mercredi, juillet 24, 2024
AccueilDiversAnu, le dieu sumérien du ciel

Anu, le dieu sumérien du ciel

Anu, connue comme une divinité importante dans l’ancienne Mésopotamie, était considérée comme le dieu du ciel par les Akkadiens et les Sumériens. Il faisait partie d’une triade divine avec Enlil et Ea (Enki). Malgré sa position théoriquement supérieure parmi les dieux, Anu a joué un rôle relativement modeste dans la mythologie, les hymnes et les rituels mésopotamiens.

Il était reconnu comme l’ancêtre non seulement des dieux mais aussi des esprits et des démons malveillants, Lamashtu étant un exemple notable de menace pour les enfants. Anu était également vénéré comme le dieu des dirigeants et du calendrier annuel. Dans les représentations artistiques, il était souvent représenté portant une coiffe à cornes, symbolisant sa force.

Généalogie et littérature

Les premières références aux origines d’Anu sont rares dans les textes les plus anciens. Il fut plus tard considéré comme le fils d’Anšar et de Kišar, comme le rapporte l’épopée de la création du premier millénaire connue sous le nom d’Enūma eliš (Tablette I, 11-14).

Dans les textes sumériens du troisième millénaire, la déesse Uraš était son épouse. Plus tard, cette position fut adoptée par Ki, qui personnifiait la terre, et dans les textes akkadiens par Antu, dont le nom provenait probablement du sien.

An/Anu recevait souvent le titre de « père des dieux », et différentes divinités étaient mentionnées comme ses enfants dans différents contextes. Les inscriptions de Lagaš du troisième millénaire indiquent An comme le père de Gatumdug, Baba et Ningirsu.

Dans des textes littéraires ultérieurs, des personnages tels qu’Adad, Enki/Ea, Enlil, Girra, Nanna/Sin, Nergal et Šara sont également décrits comme ses fils, tandis que les déesses appelées ses filles incluent Inana/Ištar, Nanaya, Nidaba, Ninisinna. , Ninkarrak, Ninmug, Ninnibru, Ninsumun, Nungal et Nusku.

An/Anu joue également le rôle de chef des Annunaki et est responsable de la création de démons notables tels que Lamaštu, Asag et Sebettu. Dans l’épopée Erra et Išum, Anu accorde le Sebettu à Erra comme arme pour punir les humains lorsque leur bruit lui devient insupportable (Tablette I, 38ff).

À mesure que l’autorité d’Enlil égalait, voire dépassait, celle d’An, les fonctions de ces deux divinités commencèrent à se chevaucher dans une certaine mesure. Anu était également occasionnellement associé à Amurru et, en Séleucide Uruk, à Enmešara et Dumuzi.

Origine et caractéristiques

À l’origine, il était une divinité céleste dans la tradition sumérienne connue sous le nom d’An, dont le nom signifie « ciel ». Cette divinité est mentionnée pour la première fois par écrit au début de la période dynastique, vers 2900-2334 av.

Il fut ensuite adopté par les Akkadiens vers 2375 avant JC sous le nom d’Anu, signifiant « ciel », assumant le rôle de dieu suprême. Sargon le Grand d’Akkad, qui régna de 2334 à 2279 avant JC, fait référence à Anu et Inanna dans ses inscriptions comme un moyen de légitimer son règne et de décrire l’aide qu’ils reçurent dans ses conquêtes alors qu’il établissait l’empire akkadien et maintenait l’ordre.

Anu est souvent représenté dans l’iconographie simplement avec une couronne, symbolisant son statut de roi des dieux, un honneur et une responsabilité qui furent ensuite transmis à d’autres divinités telles qu’Enlil, Marduk (fils d’Enki/Ea, le dieu de la sagesse). et Assur, entre autres.

La déesse Antu (également connue sous le nom d’Uras, la déesse de la terre) était son épouse, et parmi les nombreux enfants attribués à Anu figurent les Annunaki, dieux de la terre et juges des morts, et Nisaba, la déesse sumérienne de l’écriture et de la mort. perles. De plus, Anu est considéré comme le mari de sa sœur Ki, la personnification de la terre, de qui est né son fils Enlil.

Bien qu’Anu ne joue pas un rôle de premier plan dans de nombreux mythes, il est souvent mentionné comme personnage de fond. Cela est dû au fait qu’à mesure que sa dévotion grandissait, il devenait de plus en plus distant et transcendantal.

Initialement, il était un jeune dieu, né d’Apsu et de Tiamat, représentant le ciel, mais il a progressivement évolué pour devenir le seigneur suprême des cieux au-dessus du ciel, chargé d’ordonner et de maintenir tous les aspects de l’existence.

Avec Enlil et Enki, Anu formait une triade divine qui régnait sur les domaines céleste, terrestre et souterrain, selon les interprétations. Il figurait également parmi les dieux les plus anciens des Sept Pouvoirs Divins, parmi lesquels Anu, Enki, Enlil, Inanna, Nanna, Ninhursag et Utu-Shamash.

Même si elle est rarement l’héroïne d’un mythe, lorsqu’elle apparaît, Anu joue un rôle important, même si sa présence peut paraître secondaire. Il est mentionné dans certains des mythes les plus célèbres de Mésopotamie, tels que « Gilgamesh, Enkidu et les Enfers », « L’Épopée de Gilgamesh », « Le Mythe d’Adapa » et « Enuma Elish ».

Représentation d’Anu, dieu des Sumériens dans un site archéologique
Symboles de diverses divinités, dont Anu (en bas à droite) sur un kudurru de Ritti-Marduk, de Sippar, Irak, 1125-1104 av. (Image : Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0)
Lieux de culte de Dieu Anu
Les temples et sanctuaires dédiés au dieu Anu étaient importants dans plusieurs villes tout au long de l’histoire mésopotamienne. Depuis le troisième millénaire avant JC, il était l’objet d’un culte, quoique avec quelques interruptions, notamment en association avec Inana/Ištar, au temple é-an-na d’Uruk.

Pendant les périodes achéménide et séleucide, un nouveau temple appelé Reš, avec la déesse Antu, devint également un lieu de culte pour An.

Un autre centre de culte important était situé à Der, qui, comme Uruk, portait le titre de « ville d’Anu ». Gudea (vers 2144-2124 avant JC) fonda un temple à An à Lagaš, tandis qu’Ur-Namma (vers 2112-2095 avant JC) érigea un jardin et un sanctuaire qui lui sont dédiés à Ur.

An occupait également une position particulière dans le temple principal de Babylone, l’Esagil, où il recevait des offrandes pieuses. De plus, il fut honoré par des offrandes à Nippur, Sippar et Kish.

À Assur, pendant la période moyenne assyrienne, vers 1350-1050 avant JC, un double temple appelé é-me-lám-an-na fut construit pour Anu et Adad. Ce temple a ensuite été restauré par les dirigeants ultérieurs, dont Tiglath-Pileser I.

En bref

Le dieu Anu a joué un rôle de premier plan dans la mythologie et la religion de l’ancienne Mésopotamie tout au long de sa riche histoire. À l’origine divinité céleste sumérienne, Anu fut plus tard adoptée par les Akkadiens comme figure d’importance suprême, personnifiant le ciel lui-même. Son culte et sa vénération étaient répandus dans plusieurs villes de la région, avec des temples et des sanctuaires qui lui étaient dédiés dans des lieux comme Uruk, Der, Lagaš, Ur et Assur, entre autres.

Articles liés

Articles récents