vendredi, juillet 19, 2024
AccueilDiversQui est Aphrodite dans la mythologie?

Qui est Aphrodite dans la mythologie?

Déesse de la beauté, de l’amour mais surtout de tout ce qui touche à la sphère sexuelle et à la procréation, Aphrodite dans la vision cosmogonique est la représentation de la puissance créatrice de la nature. Générée à partir de l’écume de la mer selon la tradition principale, elle est elle-même la Nature qui crée grâce à ses pouvoirs générateurs les plus puissants.

Mais la Déesse est aussi celle qui, grâce à sa beauté et sa grâce, inspire les poètes, celle qui fait naître la passion dans le cœur des dieux et des mortels, et c’est précisément de cette passion que dérive son pouvoir sur tous les êtres vivants. . Représentation absolue de l’idéal grec de beauté féminine, la Déesse est souvent représentée debout et nue ou à moitié nue, bien qu’il existe parfois des représentations d’elle portant une tunique. Encore une fois, à Sparte, Tarente, Corinthe et Cythère, elle était représentée comme une déesse victorieuse en tenue de guerre comme Ares. Sous ces formes, elle s’appelait Aphrodite Areia (Aphrodite la Batailleuse)

Aphrodite avait l’habitude d’enchanter le cœur des dieux, leur faisant ressentir de l’amour pour les mortels, c’est pourquoi Zeus la punira en la faisant tomber amoureuse d’Anchise, avec qui elle aura Enée. Cependant, il ne faut pas se laisser tromper par les attributs de grâce d’Aphrodite. Dans les mythes qui la concernent, elle se révèle capable de grands actes de cruauté envers ceux qui ne suivent pas son culte ou qui la rabaissent. De même, ses dons sont importants pour ceux qui l’invoquent.

Sans aucun doute, le cycle le plus important impliquant Aphrodite est le cycle de la guerre de Troie. Cela naît précisément d’une dispute dans laquelle la Déesse est victorieuse, et Aphrodite soutient ou protège à plusieurs reprises ses favoris pendant la guerre, au point de se lancer elle-même sur le terrain à leurs côtés.

Compétences

Déesse de l’Amour et de la Procréation

Tout ce qui correspond à la sphère romantique appartient à Aphrodite. En fait, c’est sa prérogative de privilégier un amour partagé si vous le souhaitez, mais si vous rencontrez sa colère, c’est elle qui provoque la douleur d’un amour non réciproque. Les poèmes d’amour lui ont été inspirés, dont elle était la patronne aux côtés d’Apollon et de la Muse Erato, comme tout ce qui est romantique fait référence à elle.

Mais à côté de la sphère romantique, la sphère sexuelle répond aussi à Aphrodite sous tous ses aspects. Patronne des relations conjugales, mais en même temps aussi des prostituées, toutes les formes d’attirance physique et sexuelle sont sacrées pour Aphrodite. C’est elle qui génère l’attirance sexuelle entre deux sujets, mais elle est aussi cause du rejet et de tout ce qui n’est pas naturel. En fait, il n’est pas rare qu’elle punisse ceux qui lui manquent de respect en provoquant l’inceste ou d’autres types de relations considérées comme contre nature.

A côté de l’amour et de la sexualité, la compétence de la Déesse est aussi la procréation. Elle, générée par l’écume de la mer, fille de la Nature elle-même, est la patronne des nouvelles vies qui sont générées. Représentation de la force génératrice de la nature et de la création en général, Aphrodite veille sur tout être vivant, protégeant également la procréation animale et pas seulement la procréation humaine.

Déesse de la beauté

Dans le monde grec, la notion de beauté était importante. Dans une société où le concept du beau comme du bien existe, les normes de beauté étaient très pertinentes. Et en cela, Aphrodite est la championne incontestée, la représentation par excellence de l’idéal grec de beauté féminine. Première parmi toutes les divinités, sa beauté n’avait pas d’égale.

Les femmes la prient pour qu’elles soient des exemples de grâce et de beauté, tout comme ceux qui sont maudits par elle reçoivent au contraire la laideur et la difformité. La grâce ainsi que tous les attributs physiques similaires sont également pertinents pour Aphrodite.

Au-delà, tout ce qui est heureux est lié à Aphrodite. Patronne du bonheur et du plaisir, la Déesse protège également les fêtes et célébrations en tout genre. Le bonheur, la joie, le plaisir sous toutes ses formes sont inextricablement subordonnés à la Déesse.

Le lien avec la mer

Depuis qu’elle est née de la mer, Aphrodite assume parfois des rôles mineurs liés précisément à cela. Bien que celles-ci soient présentes dans un plus petit nombre de sources, Aphrodite est parfois représentée comme une déesse maritime.

En effet, les marins ou tous ceux qui recherchent une navigation sûre se tournent vers elle, pour qu’elle puisse les protéger pendant le voyage. Les marins, qui la vénèrent notamment comme une divinité née des eaux, organisent habituellement les fêtes des « Aphrodisias » à la fin d’une navigation favorable, de manière à la remercier de la protection reçue.

Mythologie

La naissance d’Aphrodite

En réalité, il existe plusieurs mythes liés à la naissance d’Aphrodite. Dans la Théogonie, Hésiode nous raconte comment Aphrodite est le résultat du combat entre Cronos et Uranus : lorsque Cronos coupa les organes génitaux d’Uranus, ils tombèrent dans la mer et de leur union et de l’écume marine naît Aphrodite.

Le lieu de sa naissance est disputé entre Chypre et Cythère, cette dernière – parfois aussi appelée Cerigo – est une petite île du Péloponnèse. En réalité, dans la Théogonie Hésiode nous apprend qu’Aphrodite est née près de Cythère, la première terre qu’elle a atteinte, d’où le nom de Cythérée. Par la suite, de Cythère, Aphrodite atteint Chypre, poussée par les eaux de la mer tandis qu’une fois sur terre, à chaque pas de la Déesse, l’herbe pousse autour d’elle.

Cependant, une autre version du mythe raconte qu’Aphrodite est la fille, parfois même l’amante, de Poséidon, tandis que dans d’autres versions encore, elle devient la fille de Zeus et de Dioné. Déesse de la première génération divine, Dione est indiquée comme la mère de la Déesse par Apollodore, qui fait donc remonter sa paternité non pas à Uranus, mais à Zeus.

Aphrodite et Typhon

Aphrodite est présente dans le récit qui voit les Dieux contre Typhon, le terrible monstre généré par une Gaea enragée, souffrant de la mort de ses enfants Géants, et par le Tartare. Un monstre que Pseudo-Apollodore définit comme « de deux natures, humaine et sauvage » et dont on retrouve également l’histoire en vers dans la Théogonie d’Hésiode. Il est décrit comme le plus terrible des enfants de Gaea, plus grand que la plus haute montagne, avec d’innombrables têtes, humaines et serpentines, et des jambes ressemblant à des dragons.

Antonino Liberale, dans les Métamorphoses, dit que rien ne pourrait contrecarrer sa force. Les Dieux décidèrent donc de fuir en Egypte et d’y prendre l’apparence d’animaux pour lui échapper. Selon certaines traditions, Aphrodite aurait pris l’apparence d’un poisson , un animal qui, bien que ne l’associant à aucun Dieu du panthéon égyptien, en plus de rappeler sa naissance, est également un symbole de création et de procréation. Ce n’est cependant pas Aphrodite qui combat Typhon, qui est vaincu par Zeus, flanqué de sa fille Athéna .

Héphaïstos et Arès

Bien qu’Aphrodite entretienne plusieurs relations avec des dieux et des mortels, Héphaïstos et Arès comptent parmi ses amants les plus célèbres. Le premier, le forgeron des Dieux, est en réalité son mari. Pas un mariage heureux avec Héphaïstos, ni même voulu par la Déesse.

Héphaïstos est le fils d’ Héra , engendré par elle seule, mais terriblement laid et difforme dès sa naissance. C’est précisément à cause de sa laideur qu’Héra le précipite du haut du mont Olympe. A l’atterrissage, Héphaïstos se casse la jambe, devient par conséquent également boiteux, et sera relevé par les Néréides, notamment par Thétis. Ce sont eux qui lui ont offert une forge, et c’est ici qu’Héphaïstos construit sa vengeance contre sa mère : un trône d’or qui, une fois assise, l’empêche de se lever, la gardant prisonnière. Les autres Olympiens l’obligent à libérer Héra, mais en échange Héphaïstos demande à être reconnu comme l’Olympe et la main d’Aphrodite.

Éprouvée par l’emprisonnement sur le trône, Héra accepte, et ainsi Héphaïstos libère sa mère, obtenant la reconnaissance comme l’Olympe et la main d’Aphrodite. La Déesse, cependant, est très ennuyée par le mariage, et aussi à cause de cela les deux époux finissent par passer très peu de temps ensemble, elle sur l’Olympe et lui dans les entrailles de l’Etna, où il a sa forge.

La relation avec Ares est différente. C’est l’une des unions divines les plus connues, où se rencontrent la passion et la guerre. Un amour réciproque, mais destiné à rester adultère, précisément à cause de son mariage avec Héphaïstos.

Conscient d’être méprisé par sa femme, Héphaïstos découvre bientôt l’affaire et trame un nouveau piège, cette fois contre Arès et Aphrodite. Pendant l’absence d’Héphaïstos, Arès et Aphrodite consomment leur amour, mais le Forgeron des Dieux est bien conscient de ce qui se passe, également grâce à l’avertissement d’Hélios.

Héphaïstos jette alors un filet sur les deux traîtres, qui les piège sans leur laisser la possibilité de se libérer, appelant les autres Dieux témoins de la trahison. Une fois le piège dissous, les deux amants sont contraints de mettre fin à la relation, mais Ares et Aphrodite recommencent à se fréquenter assez rapidement, à tel point qu’ils donnent naissance à plusieurs enfants.

Ares et Eos

Malgré le caractère adultère de leur relation et malgré la présence d’autres relations, la jalousie furieuse qui existe entre Arès et Aphrodite est vive. L’un des amants d’Aphrodite qui paie le prix de cette jalousie est Adonis, mais en ce qui concerne Ares, la fureur de la Déesse se déchaîne sur Eos, Déesse de l’Aube.

D’apparence délicate et belle, Ares tombe amoureux d’elle, déclenchant la colère d’Aphrodite, qui la maudit de tomber continuellement et uniquement amoureuse des mortels, la forçant ainsi à plusieurs reprises à perdre son amour.

L’un des amants d’Eos était Tithonus, un jeune prince de Troie, avec qui il eut deux fils, Emation et Mennon. Le second participe à la guerre de Troie et trouve la mort aux mains d’Achille. Chaque jour, à l’aube, Eos pleure son fils mort, son amour perdu, et la rosée naît de ses larmes pour Mennon.

La guerre de Troie

Aphrodite joue un rôle de premier plan dans la guerre de Troie et dans l’Iliade. Dans une guerre où les Dieux interviennent et se rangent du côté des uns ou des autres, changeant souvent le sort des batailles, elle excelle à soutenir les Troyens.

Le différend sur la pomme d’or

L’implication d’Aphrodite dans la guerre de Troie remonte à la dispute sur la Pomme d’Or. Eris, déesse de la discorde, fâchée de n’avoir pas été invitée aux noces entre la Néréide Thétis et Pélée – parents d’Achille – jette une pomme d’or, probablement tirée du Jardin des Hespérides, sur la table où sont assises Héra, Athéna et Aphrodite. , en le dédiant aux plus belles.

Les trois déesses se tournent d’abord vers Zeus, cherchant son jugement, auquel Dieu échappe cependant. Il choisit Pâris, prince de Troie, pour juger à sa place. Les trois déesses tentent alors de s’attirer les bonnes grâces du prince troyen. Athéna lui offre, en échange de sa reconnaissance comme la plus belle, la victoire sur le champ de bataille. Héra, cependant, lui promet de devenir le roi de tous les hommes. Finalement, Aphrodite lui promet la plus belle femme du monde comme épouse.

Et c’est Aphrodite à qui Pâris livre la pomme d’or, obtenant en échange Hélène de Sparte, fille de Zeus et épouse de Ménélas, roi de Sparte.

La séduction d’Elena

A la première personne, Aphrodite soutient et assiste Pâris dans sa tentative de séduire Hélène. Le choix de la femme n’est pas en réalité aléatoire puisqu’elle est liée à deux épisodes de colère divine. Le premier concerne Tyndare, son père adoptif (fille de sa femme Léda, mais avec Zeus). Lors d’un sacrifice, il oublia d’honorer Aphrodite et elle le maudit en lui disant que ses filles auraient plus d’un mari.

Le deuxième épisode concerne Ménélas, le mari d’Hélène, qui a promis à Aphrodite un grand sacrifice en l’honneur de leur mariage, mais a ensuite rompu sa promesse, provoquant un grand ressentiment envers la Déesse.

La séduction d’Hélène culmine avec son enlèvement, qui n’est autre que le casus belli de la guerre de Troie, dans laquelle tous les Dieux sont bientôt impliqués. Tindaro, cependant, avait fait jurer à tous les nombreux prétendants d’Hélène – à la suggestion d’Ulysse – d’intervenir en cas de besoin pour aider le mari d’Hélène, quel qu’il soit. C’est précisément le serment que Ménélas fait d’avoir à ses côtés les anciens prétendants de sa femme, et c’est ainsi qu’il lève l’armée pour la guerre de Troie.

Et si Aphrodite combat aux côtés des Troyens, Héra et Athéna indignées rejoignent les Achéens.

Aux côtés des chevaux de Troie

Aphrodite apparaît à plusieurs reprises directement sur le champ de bataille. Sa tâche principale est de protéger Énée, son fils du cheval de Troie Anchise. Dans l’une de ses tentatives pour sauver Enée, elle se retrouve en duel avec Diomède, le favori d’Athéna, et est blessée par lui au point de devoir se retirer sur l’Olympe.

Cependant, à plusieurs reprises, elle se retrouve également à sauver Paris. Lorsque le prince troyen se bat effectivement contre Ménélas, son sort semble décidé, mais c’est alors Aphrodite qui entre en campagne, prenant Pâris et l’emmenant en sécurité dans une tour où il peut se réfugier avec Hélène. Sa protection envers les princes troyens brille également à une autre occasion : à la mort d’Hector, c’est Aphrodite qui se dresse comme un bouclier pour son corps, le protégeant avec Apollon pendant tout le temps où il se trouve dans le camp grec. Ils le gardent intact et préservé, jusqu’à ce que le roi Priam, le père d’Hector, parvienne à obtenir un accord pour récupérer le corps de son fils.

Adonis

Il n’est pas rare qu’Aphrodite punisse ceux qui lui manquent de respect en provoquant des relations incestueuses. L’un des exemples concerne le roi de Chypre, Cynyras, et sa fille Myrrha. La malédiction d’Aphrodite tombe sur Myrrha parce qu’elle est en colère contre Cancreide, sa mère, qui se vantait de la beauté de sa fille, la qualifiant de supérieure à la Déesse.

Ainsi Myrrha entame une relation incestueuse avec son père, dont est né Adonis. Lorsque Cinyra tente de tuer sa fille, déjà enceinte, Aphrodite vient à son secours en la transformant en myrrhe. Cinyra frappe l’arbre avec son épée dans un accès de colère : de cette fracture naît Adonis, qu’Aphrodite rassemble dans un panier et donne à Perséphone pour qu’elle l’élève en sécurité.

Perséphone, cependant, une fois qu’elle ouvre le panier et voit la beauté d’Adonis, décide de le garder pour elle, cachant l’enfant à Aphrodite. Zeus demande conseil à la muse Calliope, qui règle le différend d’une manière qui n’est pas sans rappeler celle d’ Hadès et de Déméter pour Perséphone. Calliope établit en effet qu’Adonis passera quatre mois avec Perséphone et quatre avec Aphrodite, pouvant passer les quatre mois suivants comme bon lui semble.

À mesure qu’Adonis grandit, il devient de plus en plus beau et les deux déesses en font leur amant. Jusqu’à ce qu’Aphrodite utilise sa ceinture, capable de rendre n’importe qui irrésistible, et ses pouvoirs d’amour pour faire tomber Adonis amoureux d’elle, lui faisant ainsi passer plus de temps avec elle plutôt qu’avec Perséphone. La reine des Enfers se rend alors chez Arès, amant de la Déesse de l’Amour, lui racontant comment Aphrodite lui préférait un amant mortel.

Furieusement jaloux, Arès se transforme en sanglier, se laissant d’abord pourchasser par Adonis en chasse, puis se retournant contre lui et le tuant. Aphrodite court aux cris déchirants d’Adonis, mais lorsqu’elle l’atteint, elle le trouve déjà mort, avec du sang autour du corps, sur la pelouse. Aphrodite transforme alors son corps en anémone, rouge comme son sang. Pendant ce temps, l’âme descend aux enfers et retrouve Perséphone.

Aphrodite, détruite, se tourne cependant à nouveau vers Zeus, qui permet à nouveau à Adonis de renaître. Il revient passer quatre mois avec Perséphone, quatre avec Aphrodite et quatre comme il le souhaite.

Selon une autre version, Adonis n’est pas élevé par Perséphone, mais par les nymphes des Naïades et Aphrodite ne le rencontre dans les bois qu’à l’âge adulte. Néanmoins, il est tué par Arès, mais ce n’est qu’une fois mort qu’Adonis rencontre Perséphone, donnant lieu à une dispute avec Aphrodite.

Autres mythes

Progéniture

Il y a plusieurs enfants d’Aphrodite, bien qu’aucun d’entre eux ne soit son mari Héphaïstos, mais tous sont nés de ses divers amants, mortels et divins.

D’Arès, Aphrodite a plusieurs enfants. Il y a d’abord   Deimos  et  Phobos . Deimos correspond à la terreur que provoque la guerre, à la peur que seul le combat peut susciter. Phobos, quant à lui, est le dieu de la panique et sa tâche, avec son frère, est d’accompagner son père au combat.

Un autre couple de frères est  Eros  et  Anteros.  Eros est le Dieu de l’Amour et la tradition veut qu’il n’ait jamais grandi, restant juste un enfant. En demandant conseil à Thémis, Aphrodite apprend qu’Eros a besoin d’un frère pour grandir. Antéros, c’est-à-dire l’amour partagé (ou au contraire non partagé), est ainsi mis au monde. Lorsqu’il est proche de son frère, Éros grandit normalement, tandis que lorsque les deux frères sont séparés, Éros redevient un enfant.

Enfin, parmi les nombreux autres enfants d’Aphrodite et d’Arès se trouve  Harmonie , déesse de l’amour romantique, de l’harmonie et de la concorde. Elle est mariée à Cadmus et c’est le premier mariage de l’histoire. Tous les dieux y participent et Harmony reçoit d’Héphaïstos un collier en cadeau qui peut la rendre éternellement jeune et belle. Harmonia et Cadmus se marient à Thèbes, mais déménagent plus tard en Illyrie. Ici, Cadmus se transforme d’abord en serpent, mais le même sort arrive à Harmony, détruite par la douleur mais sous sa nouvelle forme, elle peut à nouveau embrasser son bien-aimé.

D’Adonis, Aphrodite a Béroé , déesse patronne et fondatrice de la ville de Béroa, en Thrace. Bien qu’elle soit également courtisée par Dionysos, elle sera mariée à Poséidon après que son frère Eros ait tiré deux flèches au cœur du dieu de la mer. Dans certaines traditions, elle est plutôt mortelle. Priape , cependant, le Dieu de la fertilité de la terre est dans certaines versions le fils d’Adonis et d’Aphrodite, et donc frère de Béroé, dans d’autres de Dionysos et d’Aphrodite et, enfin, dans d’autres encore de Dionysos et d’une nymphe Naïade.

Le fils d’Aphrodite et d’Hermès est Hermaphrodite , à l’origine un beau garçon qui a acquis des traits féminins en épousant la nymphe Naide Salmace, devenant ainsi l’union d’une femme et d’un homme, avec des caractéristiques moitié féminines et moitié masculines. Sa sœur est Peito , déesse de la persuasion et de la séduction amoureuse. Parfois, elle est appelée la fille d’Océanus et de Thétis.

De Poséidon Aphrodite ha Rodo , déesse de l’île de Rhodes et épouse d’Hélios. Ses autres fils incluent Himerus , Dieu du désir amoureux incontrôlé, et une foule d’ Erotes , figures associées à l’amour divin et à la sexualité.

Le plus célèbre des enfants mortels d’Aphrodite est certainement Énée . Lui, fils du cheval de Troie Anchise, figure dans l’Iliade, est protégé à plusieurs reprises par Aphrodite sur le terrain et dans la tradition romaine, à tel point que les jumeaux Romulus et Remus seront plus tard désignés comme ses successeurs. Un autre fils d’Aphrodite et d’Anchise est Lyrnos , bien que l’on ne sache rien de lui pendant la guerre de Troie. Certaines traditions veulent en effet qu’il soit mort enfant.

Autres amours

Parmi les causes du malheur du mariage entre Aphrodite et Héphaïstos, il y a aussi la recherche continue par la Déesse d’autres relations. En plus de la plus célèbre, celle avec Arès , la Déesse entretient des relations avec de nombreuses autres divinités et mortels.

Dionysos , le dieu du vin, est un amoureux d’Aphrodite et Héra la maudit pour sa promiscuité en la forçant à enfanter Priape, un horrible fils. Poséidon figure également parmi les amants de la Déesse : lorsque fut découverte la trahison d’Héphaïstos avec Arès, le dieu de la mer soutint Aphrodite, et de là naît leur relation.

Zeus tente de séduire Aphrodite au moment où la déesse met le pied à Chypre, mais échoue dans sa tentative. Cependant, lorsqu’Hermès décide de séduire Aphrodite, Zeus l’aide, cette fois avec succès. Enfin, Nerito est un jeune dieu de la mer, unique enfant mâle de Nérée et Doris et frère des Néréides. Il est le premier amant d’Aphrodite, lorsque la mer était encore sa maison. Lorsque la Déesse décide de gravir l’Olympe, Nerito refuse de la suivre et pour cette raison, se considérant trahie, Aphrodite le transforme en coquille.

Parmi les amants mortels, cependant, outre le célèbre Adonis , rival de Perséphone et objet de la jalousie d’Arès, il faut surtout inclure Anchise , cousin de Priam, roi de Troie et homme avec lequel Zeus fait tomber la Déesse. l’amour comme punition pour avoir continuellement provoqué l’amour entre les mortels et les dieux.

Éros et Psyché

Le mythe de Psyché nous offre un exemple clair de la colère d’Aphrodite. C’était une fille d’une beauté extraordinaire, à tel point qu’elle suscitait l’envie de la Déesse. Celui-ci ordonne à son fils, Eros, de la faire tomber amoureuse du pire des hommes, mais Eros, en voyant la jeune fille, se trompe en tirant la flèche et tombe lui-même amoureux de la jeune fille, au point d’avoir Zéphyr. conduisez-la jusqu’à un splendide palais au sommet d’une montagne.

Ici, Eros rend visite à Psyché chaque nuit, mais l’avertit qu’elle ne devrait jamais le voir ni connaître son visage car, sinon, il ne pourrait jamais revenir vers elle. Psyché accepte, mais un jour ses sœurs envieuses l’incitent à tenter de tromper son apparence. Ainsi, une nuit, pendant qu’Eros dort, Psyché prend une lampe à huile et s’approche de lui pour l’admirer.

Choquée par sa beauté, Psyché laisse tomber accidentellement une goutte d’huile bouillante sur la peau du Dieu, le réveillant. La conséquence fut l’inévitable abandon d’Eros. Psyché commença à le chercher dans toute la Grèce, jusqu’à ce qu’elle atteigne un temple de Déméter, qui lui conseilla de demander de l’aide à la mère d’Éros. Psyché atteint alors le temple d’Aphrodite, cherchant sa bénédiction.

Aphrodite, cependant, était toujours en colère et envieuse, c’est pourquoi il l’a soumise à une série de tests impossibles. Tout d’abord, il lui demande de diviser un tas de céréales selon leur type, mais lui impose un délai impossible. Eros agit pour l’aider, au nom de l’amour qu’il porte à la jeune fille, et la fait aider par des fourmis qui disposent les graines à sa place.

Par la suite, Psyché est envoyée dans un pré où paissent des moutons à la robe dorée, avec pour tâche d’apporter une partie de leur laine à Aphrodite. La jeune fille s’apprête à traverser la rivière, mais le Dieu de la rivière l’avertit que ces moutons sont mauvais et que si elle s’approchait, ils l’attaqueraient. Il lui conseille également d’attendre jusqu’à midi, afin de pouvoir ramasser les brins de laine coincés dans les branches pendant que les moutons vont se reposer à l’ombre. Psyché suit les conseils et réussit également le deuxième test.

Finalement, comme dernier test, Aphrodite lui demande de descendre aux Enfers et de demander à Perséphone un peu de sa beauté. Psyché parvient à apprivoiser Cerbère et paie Charon, jusqu’à ce qu’elle se retrouve face à la Reine des Enfers… qui ne manque pas l’occasion de faire du tort à Aphrodite. Il donne à Psyché une boîte dans laquelle il dit avoir mis une partie de sa beauté.

Psyché revient à la surface, mais décide de garder pour elle une partie de la beauté de Perséphone, afin qu’elle puisse être également aimée par Eros. Cependant, lorsqu’il ouvre la boîte, il découvre qu’à l’intérieur il n’y a pas la beauté de la Déesse, mais seulement un sommeil perpétuel. Eros vole vers elle, lui ayant pardonné et la sauve du sommeil. Puis il implore Zeus et Aphrodite de donner leur consentement au mariage. Et lorsque les deux acceptent, Hermès accompagne Psyché sur l’Olympe, afin qu’elle puisse prendre sa place parmi les dieux en tant qu’épouse d’Éros.

Hippolyte

Si Adonis était une source de conflits avec Perséphone, Aphrodite a souvent eu des conflits avec de nombreuses autres divinités, dont Artémis . Et c’est Hippolyte qui paie les frais des affrontements avec Artémis.

Hippolyte est le prince d’Athènes, fils de Thésée et Phèdre, un jeune homme qui décide de suivre le culte d’Aphrodite, faisant vœu de chasteté et consacrant sa vie à la chasse. Aphrodite est indignée par le choix d’Hippolyte de renoncer à l’amour et à ses plaisirs, et elle maudit donc sa mère Phèdre. On la fait tomber amoureuse de son fils, mais quand Ippolito la rejette, la femme choisit de se suicider, laissant à son mari Teseo une lettre dans laquelle elle écrit que son suicide était dû à une tentative de viol d’Ippolito.

Hippolyte est alors exilé de la ville, mais lors de son départ un taureau effraie les chevaux tirant son char. Ils deviennent fous furieux et finissent par tuer le jeune Ippolito. Le cœur brisé par la perte de son favori, Artémis révèle à Thésée la tromperie d’Aphrodite et supplie Asclépios de ramener Hippolyte à la vie.

Précisément parce qu’Aphrodite est la cause de la perte d’Hippolyte, selon certaines versions, c’est Artémis qui tue Adonis, le faisant mettre en pièces par un sanglier, afin de se venger de la Déesse de la Beauté.

Culte et objets sacrés

Le culte d’Aphrodite était fortement répandu dans toute l’aire grecque. Différents temples et autels étaient dédiés à la Déesse dans chaque ville, mais les principaux centres de culte en Grèce étaient Corinthe et les deux îles liées à sa naissance : Cythérée et Chypre. Ici, à Chypre, des rituels mystérieux lui étaient dédiés, mais en général, les Grecs adressaient souvent des prières et des rituels privés à Aphrodite.

Généralement, on lui sacrifiait surtout de l’encens et des guirlandes de fleurs, mais parfois des sacrifices d’animaux lui étaient offerts : chèvres, vaches et taureaux. A cause de la mort d’Adonis, il était interdit d’offrir des cochons et des sangliers à la Déesse, sauf à Chypre et à Argos, où des cochons lui étaient offerts pour apaiser la douleur de la perte d’Adonis. Il y avait à Corinthe un groupe de femmes qui lui étaient dévouées et qui se prostituaient en son honneur. Ces femmes prirent le nom de Hierodouloi, bien que ce soit un nom qui désignait généralement tout être humain qui décidait de devenir serviteur d’un Dieu et de vivre à son service dans le temple qui lui était dédié.

Le culte d’Aphrodite a presque certainement été introduit de Syrie via les îles grecques, et de là s’est répandu dans toute la Grèce. Il semble qu’Aphrodite ait été autrefois syncrétisée avec Astarté, la Grande Mère du culte phénicien et de ses environs, ainsi que l’épouse d’Adon, fortement vénérée en Syrie. Cependant, si les origines du culte peuvent être orientales, son développement est entièrement grec.

Les attributs

L’attribut principal d’Aphrodite est sa ceinture enchanteresse , capable de conférer à quiconque la porte des pouvoirs de séduction irrésistibles. Ses vêtements sont également caractéristiques, précieux et ornés de bijoux précieux et de couleurs vives, capables de souligner sa beauté.

Ce qui est particulier, c’est qu’Aphrodite possède deux chars . Le premier est un char doré orné de joyaux, tiré dans le ciel par des colombes, tandis que le second rappelle son lien avec la mer. Dans certaines traditions mineures, en effet, il possède un char qui traverse les eaux, tiré par des tritons. Enfin, la perle lui est sacrée , une pierre considérée comme un symbole d’amour.

Plantes et animaux sacrés

Parmi les animaux sacrés, se distinguent les colombes , symbole de l’amour, et le cygne . Bien que cette dernière soit généralement associée à Apollon, il n’est pas rare de lire des apparitions d’Aphrodite chevauchant un cygne. Cependant, elle apparaissait généralement chevauchant un canard , un autre animal qui lui était sacré avec les moineaux . En tant qu’animal terrestre, le lièvre , symbole de la libido, lui était sacré. Les lièvres vivants étaient souvent offerts en cadeau comme symbole d’amour.

Quant à la mer, les poissons sont sacrés pour la Déesse, après tout c’est un symbole de la nature créatrice et lorsqu’elle s’enfuit de Typhon en Égypte, Aphrodite prend la forme d’un poisson. De plus, les fruits de mer de toutes sortes étaient également considérés comme sacrés pour la Déesse, car pour les Grecs, ils avaient des propriétés aphrodisiaques.

La pomme est le fruit sacré d’Aphrodite par excellence, rappelant la Pomme d’Or qui donna lieu à la dispute troyenne. Cependant, la grenade , qui aurait été plantée par elle pour la première fois à Chypre, est également un symbole – entre autres – de la fertilité féminine. Parmi les plantes sacrées d’Aphrodite par l’intermédiaire d’Adonis figurent la laitue , dont les feuilles étaient déposées sur le corps du jeune homme, le myrte et la myrrhe , l’ anémone et la rose .

Suivant

Aphrodite avait avec elle un très grand public, parmi lesquels se distinguent les Érotes et, en particulier, Éros et Himéros. Avec elle, il y avait aussi les Charites, filles de Zeus et Eunomia (ou de Denys) et plus célèbres sous le nom romain de  Grazie , filles liées au culte de la végétation et de la fertilité, tant humaine que végétale. En réalité leur nombre, ainsi que leurs noms, varient selon les mythes. Parmi les Charites qui suivent Aphrodite, nous avons Antheia, déesse des fleurs et des ornements floraux, Paidia, déesse de la comédie, et Eudamonia, déesse du bonheur.

Dans la suite de la Déesse se trouvaient également les Heures, gardiennes de l’Olympe, déesses des saisons et du respect des lois – parmi elles se trouvait Eunomia, la mère des Charites. Hébé, déesse de la jeunesse et échanson olympienne, était une amie et faisait partie de la suite d’Aphrodite, avec Harmonia, la fille d’Aphrodite.

En plus de celles-ci, un grand nombre de divinités mineures suivaient la Déesse, notamment liées à la mer, mais aussi des nymphes et des Ichthyocentaures, c’est-à-dire des centaures à queue de poisson, dont l’une des plus célèbres est Aphros, une représentation d’écume marine.

Lieux de culte

Les principaux centres du culte en Grèce étaient Chypre et Cythérée, mais le culte était également fortement ressenti sur l’île de Cos, à Athènes, Thespiae, Megara, Corinthe et Sparte. Dans cette dernière ville, elle était vénérée avec des vêtements de guerre semblables à ceux de son compagnon Arès, donc avec une apparence belliqueuse et guerrière.

Le temple d’Aphrodite le plus célèbre se trouve cependant à Cnide, une ville fondée par les Doriens en Anatolie, l’actuelle Turquie. Ici se trouvaient trois temples qui lui étaient dédiés, dont l’un contenait la célèbre statue de Praxitèle d’Aphrodite Cnida, une statue qui non seulement présente Aphrodite dépouillée de ses vêtements et de son expression austère avec laquelle elle avait toujours été représentée, préférant la représenter nue environ se baigner, mais c’est aussi le premier nu féminin de l’art grec

Articles liés

Articles récents