vendredi, juillet 19, 2024
AccueilDiversQuelle est l'origine des gitans?

Quelle est l’origine des gitans?

La langue des gitans

L’une des théories sur l’origine des gitans du nord de l’Inde vers l’an 1000 et sur leur exode ultérieur est la langue.

Le romani est l’ensemble des variétés linguistiques typiques du peuple tsigane (Rom), issues des dialectes pakrits (clairement liés au sanskrit classique) parlés entre 500 avant JC et 1000 après JC en Inde et au Pakistan.

Jusqu’à cette date, les langues indo-aryennes avaient trois genres : masculin, féminin et neutre, tout comme le romani.

Manuel Cáliz Córdoba, dans L’énigme de la race gitane, commente que les habitants de la région du Pendjab étaient appelés Rajatans, « ce qui, comme on peut le constater, est très proche des gitans ». Cáliz fonde son argumentation sur des coïncidences, en plus des coïncidences linguistiques et physionomiques : « de taille moyenne, visage long, pommettes saillantes, lèvres épaisses, nez fin, cheveux noirs et raides, yeux noirs et vifs, teint foncé et bronzé et poitrine étroite ». Il mentionne également la similitude organisationnelle entre « tribus et castes », considérant la famille comme l’unité de base de la survie. (Françesc Botey dira que « la patrie du gitan est son propre sang », et Félix Grande explique que « la famille est la patrie qui reste aux misérables », célèbre flamencologue )

A este respecto, Juan de Dios Ramírez Heredia, primer Diputado de raza gitana de la historia española, de 1977 a 1986, escribe entre sus numerosos alegatos a la defensa de su pueblo: «obsérvese el siguiente hecho original que se da entre los gitanos de tout le monde. Nous sommes si convaincus des liens d’union familiale qui nous unissent à toutes les composantes de la race, que, dans le cas d’individus du même âge, nous nous appelons « cousins ​​», et, si nous sommes d’âges très différents, le plus jeune sera appelé « oncle » ou « tante » pour l’aîné, et il dira « neveu » ou « nièce » pour le plus jeune. Et normalement, pour attirer l’attention de chacun, on n’utilise pas les expressions vulgaires « hé toi » ou « untel, fais attention », mais plutôt on s’adresse en s’appelant « parent ».

Le romani, comme on le voit, est basé sur la langue indo-européenne, mais s’enrichit de mots empruntés aux langues qui étaient parlées dans les pays par lesquels passaient les gitans : persan, kurde, arménien et grec…

Johann Christian Christoph Rudiger le confirme et, en 1782, souligne la similitude du romani avec l’hindoustani et d’autres langues indo-aryennes du nord de l’Inde et du Pakistan. Par la suite, des études génétiques ont montré que les populations tsiganes présentaient des fréquences dans certains types de chromosome Y et d’ADN mitochondrial qui n’apparaissent qu’en Inde, ainsi que certaines maladies génétiques très caractéristiques de cette situation géographique. Il a été conclu que les deux populations se sont séparées il y a une quarantaine de générations.

Aujourd’hui, le romani est parlé en Europe, en Asie occidentale, en Afrique du Nord et en Amérique. Le caló, également connu sous le nom de zincaló ou romani ibérique, est utilisé en Espagne, en France, au Portugal et au Brésil (une population totale estimée entre 65 000 et 170 000 personnes). Il a une influence marquée des langues romanes avec lesquelles il coexiste ; fondamentalement de l’espagnol et, dans une bien moindre mesure, du basque (qui n’est pas roman). Il compte plusieurs dialectes : le Caló espagnol, le Caló catalan, le Caló occitan (disparu), le Caló basque ou Erromintxela, le Caló portugais, le Caló angolais et le Caló brésilien.gitane_origine

Le premier document connu à Caló est un manuscrit du XVIIIe siècle intitulé Jerigonza. Il a été trouvé à la Bibliothèque nationale de Madrid et publié par le philologue anglais John Hill en 1921. Il a été récemment révisé par le professeur Ignasi Xavier Adiego, de l’Université de Barcelone. Marcelo Romero Yantorno, dans Du romanó au caló : six siècles de langue gitane en Espagne, commente : « La phonologie de ce premier Caló montre déjà l’influence du dialecte andalou, et il est évident que la langue décrite ici est déjà le Caló et non le Romaní. car dans ce cas, les verbes apparaissent avec la terminaison infinitive espagnole, tout comme aujourd’hui.

De son côté, le vocabulaire officiel ou non officiel, espagnol (et latino-américain), a également incorporé des mots de Caló. Les exemples les plus connus (surtout dans certains milieux) sont : bajañí (« guitare »), biruji (« froid »), boliche (« casino », « bar »), bulo (« mensonge »), camelar (« vouloir »). , « séduire »), chaval (de chavalé, vocatif de chavó, « garçon », à l’origine « fils »), chingar (« forniquer »), chola (« tête »), cungo (« difficile »), churumbel ou chaborrí ( « enfant », « bébé », « fils »), chusma (« foule »), coba (« persuader »), curda (« ivresse »), currar (« travail »), dukelas (« soucis », « fatigues ») ), espichar (« mourir »), fetén (« excellent »), gachí (« femme »), gachó (de gadjó, « homme »), gili (« imbécile »), jalar (« manger »), jeta (‘ museau », « visage »), jiñar (« déféquer »), lache (« honte »), longui (naïf »), mangar (« voler »), menda (« je »), molaire (« aimer »), ojana (« hypocrisie »), loriot (« illusion »), parné (« argent »), pinrel (de pinré, « pied »), pirarse (de pira, « fuite », « fuite »), postín (« lustre ») , paripé (« faire semblant »), piltra (« lit »), pitingo (« vaniteux »), sandunga (« grâce »), tasca (« taverne »).

L’origine des gitans

L’exode des gitans européens a commencé il y a 1 500 ans en Inde
Une étude basée sur l’ADN confirme l’origine indienne du peuple gitan, comme le suggéraient des études linguistiques antérieures.
EFE 06-12-2012 – 20h50 CET

Malgré leur diversité linguistique, culturelle et religieuse, les Tsiganes partagent un passé commun. Selon les conclusions d’une étude à laquelle participe, entre autres, David Comas, de l’Institut de biologie évolutive et de l’Université Pompeu Fabra de Barcelone, « tout a commencé dans le nord-est de l’Inde il y a environ 1 500 ans ».

L’exode des gitans européens a commencé il y a 1 500 ans en Inde
Image d’archive (non datée) d’une famille hongroise campant autour de la capitale espagnole- (EFE)

Les Tsiganes représentent la plus grande minorité en Europe , avec environ onze millions de personnes, soit une taille équivalente à celle de pays européens comme la Grèce, le Portugal et la Belgique, selon les chercheurs.

« Nous souhaitons explorer l’histoire démographique des gitans européens car ils constituent une fraction importante de la population européenne », a déclaré Comas, qui a déclaré que « la situation de marginalisation dans laquelle ils se trouvent dans de nombreux pays affecte également leur visibilité dans les études scientifiques. .

Les Tsiganes ne disposent pas de documents historiques témoignant de leur origine et de leur dispersion. Pour compléter son histoire, Comas, en collaboration avec Manfred Kayser de l’Université Erasmus de Rotterdam aux Pays-Bas et d’autres collègues européens, a généré des données génomiques de 13 groupes de gitans dans différentes régions d’Europe et a confirmé l’origine indienne des gitans.

 » Les preuves génomiques suggèrent une origine dans le nord-est de l’Inde il y a environ 1 500 ans », ont indiqué les auteurs de l’étude. Les chercheurs ont détaillé que, bien que les influences du Moyen-Orient et du Caucase soient connues dans la langue romani, « peu de preuves indiquent une origine commune avec les habitants actuels de cette région du monde ».

Après leur arrivée en Europe, selon cette étude, les Tsiganes se sont installés dans différentes zones géographiques lors d’une vague migratoire née de la région des Balkans il y a 900 ans. « D’un point de vue génomique, les Tsiganes partagent une origine commune et une histoire commune avec deux éléments principaux : des racines dans le nord-ouest de l’Inde et un mélange génétique avec des Européens non-Tsiganes à des degrés divers lors du départ de l’Inde et de la migration au sein de l’Europe », a déclaré Kayser.

Cette étude, note Kayser, « illustre clairement que la compréhension de l’héritage génétique des Tsiganes est nécessaire pour compléter la caractérisation génétique des Européens, avec des implications dans divers domaines tels que l’évolution humaine et les sciences de la santé ».

La décision du gouvernement français d’ordonner la déportation massive des communautés gitanes d’origine roumaine nous renvoie à l’un des lieux les plus sinistres de la mémoire européenne. Le fait que la communauté rom soit prise pour bouc émissaire n’est pas un événement nouveau.

Les Tsiganes, depuis les pragmatiques des Rois catholiques jusqu’aux camps de concentration nazis ou à la Garde civile espagnole : ont été persécutés et battus dans le cadre d’un exercice pratique de pédagogie de la terreur politique (raciste ou de classe) destinée à intimider et discipliner d’autres. et des minorités plus puissantes.

Les déportations collectives de gitans, ordonnées par ce « napoléon de l’opéra bouffe » qu’est Sarkozy, ne sont rien d’autre qu’une « répétition générale », avec le public et les critiques ; d’opérations de plus grande envergure ayant dans le viseur des populations africaines et islamiques (maghrébines, subsahariennes). Aujourd’hui les gitans roumains, demain les subsahariens du Mali et dans un avenir pas trop lointain tous ceux qui ne rentrent pas dans le modèle ethnique occidental et chrétien.

Dès avant son arrivée à la présidence de la République française, Sarkozy a mené un virage idéologique en rupture avec la tradition laïque et républicaine de la droite française. Cette nouvelle droite, dirigée par Sarkozy, est plus l’héritière de Pétain que de De Gaulle et plus proche de Vichy que de Londres.

Le rapprochement avec l’Église et la remise en cause de la laïcité républicaine, ou l’ouverture d’un pseudo-débat sur l’identité nationale française dans une perspective ethniciste, sont deux gestes qui s’inscrivent dans cette nouvelle orientation. En Espagne, le renard de Rajoy et le mémo de Zapatero coïncident pour soutenir la dérive raciste française.

Nous vivons déjà, même si nous ne le savons pas encore, dans une époque biopolitique, où la vie est devenue la principale catégorie politique et sociale : dans cette époque, la droite ressuscitera le racisme, sans lequel elle ne peut justifier l’impossibilité écologique d’universaliser le modèle de Vie et consommation occidentales.

L’exclusion de la majorité de l’humanité du festin de la consommation occidentale est la condition pour que l’illusion d’une croissance infinie puisse entreprendre un voyage historique. Pour ce voyage, les sacoches des droits de l’homme et du libéralisme cosmopolite ne sont d’aucune utilité. seules de nouvelles formes de racisme peuvent lui donner un fondement idéologique stable et solide.

En tant qu’Andalous, nous sommes particulièrement impliqués dans ce domaine. Lorca disait déjà que le gitan était l’une des manières les plus excellentes et les plus élégantes d’être andalou. Lorsque vous persécutez un gitan, vous persécutez l’Andalousie.

Les gitans ont été massacrés sur notre territoire en guise d’avertissement à la mémoire andalouse (dont ils sont en grande partie les exécuteurs testamentaires et les héritiers). Les gens sans certificat de pureté du sang savaient ce qui leur arriverait en voyant ce qui arrivait aux gitans. Les pauvres, les travailleurs ont également été avertis par les coups portés dans le dos des calrrorros. Depuis longtemps, chaque fois que quelque chose de terrible se produit en Europe, cela commence par la persécution des Tsiganes.

Le gouvernement et le parlement andalous, les institutions et les organisations, les bonnes gens de notre terre, ne peuvent pas, nous ne devons pas abandonner les gitans à leur sort.

Articles liés

Articles récents