vendredi, juillet 19, 2024
AccueilDiversLes sirènes dans la mythologie Grecque

Les sirènes dans la mythologie Grecque

Nichée entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique, la Grèce est une destination véritablement fascinante qui fait rêver de nombreux voyageurs. L’organisation politique et sociale dont le pays hellénique a vu naître, sa richesse philosophique, son architecture fascinante et son modèle éducatif innovant, font partie de ses attraits.

Mais parmi eux, se distinguent leurs mythes et légendes, qui se sont transmis de génération en génération, formant une partie indispensable de l’histoire de l’humanité . Aujourd’hui, nous voulions parcourir l’histoire des sirènes dans la mythologie grecque, des créatures fascinantes qui intriguent les hommes depuis des siècles. Rejoignez-nous pour explorer tous les détails du mythe fantastique des sirènes.

Les sirènes dans la mythologie grecque

La culture du pays hellénique regorge de dieux issus de la mythologie grecque . Les noms de Zeus, roi de l’Olympe, nous deviennent communs ; Poséidon, le dieu des mers ; Aphrodite, la déesse de l’amour , ou Ares, le dieu de la guerre.

Mais la mythologie grecque abrite également d’innombrables créatures extravagantes dans ses récits, comme le mythe du Minotaure , du Centaure, de l’Hydre, du Cyclope, de la Gorgone ou du Cerbère. Le mythe des sirènes est peut-être l’un des plus courants et celui qui a la saveur la plus douce-amère. Voyons pourquoi.

Les sirènes de la mythologie grecque sont assez particulières. Ce n’est pas seulement l’image la plus courante, moitié femme, moitié poisson ; mais aussi de créatures mi-femme mi-oiseau. Ils sont décrits comme des êtres beaux mais très dangereux, qui aimaient charmer les marins avec leurs chants subtils et séduisants, les conduisant vers une mort certaine .

Bien que leurs caractéristiques et leur nombre puissent varier selon l’auteur qui les examine, certains d’entre eux soutiennent qu’il y avait deux sirènes : Aglaofema et Telxiepia. D’autres auteurs diffèrent, affirmant que le mythe des sirènes était composé de trois créatures : Pisinoe, Agláope et Telxiepia. Nous connaissons également des théories qui n’utilisent pas de nombres ou de noms définis, seulement la caractéristique qu’ils restent toujours en groupes.

L’origine des sirènes dans la mythologie grecque

De nombreuses énigmes se tissent autour de l’origine des sirènes dans la mythologie grecque. Il n’existe pas de version universellement acceptée, mais plusieurs théories ont été esquissées pour justifier son apparition, chacune ayant son groupe d’adeptes. L’une des plus courantes est celle qui défend que les créatures sont les filles de Melpomène, la muse de la tragédie, avec Achelous, dieu du fleuve homonyme et premier-né des dieux du fleuve.

Une autre version de l’origine des sirènes les place comme filles de Terpsichore, muse de la poésie et de la danse. Sa paternité est également attribuée à Phorcys, l’un des dieux marins primordiaux. Selon la version de Libanius, les sirènes de la mythologie grecque sont nées du sang d’Achelous, versé au combat par Hercule.

Mais le mythe le plus répandu sur l’origine de ces extraordinaires créatures mythologiques est peut-être que les sirènes étaient des femmes ordinaires, compagnes ou servantes de Perséphone, la fille de Zeus et de Déméter . La jeune femme a été kidnappée par Hadès, le dieu des enfers. C’est alors que les demoiselles furent dotées d’ailes. Certains défendent que ce sont eux-mêmes qui ont demandé la transformation, pour rechercher plus efficacement leur dame kidnappée. D’autres affirment que les ailes étaient une punition de la déesse Déméter, pour son échec à empêcher l’enlèvement de Perséphone.

L’histoire des sirènes dans L’Odyssée

Peu d’œuvres ont autant traversé l’histoire de la littérature universelle que L’Odyssée. Ce poème épique grec, composé de vingt-quatre chants et attribué au poète Homère, remonte au lointain VIIIe siècle avant JC. Ses pages reflètent l’une des histoires de sirènes les plus populaires de la mythologie grecque. Le passage de l’œuvre raconte que les créatures vivaient sur une île proche de Scylla et Charidbis.

On raconte que la sorcière Circé avait prévenu le héros Ulysse ou Ulysse de son chant séduisant, qui hypnotisait les marins et les incitait à se jeter à la mer. Une fois parvenus à le faire, ils disparurent, les laissant se noyer. Parfois, ils les traînaient eux-mêmes au fond de l’océan.

Ulysse prit alors des mesures pour protéger son équipage. Pour éviter qu’ils ne soient irrémédiablement séduits par la voix mélodieuse, il leur ordonna de se boucher les oreilles avec de la cire. Il ne voulait cependant pas les couvrir, car il avait envie de les écouter. Il a donc trouvé un moyen de le faire en toute sécurité, afin de ne pas mettre sa vie en danger. Il a demandé à ses hommes de l’attacher fermement au mât de son bateau.

Ils continuèrent à naviguer dans ces circonstances, et bientôt ils passèrent par l’île où vivaient les sirènes . Les marins ont été gardés en sécurité. Le héros, de son côté, éprouva le désir de les poursuivre après avoir entendu leur chant sensuel, mais être attaché au mât lui sauva la vie. Ce fut l’un des passages les plus représentatifs du voyage d’Ulysse ou d’Ulysse, de retour de Troie.

Mais le mythe des sirènes contenu dans L’Odyssée a deux versions. La seconde est celle racontée du point de vue des créatures. On savait que la sirène qui parvenait à faire écouter sa chanson à un homme sans être attiré par elle ou se mettre immédiatement à sa recherche serait rattrapée par la mort.

La plus connue des créatures de L’Odyssée était Parthénope, la plus petite et la plus belle des sirènes. Il avait chargé ses animaux de compagnie, les dauphins, de l’avertir des routes suivies par Ulysse, dont il était tombé aveuglément amoureux, admirant son intelligence, sa virilité et son arrogance.

Après avoir été avertie de l’approche du héros, Parthénope a décoré son corps d’algues et de coquillages. Elle lâcha ses longs cheveux d’écume, et se percha sur un rocher, attendant son amant. Quand il l’a vu, il a chanté et chanté avec le plus grand élan, mais le navire d’Ulysse est passé à côté de lui, alors qu’il aspirait à retrouver son épouse Pénélope.

La sirène est restée sans voix et est décédée par la suite, comme c’est le sort de toutes les sirènes qui ne parviennent pas à retenir le mortel qu’elles désirent. On raconte que son corps a été traîné par le courant jusqu’à atteindre l’actuel golfe de Naples, où des pêcheurs l’ont trouvé et, fascinés par sa beauté, l’ont enterré avec les honneurs.

Autres mythes sur les sirènes

Les sirènes de la mythologie grecque sont les protagonistes de nombreuses histoires pleines de mystères. Un autre des mythes les plus connus dans lequel ils sont mentionnés est celui de Jason et des Argonautes. On raconte que, comme dans L’Odyssée, Jason et ses hommes avaient l’obligation de faire le tour de l’île des sirènes. Tous les hommes connaissaient la légende, donc cette étape du voyage inspirait à la fois intrigue et peur.

Mais la fortune sourit aux membres de l’équipage. Le légendaire musicien Orfeo faisait partie du groupe de passagers. Lorsque les sirènes furent prêtes à commencer leurs airs enchanteurs, Orphée sortit sa lyre et commença à jouer une mélodie céleste. Leur musique était si extraordinaire qu’elle éclipsait les voix des créatures.

En ce sens, le mythe des sirènes dit également qu’un seul des argonautes s’est laissé prendre à cette terrible stratégie et a sauté par-dessus bord pour nager après eux. Aphrodite, la déesse de l’amour, intervint en sa faveur et le sauva de la mer.

Les Tritons

Il est bien connu que la plus grande diffusion historique, littéraire, audiovisuelle et picturale s’est faite du côté des sirènes de la mythologie grecque. Mais ce n’était pas la seule créature de ce style parmi les mythes et légendes du pays hellénique. Au mythe des sirènes s’ajoute l’existence de leur version masculine, les tritons. Ils étaient considérés par les Grecs comme des dieux messagers de la mer. Elles ressemblaient à la version mi-poisson mi-femme des sirènes. Ils avaient généralement un torse masculin trapu et une, voire deux queues de poisson.

Contrairement aux sirènes, qui ne portent aucun instrument caractéristique, les tritons traversent les eaux océaniques, armés d’un trident et d’une corne en coquillage. On pense qu’ils sont les enfants d’Amphitrite, la dame des mers et personnification de la mer calme. Ils ont vécu plus de trois cents ans, même si certains auteurs affirment qu’ils n’ont vécu qu’un siècle. La mémoire des tritons était égale à celle des poissons. Ils n’étaient pas capables d’héberger des souvenirs.

Ces créatures étaient au service de Poséidon, le dieu des mers, en tant que membres de sa suite. La divinité leur permettait de remonter à la surface deux heures par jour, dans le but de trouver un moyen de vivre éternellement. La formule pour y parvenir était d’amener un humain à les aimer sincèrement. La raison d’être de ces créatures qui accompagnent le mythe des sirènes est restée dans la mémoire et dans le cœur des humains.

On croit que si, dans l’un de ses accès aux surfaces, le triton ne parvenait pas à éveiller l’amour d’un être humain, la marée monterait et il disparaîtrait, confus sous forme d’écume qui se dissoudrait au clair de lune. Contrairement aux sirènes de la mythologie grecque, les tritons étaient soumis aux intempéries. Ils pourraient vieillir, perdre leur beauté, souffrir de maladies, devenir faibles et même marcher comme des humains, sur deux jambes, dans un processus douloureux.

Le mythe des sirènes est l’un des plus curieux et des plus frappants de la mythologie grecque. Ces créatures ont retenu l’attention des gens, génération après génération. Leur présence dans les œuvres de la littérature universelle et du septième art les a popularisés comme l’un des êtres mythologiques les plus mystérieux, mélange de merveilleuse séduction féminine et de sombre menace de mort en mer.

Articles liés

Articles récents