jeudi, juin 20, 2024
AccueilDiversQu'est-ce que l'existentialisme?

Qu’est-ce que l’existentialisme?

Les êtres humains viennent au monde sans savoir qui ils sont, ce qu’ils doivent faire et comment se comporter. En ce sens, il doit reconstruire son être pour donner un sens à sa vie. Pour cette raison, l’existentialisme est un courant philosophique qui cherche à plonger dans les profondeurs de l’existence ordinaire ou quotidienne.

Cette philosophie a ses débuts au XIXe siècle. Cependant, il a acquis une grande popularité dans la société européenne, domaine dans lequel il a fini par s’imposer. Dans cet article, nous vous expliquons de quoi il s’agit, ses caractéristiques les plus importantes et qui ont été ses représentants les plus influents.

Un peu d’histoire

La philosophie existentialiste a traversé trois moments dans son développement historique. Le premier d’entre eux est apparu au XIXe siècle avec Kierkegaard et Nietzsche . Cette première période s’appelle l’existentialisme romantique. Elle a été caractérisée par la chute des grands systèmes philosophiques de la modernité.

À l’époque moderne, les doctrines prédominantes étaient le rationalisme , le positivisme et l’idéalisme . Ils se concentraient sur l’exploration de l’universalité et de l’abstraction, quel que soit l’individu. Par conséquent, la perte de légitimité qu’ils ont subie a conduit à la recherche d’une réponse plus immédiate aux problèmes quotidiens des êtres humains.

A cette époque, émerge la deuxième période avec ce qu’on appelle la métaphysique . Il est né du mécontentement et du déracinement ressentis par les gens après les deux guerres mondiales. La proposition était d’aller à la rencontre de l’existence elle-même, en mettant des mots sur le désespoir et le découragement laissés par les conflits de guerre.

Enfin, la philosophie existentialiste humaniste cherchait à libérer la conception de l’homme de toute dimension transcendante ou religieuse. C’est ainsi que les êtres humains ont été confrontés à la tragédie de leur existence. C’est-à-dire qu’il s’est rendu compte qu’il était dans un monde en mutation et qu’il n’avait pas choisi lui-même, mais dans lequel il devait évoluer.

Qu’est-ce que l’existentialisme ?

Donner une définition précise est quelque peu difficile en raison des différentes manières dont elle a été abordée. Cependant, nous pouvons l’expliquer comme un courant de pensée intéressé par l’étude et l’interprétation de l’existence humaine. En ce sens, sa préoccupation initiale était l’individu dédié à sa manière particulière d’exister. Pour cela, le point de départ était l’être humain réel et concret.

C’est Jean-Paul Sartre qui prononça en 1945 un discours, repris plus tard dans son grand chef-d’œuvre L’existentialisme est un humanisme .  En lui se trouvent non seulement les fondements de la philosophie de Sartre, mais aussi ceux du courant existentialiste lui-même.

Ainsi, l’existence acquiert une nouvelle façon d’être pensée. Ce n’est plus une conception mentale, mais nous sommes plutôt face à une réalité concrète, qui est celle de l’être humain. Cela se caractérise par le fait de se définir à travers les actions et les décisions qu’il prend dans la vie quotidienne. L’individu se crée donc au cours de sa propre existence.

Caractéristiques de l’existentialisme

Même si cette école de pensée soutient que l’existence humaine ne peut être saisie par des définitions,  elle ne peut s’empêcher d’y recourir. Bien que ces notions varient selon les auteurs concernés, elles peuvent être unifiées en quatre concepts : existence, responsabilité, angoisse et liberté.

L’existence précède l’essence

C’est peut-être l’une des phrases les plus connues de Sartre ; Pourtant, qu’est-ce que cela signifie ? Dans les courants philosophiques antérieurs, comme le rationalisme, on soutenait que l’être humain était défini par sa raison.

Avec l’émergence de la philosophie de l’existence, cette thèse est mise de côté. À la place, quelque chose de révolutionnaire est proposé : il n’y a pas de nature humaine. Autrement dit, rien ne nous définit comme tels.

Alors que nous reste-t-il ? Eh bien, les existentialistes soutiennent que le sujet, au moment où il naît, est lancé dans l’existence. C’est pourquoi il existe d’abord et est ensuite défini. Dans cet aspect, seules les actions et décisions futures prises par les êtres humains comptent. C’est ce qu’on appelle un projet de vie .

Responsabilité

La race humaine doit d’abord prendre le contrôle de sa vie et en être responsable. Il convient de noter que cette responsabilité n’est pas interprétée en termes individualistes. Autrement dit, cela ne correspond pas à chaque individu en particulier, mais doit être accepté de manière égale par tous les hommes et toutes les femmes.

En effet, en raison de notre condition d’être jeté dans l’existence, nos actions ont un impact sur celles des autres. La limite est donc la subjectivité elle-même.

A titre d’exemple, on peut considérer que si un groupe décide de se mobiliser et de bloquer les rues, cette décision n’influence pas seulement lui-même. Ceux qui doivent emprunter ce chemin désormais obstrué seront également touchés.

Détresse

Le sentiment d’angoisse a été développé par Kierkegaard et repris par d’autres existentialistes. Ce concept est lié à la responsabilité dans le sens où nous ne pouvons que ressentir de l’angoisse face à la grande tâche qui nous attend. C’est-à-dire que c’est nous, l’humanité dans son ensemble, avec nos décisions et nos actions qui façonnons l’avenir de l’existence .

Nous pouvons y réfléchir en considérant nos propres vies. Plus d’une fois, nous aurons été impliqués dans la tâche difficile de décider quelque chose dans des circonstances compliquées. Quel que soit notre choix, il est remarquable qu’il nous mène toujours à l’action. Et si c’est de cela dont il s’agit, alors nous nous retrouvons dans une recherche continue de nous définir à travers ce que nous faisons.

Liberté

Une autre phrase bien connue de Sartre est que nous sommes condamnés à être libres. Cela signifie que nous construisons nous-mêmes nos valeurs et nos règles de conduite. Il n’existe plus d’être aussi transcendant que Dieu pour le faire à notre place.

Sous cet aspect, la liberté a un double sens. D’une part, c’est une condamnation parce que nous sommes à leur merci. En revanche, il est essentiel de se réaliser, c’est-à-dire de forger son projet de vie. Sans liberté, nous ne pourrions pas choisir le cours de l’avenir.

Quels sont les types d’existentialisme ?

Il existe des divisions au sein de cette école de pensée. À cet égard, un article publié par l’ International Journal of Humanities soutient que l’on peut le classer en trois types que nous détaillerons ci-dessous.

1. Théiste ou religieux

Représenté par Søren Kierkegaard, Miguel de Unamuno et Gabriel Marcel. Selon eux, le divin est un élément fondamental de la condition humaine. En ce sens, la notion de péché devient très pertinente. Elle n’est pas constitutive de la nature humaine, même si elle l’influence.

En outre, ils soutiennent que la recherche du sens à la vie passe par la foi religieuse. Le lien entre l’humain et le divin est donc très important. Ainsi, l’individu a une responsabilité non seulement envers lui-même, mais aussi envers Dieu.

2. Athée

Les représentants étaient Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et Martin Heidegger. Ils soutiennent que l’être humain se comprend par lui-même et grâce à sa faculté de penser. Sous cet aspect, sa réflexion ne fait pas appel à l’autorité religieuse.

Il en résulte qu’en n’ayant pas de divinité sur laquelle s’appuyer, le sujet succombe au sentiment d’angoisse . Il s’agit du grand fardeau que porte l’homme : la responsabilité de s’accomplir au cours de son existence.

Malgré l’angoisse existentielle , il est important de souligner que cette réflexion permet aux individus de découvrir le sens de leur vie. Autrement dit, personne ne dicte le chemin à suivre, le sujet est le créateur de son expérience de vie.

3. Agnostique

La principale caractéristique de ce type est qu’il reconnaît l’incertitude quant à l’existence de Dieu. C’est pourquoi vous ne pouvez ni l’affirmer ni le nier. Ceci étant, les agnostiques pensent que l’on ne peut accepter que ce que l’on sait. Cela conclut qu’ils n’adhèrent à aucun dogme religieux.

En ignorant l’existence de Dieu, on ne peut pas le prendre en compte lorsqu’on fouille au plus profond de notre être. Ses représentants étaient Karl Jaspers, Maurice Merleau-Ponty et Albert Camus .

Pionniers de la philosophie existentielle

De nombreux philosophes et écrivains ont refusé d’être classés sous le terme d’existentialistes. Il y en a aussi d’autres qui ont inventé le terme de manière significative. Ensuite, nous explorerons quelques pionniers.

Soren Kierkegaard (1813-1855)

Ce penseur danois est considéré comme une figure précurseur de ce mouvement philosophique. Son intérêt s’est concentré sur l’expérience subjective de la vie et de l’existence.  Il s’éloigne ainsi de la prétention d’universalité typique de la philosophie moderne . Au lieu de cela, il a cherché à affirmer l’existence dans l’être individuel de chacun de nous.

Miguel de Unamuno (1864-1936)

Passionné par la philosophie de Kierkegaard, Miguel de Unamuno a été influencé par ses œuvres. Il découvrit ainsi une nouvelle façon de comprendre l’existence humaine.

Il met en avant son irrationalité, par opposition à la rationalité souhaitée par la philosophie moderne.  De même, le rôle de l’angoisse l’inscrit dans l’incertitude que la vie après la mort génère en nous.

Karl Jaspers (1883-1969)

La philosophie de Karl Jaspers cherche à comprendre l’être en termes concrets et individuels de chaque sujet. Il introduit ainsi son concept de « situation limite » pour désigner ces moments critiques de la vie qui révèlent la véritable nature de l’être humain. Par conséquent, comme d’autres existentialistes, l’accent est mis sur la réflexion sur l’existence vécue.

Gabriel-Marcel (1889-1936)

Il se distinguait par l’importance accordée au mystère, à l’incarnation et à l’importance de l’expérience concrète. Ainsi, il fut un promoteur d’une participation engagée dans la réalité, soulignant la pertinence des relations humaines authentiques.

Jean-Paul Sartre (1905-1980)

C’est lui qui a le premier inventé le terme comme courant philosophique unifié. Il met en avant la liberté individuelle, la responsabilité et la création active de sens en l’absence de nature prédéterminée. Pour ce faire, les actions et décisions de l’être humain seront définitives pour la création de cet être subjectif.

Selon Sartre, l’existentialisme est un humanisme car il place les personnes de chair et de sang au centre de sa réflexion.  De cette manière, l’individu est élevé au rang de propriétaire de sa propre vie et de son existence. De plus, en vivant, l’homme peut réaliser son propre projet. C’est ainsi que l’être humain crée sa singularité.

Simone de Beauvoir (1908-1986)

Tout à fait conforme à la pensée de Sartre, la nouveauté qu’il introduit est d’appliquer cette réflexion à la vie des femmes. En ce sens, la lutte contre les limitations imposées par la société se démarque, notamment en ce qui concerne le genre féminin. Ainsi, il promeut la liberté, la responsabilité et la solidarité comme éléments fondamentaux de l’authenticité et de l’épanouissement personnel.

Martin Heidegger (1889-1976)

La proposition existentialiste de Martin Heidegger se caractérise par la réalisation d’une analyse de l’existence basée sur la méthode phénoménologique. Il introduit ainsi le concept de Dasein pour nommer l’existant humain.

Lui-même se situe dans le monde et sa qualité fondamentale est le soin de soi et la conscience de sa propre finitude. Une question qui le mènera à une angoisse existentielle.

Albert Camus (1913-1960)

Camus a abordé le concept d’« absurdité » pour désigner le manque de sens de la vie. À partir de là, il propose une recherche active de sens de la part de l’individu. Et cela non seulement individuellement mais aussi collectivement, c’est-à-dire avec les autres.

Maurice Merleau-Ponty (1908-1961)

Phénoménologue et philosophe existentialiste français, Merleau-Ponty a exploré la relation entre la perception corporelle et la conscience. Ainsi, il a souligné l’importance de l’expérience corporelle dans la compréhension de soi. Son travail a influencé le développement de la phénoménologie existentielle.

Critiques et reproches de ce courant philosophique

Sartre lui-même, dans son discours de 1945, détaille une série de reproches à l’encontre de cette philosophie. Tout d’abord, ils sont accusés de se concentrer uniquement sur les aspects négatifs et mauvais de l’existence humaine. Cela leur a valu d’être accusé de promouvoir le quiétisme et une profonde inaction.

Deuxièmement, ils sont accusés de soutenir et de promouvoir un type de philosophie élitiste et bourgeoise, en raison de son contenu contemplatif et métaphysique élevé.

Et enfin, on pense qu’il s’agit d’un courant dont la finalité dérive de l’individualisme pur , de par son point de départ dans le sujet et son expérience concrète.

Un regard profond sur l’existence humaine

Il n’existe peut-être aucune philosophie qui tente d’approfondir l’existence humaine comme l’existentialisme. C’est pourquoi il est toujours aussi populaire de penser à nous-mêmes aujourd’hui. De plus, ses concepts principaux, tels que la liberté, la responsabilité et l’anxiété, peuvent nous aider à nous chercher et à faire de notre vie un projet.

En fin de compte, il s’agit de trouver un sens qui donne du sens à chacune de nos vies. Il n’y a pas de réponses magiques, c’est sûr. Cependant, plonger dans les profondeurs de ce courant peut être le début de quelque chose de bien plus puissant, peut-être le début d’une vie authentique.

Articles liés

Articles récents