jeudi, juin 20, 2024
AccueilDiversLe symbolisme de l'olivier

Le symbolisme de l’olivier

Le rameau d’olivier a toujours été un symbole de paix et récemment le conseil d’administration de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) a annoncé une journée en son honneur. La Journée mondiale de l’olive est célébrée chaque année le 26 novembre.

Le conseil a déclaré que la célébration annuelle de la Journée mondiale de l’olivier « contribuera à protéger cette plante ancienne et à préserver sa valeur de longue date », et a souligné l’importance de l’olivier en tant que symbole universel de paix et d’harmonie.

« Aujourd’hui, l’olivier est cultivé sur six continents et contribue au développement économique et social durable de nombreux pays et à la conservation des ressources naturelles. »

L’olivier possède une longue histoire de 6 000 ans de culture en Méditerranée et sa culture est aujourd’hui encore présente dans 56 pays.

Mais la prestigieuse usine joue également un rôle de premier plan dans le développement économique, social et durable, grâce à l’emploi de millions d’hommes et de femmes. Il a également une fonction importante pour la santé grâce aux multiples propriétés nutritionnelles respectivement de ses fruits – les olives et évidemment de leur huile dérivée, mais aussi de ses feuilles.

Son rôle dans la protection de l’environnement est moins connu. En fait, la culture des oliveraies prévient la désertification des terres, protège contre l’érosion et a le potentiel d’augmenter la fixation atmosphérique du dioxyde de carbone dans le sol.

L’olivier au centre de la bible

Au centre de nous-mêmes, se trouve l’Olivier, distillateur d’or vert, feu végétal, substance alchimique qui transforme l’homme en dieu. L’ arbre produit de l’huile sacrée, c’est ce que l’homme est invité à faire avec lui-même, produisant de la lumière liquide, cette substance précieuse qui symbolise le Soleil, le Soi, la divinité interne cachée à l’intérieur du fruit, enfermée dans la graine.

À Athènes

Même dans la Constitution des Athéniens d’Aristote, nous lisons : « L’huile est récoltée sur les oliviers sacrés : l’archonte la prend aux propriétaires des terres où se trouvent ces arbres… Autrefois, la ville sous-traitait la collecte et quiconque détruisait ou coupait un olivier sacré était jugé par le conseil de l’aréopage et, s’il était reconnu coupable, puni de mort » (60, 2 ; sur le sujet aussi Lysias, De olivo sacro, 11-19). Une règle ancienne interdisait également aux cueilleurs d’olives d’endommager l’arbre de quelque manière que ce soit en déchirant ou en frappant avec force ses branches pendant la récolte.

Sénèque nous rappelle qu’« aucune forme de connaissance ne s’apprend d’un lieu », ni d’un seul pas de l’organique, car nous sommes le voyage, le bagage qui nous accompagne : la recherche continue, les examens ne finissent jamais, les classiques et les oliviers sont là, vivaces, inébranlables, assurant, si l’on le veut, une « réserve d’avenir » inépuisable…

Etymologie

Du latin olivum, lui-même dérivé du grec classique elaion et du grec archaïque elaiwon. Famille des Oléacées.

En italien, la forme « olivo » et la forme « ulivo » sont utilisées, bien que cette dernière ait tendance à être typique des régions de l’Italie centrale.

C’est l’arbre qui plus que d’autres a « gouverné » le monde spirituel et sacré depuis la nuit des temps.

Un arbre complexe et plein de significations.

En botanique

Espèce caractéristique du bassin méditerranéen, l’olivier est un arbre à feuilles persistantes, aux feuilles lancéolées et coriaces, qui poussent les unes en face des autres et sont recouvertes d’une fine couche de cire qui les protège des agents atmosphériques. En tombant, les feuilles forment au pied de l’arbre un tapis argenté qui recouvre le sol et au milieu duquel, vers novembre, on découvre les olives noires et mûres tombées des branches.

Les fruits : les olives

Les olives, fruits dans lesquels la graine est contenue dans un noyau, sont riches en nutriments tels que les polyphénols, les acides gras monoinsaturés et la vitamine E, les mêmes propriétés que l’on retrouve dans l’huile d’olive.  L’huile, composée d’acides gras et de vitamine E, constitue une réserve lipidique, c’est-à-dire un feu végétal, des calories prêtes à brûler.

Les processus par lesquels l’huile se forme sont liés aux forces ignées et à l’énergie solaire et en produisant de l’huile, l’olivier transforme la chaleur du soleil en la distillant sous forme liquide, nourriture pour la graine et pour l’homme. Pour devenir comestibles, les olives doivent être traitées notamment en les soumettant à un processus de fermentation. Naturellement, les olives sont trop amères, en raison de leur teneur élevée en oleuropéine, un complexe de tanins.

Les fleurs

Les fleurs de l’olivier sont petites, blanches, cireuses et délicatement parfumées. Cependant, la pollinisation est anémophile, même si, après des milliers d’années de culture par l’homme, les variétés actuelles d’olivier ont du mal à se reproduire d’elles-mêmes, et donc en plus de la propagation par graines, cet arbre a souvent lieu à la bouture.

L’olivier n’atteint pas de grandes hauteurs, s’arrêtant à environ 15 mètres maximum, mais sa longévité est presque sans égal. Cela peut dépasser 1000 ans.

Les feuilles

Les feuilles, dures et écailleuses, sont persistantes et attachées aux branches par des pétioles assez rigides, donnant un aspect presque métallique au feuillage de l’arbre, qui brille d’or au soleil et d’argent à la lune, d’où sa « valeur alchimique ».

Le tronc

La grande particularité de l’olivier réside cependant dans son tronc, dans les formes tordues qu’il prend, dans les trous et les veines qui le parcourent, très lisses et pourtant gravés par le temps, modelés par les courants d’énergie qui y circulent. cela selon un rythme qui pour nous est très lent, éternel. Le tronc de l’olivier est porteur d’un message écrit pour nous dans une langue qu’il faut redécouvrir, très ancienne et donc proche, en nous.

L’olivier fait encore preuve d’une énorme vitalité : chaque année émergent de la base de son tronc des drageons qui ne sont que de jeunes plants renfermant en eux, comme un trésor, le patrimoine génétique de l’arbre mère, qui peut même être vieux de plusieurs siècles et encore vivant. Il existe également une forte tendance des oliviers à devenir sauvages : livrés à eux-mêmes, ils retournent vers les oliviers et colonisent la brousse, comme cela s’est produit par exemple dans certaines régions d’Australie.

« L’olivier doit être abordé avec respect, car ce n’est pas seulement l’une des plus anciennes plantes cultivées qui offrent de la nourriture, il est aussi un partisan de la guérison, un gardien des substances pour les actes de culte, de la consécration des Rois Prêtres. , pour les ‘Derniers Sacrements.

L’olivier lui-même est un patriarche sacerdotal parmi les arbres ; dans une oliveraie les ombres sont traversées par des lumières argentées ou dorées, on respire la même paix solennelle d’un sanctuaire. (…) Même si dans la vieillesse la tige peut se briser, elle se divise en morceaux distincts comme la souche de saule, ressemblant plus aux ruines d’un rocher fendu qu’à une plante : des rameaux verts, jeunes et frais en poussent, et aussi les siècles- les vieilles branches sont à nouveau sensibles à l’appel du printemps. Nous savons qu’en réalité l’arbre entier est un fragment de la Terre, cela se comprend bien en regardant un vieil olivier. Mais cet arbre très terrestre est également ouvert à la lumière et à la chaleur cosmiques.

Le jour, il brille d’une lumière dorée et la nuit, ses feuilles sont des écailles argentées qui chantent avec la Lune. Bien qu’il soit symbole de civilisation et de progrès et qu’il soit donc spontanément considéré comme un arbre « masculin », rationnel, en un certain sens « éduqué » (ce n’est pas pour rien qu’il est sacré pour Athéna, la déesse vierge qui représente le contrôlé, « masculisé », féminin respecté et vénéré justement parce qu’il est soumis à la rationalité étroite tant honorée par le patriarcat), l’olivier sait aussi montrer un profond côté lunaire et féminin.

L’olivier est mémoire solide, présent éternel, sagesse et dépassement du plan physique . Il nous montre avec lui-même comment surmonter les fausses barrières qui nous séparent de la divinité, en restant persistant et en distillant notre feu alchimique.

L’huile d’olive, feu végétal, est considérée comme sacrée depuis l’Antiquité. En plus d’être l’une des principales sources de nourriture et de lumière (elle était en effet utilisée pour assaisonner les aliments mais aussi pour alimenter les lampes), elle était aussi l’onguent utilisé dans les rites de consécration des prêtres et des rois, symbolisant le Christ (et christos, en grec, cela signifie « oint », « sanctifié par l’huile » et donc choisi).

Le Coran décrit un mystérieux olivier. Mahomet dit dans la Sourate sur la Lumière (XXIV) : « Dieu est la lumière des cieux et de la terre. Sa lumière est comme celle d’une lampe, placée dans une niche à l’intérieur d’un vase de cristal semblable à une étoile scintillante, et allumée grâce à un arbre béni, un olivier qui n’est ni à l’est ni à l’ouest, dont l’huile éclairerait même si elle ne touchait pas le feu. . C’est lumière sur lumière. Et dans sa lumière, Dieu guide qui il veut. Ainsi Dieu, qui sait tout, propose des similitudes aux hommes. »

L’olivier mystique de Mahomet n’est ni à l’est ni à l’ouest car il constitue l’axe du monde, et est donc au centre du macrocosme comme du microcosme.

Au centre de nous-mêmes, se trouve l’Olivier, distillateur d’or vert, feu végétal, substance alchimique qui transforme l’homme en dieu. De même que l’arbre produit de l’huile sacrée, ainsi l’homme est invité à fabriquer de lui-même, produisant de la lumière liquide, cette substance précieuse qui symbolise le Soleil, le Soi, la divinité intérieure cachée dans le fruit, enfermée dans la graine.

Mythologie et histoire

Originaire d’Asie Mineure, où il poussait à l’état sauvage, l’olivier était à l’origine un fruit épineux, l’oléastre, et selon le mythe, c’est Héraclès Dactylus qui l’introduisit pour la première fois en Europe, l’amenant à Olympie, où le héros, il créa les Jeux Olympiques qui avaient lieu tous les quatre ans en l’honneur de son père Zeus.

Héraclès planta sur la colline nue où s’élevait la ville une forêt d’oliviers sauvages pris aux sources du Danube, où il les avait reçus en cadeau des prêtres d’Apollon. Jusqu’aux septièmes Jeux olympiques, les vainqueurs recevaient en récompense un pommier de cuivre portant un fruit, promesse d’immortalité, en souvenir des pommes d’or des Hespérides dont le héros avait pris possession. Aux septièmes Jeux olympiques, le pommier fut remplacé, sur ordre de l’oracle de Delphes, par une couronne d’olivier sauvage . La massue d’Héraclès était également faite d’olivier sauvage.

De la sélection effectuée en Syrie sur l’ olivier sauvage dérive probablement l’olivier que les Phéniciens répandirent dans toute la Méditerranée, cet olivier qui, selon un autre mythe grec, Athéna, déesse de la culture et de la guerre, vierge née de la tête de Zeus, planté pour la première fois en Grèce.

On raconte qu’un jour la déesse se heurta à Poséidon, son oncle, frère de Zeus et seigneur de la mer, pour la possession de l’Attique. Pour résoudre le conflit, les dieux se tournèrent vers Cécrops, le premier roi de ces terres, qui promit la palme de la victoire à celui qui aurait créé quelque chose d’extraordinaire.

Poséidon frappa la terre au milieu de l’Acropole avec son trident, provoquant l’émergence d’une source d’eau salée. Mais c’est Athéna qui assura la victoire en plantant le premier olivier, comme le rappelle également une inscription sur le fronton de l’Acropole. A partir de ce jour, l’olivier devint sacré pour la déesse . Non seulement il était interdit de brûler le bois, mais quiconque les abîmait était sévèrement puni. Même les Spartiates, lorsqu’ils pillèrent Athènes, les épargnèrent, craignant la vengeance des dieux.

L’olivier est un symbole de lumière, de paix et de civilisation également dans la tradition biblique ainsi que dans le Coran. La Genèse raconte que lorsque les eaux du Déluge universel commencèrent à se calmer et que l’arche s’échoua au sommet du mont Ararat, Noé envoya d’abord un corbeau pour lui parler de la lente émergence des terres, puis une colombe.

Tous deux revinrent sans avoir trouvé ne serait-ce qu’une seule bande de terre pour se reposer. Ainsi, après sept jours, Noé fit à nouveau voler la colombe hors de l’arche, et cette fois, au crépuscule, la colombe revint, mais portant un rameau d’olivier dans son bec. Noé comprit alors que les eaux s’étaient définitivement retirées. Il attendit encore sept jours et relâcha de nouveau la colombe, qui ne revint jamais à l’arche.

C’est pour cette raison que l’ olivier était considéré comme un symbole de salut, de prospérité et de fin du conflit. La symbolique de la paix, cette paix qui seule permet le progrès de la civilisation, s’inspire aussi d’une coutume dont Cyrille d’Alexandrie fut témoin : une armée qui voulait la paix après une bataille la demandait par l’intermédiaire d’un héraut qui présentait à l’ennemi un récipient rempli de huile d’olive.

Croyances populaires

Dans les traditions folkloriques des Abruzzes, l’huile et l’olivier occupent une place d’une importance considérable. La présence d’huile dans de nombreuses pratiques magico-religieuses est largement documentée. Les feuilles d’olivier sont également utilisées dans les sortilèges : dans la composition de la « breve », le petit sachet emballé par le magare pour se protéger des mauvaises influences. De plus, on pense que les feuilles d’olivier brûlées éloignent le mauvais œil. C’est le signe d’un malheur grave et futur que de déverser du pétrole sur le sol et de le répandre.

 En phytothérapie

L’olivier est une plante à fonction éminemment solaire et au potentiel léonin. Cela veut dire qu’il agit sur le cœur, sur son rythme. La tradition phytothérapeutique attribue aux feuilles d’olivier des propriétés hypotensives, hypoglycémiantes, fébrifuges et diurétiques, ce qui en fait un adjuvant utile dans le traitement de l’hypertension et du diabète.

L’extrait de bourgeon d’Olea europea possède quant à lui une forte activité antihypertensive, ainsi qu’une activité hypocholestérolémiante et hypoglycémiante, ce qui en fait un excellent remède dans la prévention et le traitement de l’athérosclérose.

L’Olive est un remède du répertoire d’Edward Bach. L’olivier est la fleur de la régénération, qui nous accorde à la Source d’énergie, nous aidant dans les moments d’épuisement et de dépression. Il nous reconnecte à notre Soleil interne.

Comment utiliser les feuilles d’olivier?

Une façon très simple d’utiliser les feuilles d’olivier est d’en préparer une décoction. Vous avez simplement besoin de 5 grammes de feuilles séchées pour chaque tasse d’eau utilisée. Sa préparation est très simple : faites bouillir les feuilles dans l’eau pendant quelques minutes, laissez-les reposer et refroidir, puis filtrez et buvez. La dose généralement recommandée est d’une tasse par jour.

En herboristerie, vous trouverez également la teinture mère d’olive , l’extrait fluide prêt à l’emploi très pratique à utiliser puisqu’il suffit de prendre quelques gouttes dans de l’eau une à deux fois par jour. Demandez toujours conseil à un herboriste en fonction du problème pour lequel vous comptez utiliser l’olivier.

Contre-indications

Les feuilles d’olivier n’ont pas de contre-indications majeures, la seule chose à laquelle il faut faire attention est si vous souffrez d’hypotension. Cependant, il est toujours préférable d’informer votre médecin si vous souhaitez utiliser ce remède naturel, car d’éventuels effets secondaires des médicaments que vous prenez ne peuvent être exclus.

Articles liés

Articles récents