mais qui devient dépourvu de toute pitié pour ceux qui perdent sa faveur.

Naissance

Dionysos est le fils de Zeus et Sémélé, fille d’Harmonia et Cadmus et princesse de Thèbes. Dionysos est connu comme le « deux fois né » car, une fois l’infidélité de Zeus découverte, sa femme Héra a pris l’apparence de la nourrice de Sémélé, la trompant. En fait, il convainc la princesse de demander à Zeus de lui apparaître non pas comme un mortel, mais sous sa forme divine.

Bien que Zeus tente de dissuader Sémélé de ce désir, conscient du fait que se manifester sous la forme divine entraîne de terribles conséquences pour les humains, il finit par la satisfaire. Sémélé est alors frappée par la foudre de Zeus et meurt. Le Dieu parvient cependant à sauver son fils à naître et, avec l’aide d’Hermès, le coud à l’intérieur de sa cuisse, puis lui donne naissance trois mois plus tard, une fois la gestation terminée.

Sémélé et Zeus

Les histoires sur son enfance sont variées. La version la plus courante le voit livré par Hermès à Ino, la sœur de Sémélé, et à son mari Athamas. Cependant, la jalousie d’Héra ne s’est pas apaisée et frappe les deux époux. Ils deviennent fous par la Déesse et Ino se suicide en mer avec son fils Mélicerte après qu’Athamas, ayant pris son fils Learchus pour un cerf, l’ait tué.

Hermès amène alors Dionysos chez les Hyades, nymphes des bois, qui l’élèvent jusqu’à ce qu’il devienne assez grand pour être confié à Silène, fils de Pan et vieille divinité rurale liée à la vigne, ainsi que doué de prévoyance. Dionysos grandit sur le mont Nisa, d’où, selon certaines interprétations, il tire son nom, mais la mythologie grecque s’articule autant sur les infirmières qui prennent soin de lui que sur l’emplacement réel du mont Nisa. Si les nourrices les plus attestées sont les Hyades, le mont Nisa semble se trouver en Thrace, région où le culte du Dieu est particulièrement profond. Cependant, un mont Nisa est également signalé en Libye, ainsi que dans de nombreuses autres régions de Grèce.

Gigantomachie et Typhon

Bien que la participation de Dionysos à la Gigantomachie soit le plus souvent considérée comme celle d’un Dieu, dans certaines versions, il y participe en tant que mortel, aux côtés de son demi-frère Héraclès.

La Gigantomachie naît de la fureur de Gaea face à la défaite de ses enfants Titans face aux Olympiens, et c’est ainsi qu’elle, avec le Tartare, donne naissance aux Géants. Ce sont des créatures très grandes et d’apparence monstrueuse, à moitié humaines avec des cheveux et une barbe très épais mais avec des queues de serpent en guise de pattes. Une alternative concernant leur origine est qu’ils sont nés des gouttes de sang d’Uranus castré.

Vingt-quatre géants en tout, chacun né dans le but d’anéantir un Dieu spécifique. Invincible même pour les Dieux, la seule solution est de les affronter avec l’aide d’un mortel. Certaines versions présentent les jumeaux Aloadi, Ephialtes et Oto comme opposés à Dionysos, dans d’autres, il est choisi comme mortel avec Héraclès.

Avec son demi-frère Dionysos, il tue le géant Eriotus, tout en soutenant Artémis et Héra dans la défaite d’Othon et d’Ephialtes. Les deux Aloads minent en effet les deux Déesses après avoir vaincu Arès , l’emprisonnant dans un vase en bronze. Si Ephialtes mine Héra, le jumeau Otho tourne son attention vers Artémis. C’est Artémis qui finit par les vaincre, se transformant en cerf blanc que les deux jumeaux tentent de frapper mais finissent tragiquement par s’entre-tuer.

Une fois la Gigantomachie terminée, Gaea, encore plus enragée, donna vie, avec le Tartare, à Typhon. Un monstre que Pseudo-Apollodore définit comme « de deux natures, humaine et sauvage » et dont on retrouve également l’histoire en vers dans la Théogonie d’Hésiode. Il est décrit comme le plus redoutable des enfants de Gaia, plus grand que la plus haute montagne, avec d’innombrables têtes, humaines et serpentines, et des jambes ressemblant à des dragons.

Antonino Liberale, dans les Métamorphoses, dit que rien ne pourrait contrecarrer sa force. Les Dieux décidèrent donc de fuir en Egypte et d’y prendre l’apparence d’animaux pour lui échapper. Selon certaines traditions, Dionysos aurait pris l’apparence d’une chèvre, animal pourtant associé à Osiris. Ce n’est cependant pas Dionysos qui combat Typhon, qui est vaincu par Zeus, flanqué de sa fille Athéna .

Pèlerinages et conquête du trône divin

Une fois grand, Héra – toujours jalouse et en colère contre la trahison de son mari – frappe directement Dionysos, le faisant sombrer dans la folie. De là naissent ses pèlerinages dans divers endroits du monde, dont nous avons des traces dans diverses œuvres. Hyginius en parle, tout comme Strabon, Pausanias et Diodorus Siculus.

Dans ses voyages, qui le mèneront en Inde, Dionysos ne manque pas de diffuser son invention du vin et de revendiquer sa nature divine ainsi que d’avoir affaire à d’autres populations comme les Amazones ou à des divinités comme Rhéa, mais il rencontre plusieurs adversaires. Il se rend d’abord à l’oracle de Dodone, en Épire, le plus ancien de toute la Grèce. Ensuite, en tant que premier pays, il visite l’Égypte, puis la Syrie. Il rencontre ici Damas , fils d’Hermès, qui s’oppose à la diffusion du vin. Le premier véritable adversaire de Denys est alors torturé par le Dieu et écorché vif.

Dionysos et Lycurgue

Roi des Edoni, population de Thrace, Lycurgue est l’un des plus importants adversaires de Dionysos. En effet, lorsqu’il arrive en Thrace, Lycurgue l’accueille avec hostilité, l’empêchant de traverser son territoire et capturant sa suite de ménades et de satyres. Pas content, il décide d’affirmer définitivement son hostilité envers Dionysos en ne reconnaissant pas son être divin.

Pour se venger, Dionysos le frappe de folie, conduisant ainsi Lycurgue à tuer son fils Driante avec une hache, le prenant pour une vie, pour reprendre ses esprits un instant plus tard, trop tard pour sauver la vie du jeune homme. La fureur de Dionysos s’abat sur les terres de Lycurgue, devenues stériles et incapables de produire de la nourriture. Les Edoni font appel à l’oracle, dont le verdict marque la mort de Lycurgue. Affirmant l’oracle selon lequel seul le sang de Lycurgue pourrait rendre la fertilité à la terre, les Édoniens l’emmènent au mont Pangeum, où ils l’attachent à quatre chevaux et l’écartèlent ainsi.

Le voyage en Inde

Dionysos se dirige alors vers l’Asie, traversant le Tigre sur le dos d’un tigre envoyé par Zeus. Ses voyages le conduisent en Asie avec sa suite composée de satyres et de croyants, et en chemin il rencontre différents peuples. Il donne du vin et du blé à ceux qui l’approchent amicalement, tandis que ceux qui tentent de l’empêcher et de le combattre sont vaincus.

La durée du séjour en Inde varie, parfois trois ans sont indiqués, d’autres fois on parle de cinquante-deux ans. Mais une fois arrivé en Inde, selon la tradition grecque, Dionysos aurait donné aux Indiens des fruits, du blé et du vin, leur apprenant la viticulture, mais aussi la vénération des dieux. Il fonda plusieurs villes, fournissant également des lois aux Indiens. La tradition grecque voit l’Inde comme conquise et civilisée, mais ses habitants heureux de vénérer Dionysos comme Dieu.

Dionysos et Penthée

De retour en Grèce, Dionysos atteint la ville de sa mère, Thèbes. Ici règne Penthée, neveu de Cadmus et fils d’Agave, sœur de Sémélé. L’histoire de Penthée est racontée dans les Bacchantes d’Euripide, dont il est le protagoniste.

À Thèbes, Dionysos introduit les Bacchanales, fêtes où la population, en particulier la population féminine, perd tout contrôle d’elle-même et se livre à la folie bachique dans les terres situées devant la ville, tuant les troupeaux et criant en l’honneur de Dionysos. Penthée décide de s’opposer à ces rituels, ne reconnaissant pas son cousin comme Dieu et lui montrant même une hostilité ouverte, essayant même de l’emprisonner.

Cependant, un Dionysos en colère le pousse à s’habiller en femme, afin de pouvoir espionner les rites dionysiaques et les actions de ses fidèles femmes. Penthée décide d’écouter sa suggestion, se cachant pour observer les rites. Cependant, sa mère Agave, dans la folie bacchique insufflée par Dionysos, le prend pour un lion et décide de le sacrifier au Dieu. Elle tue alors son propre fils, le cantonne et retourne à la ville avec la tête de Penthée au sommet. Thyrse, ne se rendant compte qu’aux portes de Thèbes de ce qui était commis.

Argos et les pirates de Naxos

Même la ville d’Argos, fortement dévouée à Héra, refuse de reconnaître la nature divine de Dionysos. En guise de punition, les femmes d’Argos tombent dans la folie et déchirent leurs enfants. Par la suite, un temple dédié à Dionysos fut construit dans la ville d’Argos, qu’ils ne manquèrent pas de vénérer comme Dieu.

Le dernier récit du voyage de Dionysos l’emmène en direction de Naxos, où il embarque sur un bateau pour rejoindre l’île. Cependant, le navire passe bientôt l’île de Naxos, se dirigeant vers l’Asie, et c’est ici que Dionysos découvre la tromperie. En fait, les marins sont en réalité des pirates qui, ne connaissant pas son identité, le prennent pour un prince qu’ils ont l’intention de vendre comme esclave.

Le Dieu arrête alors le navire grâce à des pousses de lierre qui envahissent également le pont du navire, dénouent ses amarres et transforment les rames et le grand mât en serpents. Les pirates deviennent alors fous furieux, se jettent à la mer et se transforment en dauphins.

Le monde souterrain et l’Olympe

Ayant terminé son voyage, Dionysos décide alors de descendre aux Enfers. Ici, il souhaite rencontrer sa mère Sémélé, qu’il n’a jamais rencontrée, pour lui redonner vie. Dionysos rencontre Hadès et lui fait sa demande, et le Dieu des Enfers décide d’accepter, à condition que son neveu lui donne en échange quelque chose qui lui tient à cœur.

Dionysos offre en échange du myrte, qui devient désormais la plante typiquement associée à Hadès, et il est donc autorisé à emmener sa mère avec lui. Avec elle, il monte sur l’Olympe, où il revendique sa nature divine et revendique son trône, offrant du vin aux dieux. Les Dieux sont heureux de l’accueillir dans l’Olympe, grâce également à Hestia qui renonce volontiers au trône pour le céder à Dionysos, qui se retrouve donc assis à la droite de son père, Zeus.

Sémélé reste également sur l’Olympe, rendue immortelle sous le nom de Tione, bien que certaines versions disent que Dionysos l’accompagne jusqu’à Hadès avant de rejoindre les autres dieux.

Dionysos et Ariane

Fille du roi de Crète Minos et de son épouse Pasiphaé, Ariane rencontre Thésée lorsque le jeune Athénien se rend en Crète dans le but de tuer le Minotaure, monstrueux fils de Pasiphaé, que Minos cache dans le labyrinthe de son palais. Arianna tombe bientôt amoureuse de Thésée et lui donne une pelote de laine à démêler à l’intérieur du labyrinthe, pour ne pas se perdre.

Une fois que Thésée a réussi son objectif, Ariane s’enfuit de Crète avec lui, mais sur le chemin d’Athènes, Thésée l’endort et l’abandonne sur l’île de Naxos. Après s’être réveillée, Ariane voit Thésée s’éloigner avec le navire et pleure, détruite par la douleur.

Une douleur destinée à durer peu, car Dionysos la retrouve à Naxos, arrivant sur l’île à bord d’un char tiré par des panthères. Frappé par le désespoir de la jeune femme, il écoute son histoire puis décide de l’épouser une fois celle-ci terminée, la rendant à son tour immortelle.

En guise de cadeau de mariage, Dionysos offre à Ariane une couronne d’or créée par Héphaïstos lui-même qui, une fois lancée, se transforme en étoiles, formant la couronne du Nord. Leur mariage est considéré comme absolument fidèle, et bien que Dionysos ait eu plusieurs amants avant elle, une fois mariée, elle lui sera toujours fidèle. De leur union naissent plusieurs enfants.

Autres mythes

Les enfants de Dionysos

Dionysos donne naissance à plusieurs enfants, mortels et divins. Parmi ses enfants divins on peut citer Priape , fils selon certaines versions d’Aphrodite, selon d’autres d’une nymphe Naïade, Dieu lié à la fertilité de la terre. Les filles d’Aphrodite et de Dionysos seraient également les Charites , plus célèbres sous le nom romain de Grazie , trois filles liées au culte de la végétation et de la fertilité, tant humaine que végétale. En réalité, leur nombre ainsi que leurs noms varient mais Pasitea est comptée comme Charite, épouse d’Hypnos, le dieu du Sommeil. Cependant, selon la version la plus courante, les Charites seraient les filles de Zeus et d’Eurynome.

Toujours le fils de Dionysos et d’Aphrodite (ou d’Apollon et d’une Muse) est Hyménée , dieu du mariage dont tire son nom le cortège nuptial grec, appelé hyménée, qui a pour fonction d’accompagner la mariée jusqu’à sa nouvelle demeure.

Comme c’est le cas pour de nombreux autres dieux, certains fils de Dionysos dans certaines versions sont simplement des identités alternatives du Dieu, nommées par leur épithète. Tel est le cas de Iacchus , qui est parfois décrit comme le fils de Dionysos et d’Aura, dans d’autres cas de Déméter ou encore de Zeus et Perséphone , ou est simplement assimilé au Dieu. Iacchus est, en tout cas, une figure du Dieu. Mystères d’Éleusiniens, c’est lui qui mène la procession vers Eleusis.

La fille de la nymphe Nikaia est Telete , déesse qui préside aux initiations des Mystères Bacchiques, tandis que les nymphes étaient Methe et Tisa .

Parmi les enfants mortels, cependant, se distingue parmi tous Deianira , fille de la reine de Calydon Altea et seconde épouse d’Héraclès. Deux de ses fils deviennent prêtres, où Narcée , fils d’une femme nommée Physcoa (parfois une nymphe), est le premier prêtre de Dionysos, tandis que Maro est prêtre d’Apollon. Il figure dans l’Odyssée, vivant près d’Ismara en Thrace, terre du peuple Ciconi et autrefois allié de Troie. Ulysse dévaste et attaque Ismara, jusqu’à ce qu’il se retrouve face à Maro, qu’il plaint en raison de son âge avancé et décide de l’épargner, lui et sa famille. Maro, pour rembourser sa dette, lui donne le vin avec lequel Ulysse enivrera ensuite Polyphème.

Les enfants de Dionysos et d’Ariane connaissent un destin particulier. Ils sont nombreux et bien que mortels, leur destin est de régner sur les régions de Grèce où l’on produit le meilleur vin. Parmi eux se trouvent Eurymédon , Œnopion , Phanos , Staphilus , Thoas et bien d’autres, chacun dirigeant une région différente de la Grèce, mais inévitablement mortel.

Autres amours

Dionysos entretient un grand nombre de relations, tant avec les femmes qu’avec les hommes, bien que chacune d’elles précède son mariage avec Ariane, à qui le Dieu est totalement fidèle.

Parmi les amantes divines les plus connues se trouve Aphrodite , selon la tradition mère de plusieurs enfants de Dionysos. Alors qu’elle est enceinte d’un de ses enfants, la Déesse est maudite par Héra, jalouse de l’issue du conflit de la Pomme d’Or, qui la maudit avec un fils à l’apparence horrible, qui sera plus tard Priape.

La Vierge était la Titan Aura , qui est enivrée par Dionysos qui la maltraite ensuite, relation dont elle aura des jumeaux. Le premier sera mis en pièces par sa mère furieuse, tandis que le second sera sauvé par les Dieux, prenant le nom de Iacchus.

Parmi les nymphes se distingue Béroé , courtisée à la fois par Dionysos et Poséidon, mais cette dernière aura sa dernière faveur. À son tour, la nymphe Nikaia , mère de Telete, a été ivre et maltraitée, tandis que d’autres versions du mythe disent que Priape ​​était le fils d’une nymphe sans nom.

Altea , reine de Calydon, est aimée de Dionysos. Elle est séduite avec le consentement de son mari, le roi Oineo, en échange du cadeau de vin que lui a offert le Dieu Deianira naît de la relation avec la reine. Mais parmi les mortels, Ampelo , un jeune satyre aimé de Dieu qui meurt en essayant de monter un taureau sauvage, se démarque particulièrement. Le Dieu, pleurant sa perte, le transforme en étoile Vindemiatrix. Parmi les autres amants masculins de Dionysos se trouve le centaure Chiron , dont il fut l’élève.

Dionysos et Orphée

Certaines versions de la mort d’Orphée sont étroitement liées à Dionysos. Bien qu’il s’agisse d’une œuvre perdue, les fragments de la tragédie Bassarides d’Eschyle se concentrent sur cet événement. D’après ce que l’on peut tirer de ces fragments, Orphée rencontre la colère du Dieu à son retour des Enfers, puisqu’il refuse de vénérer Dionysos, le préférant et le proclamant plus grand qu’Apollon. Enragé, Dionysos déchaîne les Bacchantes thraces (qui prennent également le nom de Bassarids) contre Orphée. Ceux-ci, en proie à la folie bachique, tuent ainsi le héros.

Une autre version, plus romantique, raconte la mort d’Orphée aux mains des Bacchantes, mais pour des raisons différentes. Après avoir définitivement perdu Eurydice, en effet, il jura qu’il n’aurait plus de femme. Cependant, un groupe de Bacchantes l’invite à une orgie dionysiaque mais il décide de tenir sa promesse et d’y renoncer. Les Bacchantes, furieux de son refus, l’attaquent, le tuent et l’écartèlent, finissant par jeter sa dépouille dans la rivière Evros.

Culte et objets sacrés

Le culte de Dionysos est répandu dans toute la Grèce et une série de fêtes religieuses lui sont dédiées. Son culte prend également le nom de Mystères dionysiaques et revêt des caractéristiques très différentes, plus violentes et primordiales, comparées à bien d’autres Dieux.

Dans les prières rituelles, comme les autres divinités olympiques, Dionysos est prié avec les mains tournées vers le haut. L’offrande qui accompagne la prière est généralement du vin et des béliers lui sont souvent sacrifiés, bien que des sacrifices humains en son honneur soient souvent mentionnés dans des temps plus anciens (une source vient de Pausanias).

Cependant, le sacrifice, lors des Mystères dionysiaques, revêt également des caractéristiques différentes. Normalement, ceux-ci se terminent par l’animal rôti sur le feu, mais dans le culte de Dionysos, l’animal était tué et sa viande mangée crue, afin d’entrer en contact avec la divinité. Seules les femmes – celles qu’on appelle les Bacchantes – étaient admises à l’aspect mystérieux du culte, du moins en principe.

Un culte mystérieux dont le but est de libérer le sang de l’homme, de le priver de freins et d’inhibitions le temps d’un rituel, caractérisé par des cris, des sacrifices et des violences de toutes sortes mais aussi d’infinies orgies bachiques. Naturellement, le culte mystérieux de Dionysos a également atteint Rome et, précisément en raison de ces caractéristiques, il a été interdit à l’époque républicaine et autorisé seulement à l’époque impériale, pour être à nouveau interdit avec l’avènement du christianisme.

Il convient de mentionner à part les Bacchanales , fête romaine d’inspiration grecque, fête propitiatoire dédiée au Dieu qui force le pouvoir de Rome à intervenir à plusieurs reprises dans sa régulation. Les Bacchanales étaient caractérisées par des célébrations violentes, qui se terminaient souvent par des meurtres si brutaux qu’il ne restait plus rien du corps de la victime. Titus Tite-Live affirme que les nuits des Bacchanales sont les plus propices à commettre des crimes, puisque les cris des partisans de Dionysos couvraient tout. En 186 avant JC, les Bacchanales furent donc réformées, les plaçant sous le contrôle du Sénat et des Pontifes romains, dissolvant ainsi les cultes existants. Toute bacchanale nécessite une autorisation, de même qu’il est interdit aux hommes de devenir prêtres de Bacchus.

Les attributs

Dionysos est un Dieu que les Grecs représentent de deux manières : à l’époque plus archaïque, il est représenté comme un homme d’âge mûr, avec une longue barbe, tandis qu’à l’époque hellénique, il est représenté comme un jeune homme éphébique. Son attribut le plus immédiat est la vigne , suivi du lierre . La tête du Dieu est entourée de lierre avec une couronne, tout comme le thyrse, son particulier bâton enveloppé de lierre, au sommet duquel se trouve une pomme de pin.

Son char n’est pas tiré par des chevaux, mais par une paire de panthères , un animal récurrent dans les représentations du Dieu. Le dernier attribut récurrent du Dieu est le Kantharos , un type particulier de coupe à deux anses utilisée par les Grecs pour. en buvant. C’est précisément à Kantharos que l’on verse le vin, notamment lors de rituels ou d’offrandes.

Plantes et animaux

En tant que divinité liée à la végétation, Dionysos a tendance à être associé à la végétation en général, en particulier aux arbres. En clair, les plantes qui lui sont sacrées sont d’abord la vigne , suivie immédiatement par le lierre . Entre autres, il y a aussi le laurier et l’asphodèle . La présence de lierre n’est pas fortuite, puisque ses baies, si elles sont ingérées en grande quantité, peuvent provoquer des hallucinations et des phénomènes de dissociation.

Parmi les animaux, les félins se distinguent : les panthères avant tout, mais aussi les lions , les tigres et les lynx . Parmi les autres animaux il y a le serpent , le taureau , la chèvre , l’ âne mais surtout les dauphins , en référence à la mythologie des Pirates de Naxos. Autrement, un hibou , symbole de sagesse, ne devrait jamais être présenté en présence de Dieu.

Dionysos panthère

Ils font partie du Thiasus, c’est le nom du cortège qui suit Dionysos, Silène , dieu de l’ivresse auprès duquel il grandit, mais aussi Pan , divinité de la nature et des bois. Son échanson est Komos , qui partage son nom avec une procession rituelle grecque consacrée à l’ivresse et à la sexualité décomplexée.

Une partie de sa suite est aussi plus typiquement composée de satyres , rejoints par les Ménades . Ce sont ses disciples, également appelés Bacchantes, Thyades ou Bassarids. Ce sont des femmes qui se laissent aller à une frénésie extatique, possédées par Dionysos et sa force vitale. Pour faire une division plus précise, les Ménades sont les adeptes mythologiques, tandis qu’au contraire les Bacchantes sont les adeptes historiques et humains du Dieu.

Lieux de culte

La caractéristique du culte de Dionysos était celle des prêtres itinérants, ainsi que l’absence de véritable place pour l’âne mystérieux. Ceci est célébré la nuit, dans les bois et les grottes, mais il n’y a vraiment aucun endroit où ce culte prédomine sur les autres, bien que le mont Cytherion en Béotie soit le site le plus célèbre des orgies bachiques.

Des autels et des temples lui sont dédiés dans toute la Grèce, avec une attention particulière à Naxos, l’île où il rencontre Ariane, mais aussi à Delphes, où il partage l’oracle avec Apollon. Un autre oracle de Dionysos se trouve en Thrace.

Le culte de Dionysos était célébré dans toute la Grèce quatre fois par an, avec les Lenae (janvier/février), les Anthesteria (mars), la grande Dionysie (avril) et la petite Dionysie (décembre). A ces occasions, les concours théâtraux, art présidé par Dieu, ne manquaient pas, et c’est lors de ces festivités que les plus grands dramaturges grecs ont pu présenter leurs œuvres.

Articles liés

Articles récents