jeudi, juin 20, 2024
AccueilAnimauxA quoi servent les moustiques?

A quoi servent les moustiques?

 À l’heure des nouvelles alarmantes et souvent sensationnalistes (ou pas ?) concernant le virus zika , la fièvre chikungunya et la bien connue dengue , un petit être s’est imposé comme la star principale. Il est petit, bruyant et partout où il passe, sa présence devient tout simplement impossible à ignorer. Comme une sous-célébrité voulant récupérer ses 15 minutes de gloire.

Quiconque a déjà campé, pêché ou simplement oublié la fenêtre ouverte avant de dormir dans des environnements tropicaux ou pendant les saisons chaudes sait de qui nous parlons. Oui, lui, le fameux moustique. Et, nous vous le garantissons, même l’écologiste le plus radical n’échappe pas à la pensée, même secrète : « Merde ! Mais à quoi servent vraiment ces fichus insectes ?!”

Ils sont inutiles

Eh bien, la réponse la plus courte possible à cette question est : ils sont inutiles ! Et ça suffit. Et même? Alors, cela signifie-t-il qu’ils pourraient disparaître de la carte et que personne ne les manquerait ? Partant de cette hypothèse, pourquoi alors faire des efforts pour conserver la biodiversité ?

Allons-y doucement ! Premièrement, les questions à se poser dans ce cas sont en réalité différentes. Nous devrions nous demander : pourquoi les organismes devraient-ils être utiles à quoi que ce soit ? Ou pour quelqu’un ? Et dans le même ordre d’idées : à quoi servent les êtres humains, après tout ?

Allons-y par parties : la Bible dit dans son premier chapitre, dans le livre de la Genèse, que Dieu a créé les êtres humains (ceruman ?) à son image et ressemblance afin qu’il puisse dominer la Terre et tout ce qui y vit. Et puis il s’est reposé. L’être humain a été créé en dernier lieu pour avoir quelqu’un qui puisse profiter des beautés et des délices qu’Il ​​a créés précédemment.

D’une part, le Livre Saint a raison : Homo sapiens est bien l’un des êtres les plus récents à la surface de la planète. Son évolution est une goutte d’eau dans l’océan des temps géologiques. Mais, avoir du pouvoir sur d’autres créatures et avoir le sentiment de les posséder, c’est à cinq Saharas. Vous vous souvenez du moustique ? Cette idée selon laquelle les moustiques ou tout autre être vivant doivent être utiles à quelque chose (à l’humain bien sûr) vient de ces idées bibliques et de notre formation depuis l’enfance.

Qui n’a jamais écrit dans un devoir scolaire que les abeilles sont utilisées pour fabriquer du miel destiné à la consommation humaine ? Ou que le maïs est bon à manger et que les serpents ne sont bons à rien et devraient être exterminés parce qu’ils ont un mauvais caractère ? Oui, et cela continue d’être enseigné. Mais pourquoi, même en tant qu’adultes, nous posons-nous encore ces questions, ou, pire encore, certains scientifiques présentent-ils encore ce type de pensée ?

Ceci est lié à notre idée de l’évolution, notamment notre idée déformée de l’évolution. Charles Darwin a soutenu, dans son livre le plus célèbre et le plus rarement lu, L’Origine des espèces, que le changement des organismes au fil du temps se produit toujours dans le but de surmonter les adversités de l’environnement et de laisser le plus grand nombre de descendants fertiles.

Et cela se fait par sélection , parmi les individus d’une population, de ceux qui présentent les variations les plus appropriées pour ce type de situation. Les variantes actuelles n’étaient pas toujours les plus avantageuses auparavant. Cela se produit tout le temps, dans une dynamique éternelle. C’est ainsi que des espèces disparaissent et que d’autres émergent.

Le point le plus important et fondamental de toute cette conversation : il n’y a pas de jugement de valeur. Les espèces n’habitent pas la planète et n’apparaissent pas du jour au lendemain parce qu’elles remplissent une fonction et il n’existe pas non plus d’espèces plus importantes que d’autres. Ils existent simplement et c’est tout. Alors à quoi servent les moustiques ?

La réponse est encore une fois : pour absolument rien ! Pour lui, tout simplement. Tout comme nous, les êtres humains, ne servons à rien d’autre que de nous vautrer dans notre propre vanité et notre arrogance selon lesquelles nous sommes le summum de l’évolution.

Ce sera? La grippe espagnole au début du XXe siècle, le VIH dans la transition du XXe au XXIe siècle et maintenant, apparemment, les « nouvelles » épidémies virales dont j’ai parlé dans les premières lignes ont détruit et détruisent encore toute vanité et tout sentiment de supériorité.

Un organisme qui est pratiquement du matériel génétique enveloppé dans une enveloppe protéique, même moins complexe que notre propre noyau cellulaire , est capable de décimer des populations entières en quelques mois. S’il existe un livre sacré dans le monde des virus, il sera certainement écrit : A quoi servent les humains ? Nous servons simplement à les diffuser.

Articles liés

Articles récents