jeudi, juin 20, 2024
AccueilDiversQui est Artémis?

Qui est Artémis?

Déesse aux multiples facettes, Artémis est la protectrice de la chasse et des forêts, mais ses compétences incluent également les initiations féminines, ou c’est elle qui préside aux accouchements. Avec Athéna et Hestia, elle est l’une des trois déesses vierges du panthéon grec : en effet, Artémis ne se mariera jamais et ne donnera jamais naissance à des enfants.

Contrairement à Athéna, représentée comme une femme mûre, Artémis est représentée comme une jeune fille. Très belle, avec un kilt court et des bottes de chasse, ses attributs sont l’arc et le carquois plein de flèches, même si parfois il peut être remplacé par d’autres armes utiles pour la chasse. Alternativement, elle porte un chiton, la robe courte grecque typique des jeunes femmes, parfois recouverte d’un manteau ou, encore, d’une peau de cerf.

Les Grecs considéraient Artémis sous différents points de vue. En tant que sœur d’Apollon , divinité destructrice, celle qui provoque la mort subite chez les animaux et les humains, et si Apollon est celui qui provoque la mort subite chez les hommes, Artémis en est la cause chez les femmes.

Tous deux archers, ils tuent leurs victimes avec leurs flèches d’argent et d’or. Comme son frère, elle provoque des épidémies et bien qu’elle ne partage pas son expertise médicale, Artémis est aussi une divinité guérisseuse dans certains cas : c’est elle qui guérit Énée à Troie.

En Arcadie , cependant, Artémis est une divinité purement rurale : ici ses temples sont plus nombreux que dans toute la Grèce et son côté de chasseuse liée à la nature prévaut. Mais à Sparte, Artémis était également vénérée comme la déesse de la guerre, à tel point que des sacrifices sanglants lui étaient consentis.

Et encore une fois, comme son frère, Artémis est célibataire, jamais mariée ni dévorée par l’amour. Ses prêtres, hommes et femmes, devaient respecter un vœu de chasteté à vie et toute transgression de ce vœu était lourdement punie. Dans les mythes dont elle est la protagoniste, il existe de nombreuses histoires dans lesquelles sa colère se déchaîne, comme dans le cas d’Actéon ou de Callisto.

Déesse de la chasse et des bois

L’aspect probablement le plus connu d’Artémis à ce jour est celui du chasseur et du protecteur des bois et des animaux sauvages. Son vœu de chasteté trouve ici son origine, dans son désir de passer l’éternité à chasser dans les bois, à tel point qu’Artémis dans la mythologie est une divinité qui passe rarement son temps en ville, préférant vivre dans les montagnes.

Souvent, dans l’art, elle est entourée d’animaux de la forêt ou de chiens, justement pour souligner son lien avec la campagne. La flore et la faune sauvages lui sont sacrées, mais les lacs, les marécages, les armes et les chiens de chasse, le tir à l’arc et même l’art de la pêche, dans n’importe quel plan d’eau, relèvent également de sa protection.

Pour l’aider dans la chasse, il y a toujours des jeunes immortels et mortels, le plus souvent des femmes et des nymphes, mais Artémis avait aussi des hommes comme compagnons de chasse.

On lui prie de rechercher le succès lors d’un voyage de chasse ou de pêche, d’éviter les animaux sauvages qui blessent ou tuent des hommes, ou tout type de blessure liée à la chasse. Enfin, en Arcadie, justement à cause de cet aspect rural, la plupart de ses sanctuaires sont situés à proximité de rivières ou de lacs.

De l’accouchement aux initiations féminines

Rôle partagé avec de nombreuses autres déesses, dont Héra et Ilithyia, Artémis est pourtant l’une des principales divinités qui protègent les femmes lors de l’accouchement. Bien que cela puisse paraître étrange qu’une déesse vierge veille sur la naissance, Artémis, la nouvelle née, agit comme sage-femme pour sa propre mère, Latone. Protectrice des nourrissons, Artémis est également la protectrice des bébés animaux.

On prie donc Artémis pour un accouchement facile et indolore, ou bien une mort rapide, et les femmes grecques ont trouvé du réconfort en sachant qu’Artémis veillerait sur elles dans un moment aussi délicat que l’accouchement. Au contraire, la mortalité infantile sous toutes ses formes était souvent associée à l’ida de la Déesse.

Par la suite, Artémis est la protectrice des jeunes filles. À Athènes, il était obligatoire pour les filles de servir la Déesse au temple pendant un an, mais le culte d’Artémis en tant que protectrice des filles était répandu dans toute la Grèce. La tâche de la Déesse est de veiller sur eux jusqu’au moment du mariage, leur dispensant en échange une bonne santé et une croissance saine. De plus, les initiations féminines sont sacrées pour la Déesse, tout comme les chants et les danses des filles.

Divinité lunaire

Bien qu’Artémis soit très communément associée à la lune et à la nuit, tout comme le croissant de lune est l’un de ses symboles, la Déesse n’a pas toujours été une divinité lunaire, tout comme Apollon n’a pas toujours été associé au soleil.

Le premier Dieu du soleil est Hélios, ainsi que la première déesse de la lune est Séléné, tous deux enfants des Titans Hypérion et Théa, tour à tour frères. Leur tâche est de faire lever le soleil ou la lune en tirant les étoiles respectives avec leurs chars.

Cependant, comme le culte d’Apollon se chevauchait avec celui d’Hélios, au point de se confondre totalement et de se syncrétiser dans la même divinité, il en fut de même pour Artémis et Séléné. Séléné et Hélios laissèrent donc leur culte à un autre couple de frères et la lune devint ainsi un symbole d’Artémis.

La Déesse, en revanche, est souvent confondue avec Hécate, une autre Déesse liée à la lune. Parmi ses compétences, Hécate revendique la protection des carrefours et des voyageurs nocturnes, dont elle devient guide, mais son culte s’est ensuite chevauché avec celui d’Artémis, qui à son tour était invoquée par les voyageurs pour chercher protection dans la nuit.

Le culte lunaire d’Artémis chevauche celui des deux déesses, et la lune a donc trois personnifications. Lorsqu’elle croît, elle est Artémis, lorsqu’elle est pleine, elle est Séléné et lorsqu’elle décroît, elle est Hécate.

Naissance

Hésiode nous raconte la naissance des jumeaux Artémis et Apollon dans Théogonie, qui raconte comment Zeus tomba amoureux de Latone (ou Léto), fille des deux Titans Ceo et Phoebe. Ayant réussi à la séduire, Zeus les transforme tous deux en cailles, mais Héra parvient quand même à découvrir la trahison.

Aveuglée par la rage, la Reine des Dieux maudit Latone pour qu’elle n’accouche jamais sur aucune terre où le soleil brille. Bien que la malédiction semblait incontournable, Latone parvient à retrouver l’île de Délos, dans la mythologie appelée île flottante et donc épargnée par le soleil. Selon d’autres versions, l’île de Délos n’est autre qu’Astéria, sœur de Latone, transformée en île par Zeus parce qu’elle l’a rejetée.

Ici à Délos, donc, sur les pentes du mont Cinto, Latone donne d’abord naissance à Artémis qui, dès sa naissance, l’assiste comme sage-femme et l’aide à donner naissance à son jumeau, Apollon, dont la Déesse est étroitement liée. lié. Artémis et Apollon, en effet, contrairement à d’autres frères mythologiques, de tempérament similaire, partagent des qualités et des compétences différentes, ou parfois ils sont complémentaires, comme par exemple en personnifiant l’un la Lune et l’autre le Soleil.

Gigantomachie et Typhon

Le pseudo-Apollodore de la bibliothèque nous parle de la gigantomachie. Cela provient de la fureur de Gaea face à la défaite de ses enfants Titans face à Zeus, et c’est ainsi qu’elle, avec le Tartare, donne naissance aux Géants.

Ce sont des créatures très grandes et d’apparence monstrueuse, à moitié humaines avec des cheveux et une barbe très épais mais avec des queues de serpent en guise de pattes. Une alternative concernant leur origine est qu’ils sont nés des gouttes de sang d’Uranus castré.

Vingt-quatre géants en tout, chacun né dans le but d’anéantir un Dieu spécifique. Invincible même pour les Dieux, la seule solution est de les affronter avec l’aide d’un mortel. Et de tous les mortels, c’est Héraclès qui rejoignit les Dieux dans la Gigantomachie, bien que  Dionysos  soit encore parfois représenté comme un demi-dieu lors du combat contre les Géants.

Artémis est le protagoniste contre les deux Aloadiens, Oto et Ephialtes. Ceux-ci, enfants jumeaux non de Gaea et du Tartare mais de Poséidon et Iphimédia, défient les dieux en empilant le mont Olympe, le mont Ossa et le mont Pélion. Selon une prophétie qui leur a été faite, ils ne seraient vaincus ni par les mortels ni par les Dieux et les Aloadi décident de défier le Dieu Arès en Thrace. Ici, ils parviennent à battre le Dieu, en l’enfermant dans une jarre en bronze, qu’ils remettent ensuite à sa mère adoptive Eribea.

Oto et Ephialtes minent par la suite Héra et Artémis et ce sera cette dernière qui parviendra à les battre, prenant l’apparence d’un faon et les amenant à se battre, tandis qu’Hermès parvient à libérer Arès de son emprisonnement.

Une fois la Gigantomachie terminée, Gaea, encore plus enragée, donna vie, avec le Tartare, à Typhon. Un monstre que Pseudo-Apollodore définit comme « de deux natures, humaine et sauvage » et dont on retrouve également l’histoire en vers dans la Théogonie d’Hésiode. Il est décrit comme le plus redoutable des enfants de Gaia, plus grand que la plus haute montagne, avec d’innombrables têtes, humaines et serpentines, et des jambes ressemblant à des dragons.

Antonino Liberale, dans les Métamorphoses, dit que rien ne pourrait contrecarrer sa force. Les Dieux décidèrent donc de fuir en Egypte et d’y prendre l’apparence d’animaux pour lui échapper. Selon certaines traditions, Artémis prend l’apparence d’un chat, animal associé à Bastet dans le panthéon égyptien. Artémis sera alors comparée à Bastet, qui trouvera en elle son homologue. Ce n’est cependant pas Artémis qui combat Typhon, qui est vaincu par Zeus, flanqué de sa fille Athéna.

La guerre de Troie

Artémis est présente sur les lieux de la guerre de Troie à plusieurs reprises. Déployée aux côtés de Troie, ville protégée par son frère Apollon et qui se dressait dans une région où le culte d’Artémis était profondément ressenti et répandu, la Déesse apparaît cependant rarement personnellement sur scène.

Le sacrifice d’Iphigénie

Le sacrifice d’Iphigénie, par Francesco Fontebasso, vers 1749.

Lorsque les navires grecs en route vers Troie se retrouvent bloqués à Aulis, sans un souffle de vent pour les animer, Agamemnon – guide de l’expédition grecque – se tourne vers le devin Calchas pour comprendre la raison de l’absence de vent. Le devin répond que cela est dû à une offense adressée par Agamemnon à la déesse Artémis, ayant frappé un cerf d’un coup magistral et s’étant ensuite vanté d’être un meilleur chasseur que la déesse et que seul le sacrifice de sa fille Iphigénie aurait pu l’apaiser.

Agamemnon s’oppose d’abord au sacrifice, mais les rois et les troupes grecques se soulèvent. Ils remplacent Agamemnon par Palamède comme chef de l’expédition, et Agamemnon est alors convaincu. Ulysse se rend alors à Mycènes pour prendre Iphigénie, disant à Clytemnestre, la mère d’Iphigénie, qu’Achille ne serait jamais parti pour Troie s’il n’avait pas eu Iphigénie pour épouse.

Ce n’est qu’une fois arrivée à Aulis qu’Iphigénie découvre la tromperie et l’amère vérité. Pourtant, il accepte bientôt son sort, car son sacrifice servirait à apaiser la colère d’Artémis et pour le bien de la Grèce. Puis elle monte fièrement sur l’autel, et alors que son sacrifice est déjà accompli, Artémis l’emmène et la remplace par une biche. Impressionné par Iphigénie, Artémis décide de la sauver, l’emmenant en Tauris où elle deviendra alors sa prêtresse, le temps que la flotte grecque puisse enfin partir pour Troie.

Enée et Héra

Artemis réapparaît en tant que protagoniste dans deux autres épisodes. Lorsque le grec Diomède blesse le cheval de Troie Énée, Apollon sauve ce dernier du champ de bataille et l’emmène dans son temple. Ici, ses blessures sont pansées par Artémis et Latone.

De nouveau, après les portes de Patrocle, Zeus lève l’interdiction faite aux dieux de combattre à Troie pour soutenir leurs favoris. Les dieux éclatent alors dans une bataille interne et Artémis fait face à Héra, qui la frappe avec son propre carquois de flèches et la bat. Artémis se retire alors, criant au réconfort de son père.

Orion

Le chasseur géant Orion est un compagnon de chasse d’Artémis auquel la Déesse est extrêmement attachée. Il existe différentes versions de leur mythe, sans qu’il y en ait une véritablement prééminente.

Une première version montre Artémis follement amoureuse d’Orion, à tel point qu’elle est prête à renoncer à son vœu de chasteté et à l’épouser. Malgré les déclarations répétées de la Déesse, Orion la rejette, déclarant que même s’il est honoré par elle, il ne peut pas tromper sa femme. Artémis met alors son cœur au repos jusqu’à ce qu’elle découvre qu’Orion tente de séduire les Pléiades puis, enragée, elle se jette sur le chasseur, le tuant en envoyant son assistant, le scorpion, chez lui.

Mais selon un autre mythe, aussi fort soit-il, leur lien ne remet pas en cause le vœu de chasteté de la Déesse. Au contraire, Orion la mine, tentant de la violer. La Déesse réagit alors, le tuant. Dans les deux cas, c’est Zeus qui fait d’Orion la constellation du même nom, tout comme le Scorpion lui-même devient une constellation à son tour, mais placée dans un point éloigné du ciel pour ne plus pouvoir piquer Orion.

Une troisième version du mythe, cependant, raconte que pendant qu’Orion chasse avec Artémis, il prétend être un chasseur si compétent qu’il peut éliminer toutes les créatures de la terre. En entendant cela, Gaea devient furieuse et, dans cette version, c’est elle qui le tue par la piqûre du scorpion.

Enfin, une version finale est animée par la jalousie d’Apollon, où Artémis elle-même tue Orion, trompée par son frère. Jaloux de l’attention que sa sœur porte à Artémis, Apollon la met au défi de toucher avec sa flèche un point noir dans la mer, afin de démontrer ses talents d’archer. Désireuse de s’affirmer aux yeux de son frère, Artémis décoche alors la flèche. Cela traverse la tête d’Orion, mais ce n’est que lorsque les vagues le ramènent au rivage qu’Artémis réalise ce qui s’est passé. Détruite par la douleur, dans ces deux dernières versions, c’est elle qui transforme Orion en constellation.

Actéon

Détail de la fontaine d’Actéon et Diane

: Détail de la fontaine d’Actéon et Diane, atelier de Campanie, 1773, Palais Royal de Caserte.

Regarder le corps d’un Dieu peut avoir des conséquences désastreuses pour un mortel, et Artémis ne fait pas exception. Actéon, prince de Thèbes, est en pleine partie de chasse sur le mont Cithéron lorsqu’il croise Artémis qui, nue, se baigne.

Actéon ne détourne pas le regard, mais s’attarde au contraire sur la Déesse, l’observant secrètement jusqu’à ce que le bruit soudain d’une branche le trahisse. Artémis le remarque et, indignée, lui jette de l’eau. Au contact d’Actéon, cela le transforme en cerf.

Les cinquante chiens d’Actéon, le prenant donc pour une proie, l’attaquent et le tuent. Une fois qu’ils ont tué leur maître sans le savoir, les chiens commencent à errer dans la forêt à la recherche d’Actéon, en pleurant désespérément. Une fois arrivés à la grotte de Chiron, c’est lui qui donne la paix aux chiens, en leur donnant une image de leur maître.

Niobé

Niobe est témoin de la mort de ses enfants

Niobe, désespérée, est témoin de la mort de ses enfants, par Abraham Bloemaert. Huile sur toile, 1591, actuellement conservée au Statens Museum for Kunst de Copenhague, Danemark.

Niobé, épouse du roi de Thèbes Amphion, s’est longtemps vantée de sa supériorité sur Léto, mère d’Artémis et d’Apollon. Elle affirme que si Latone n’a donné naissance qu’à deux enfants, elle lui est supérieure puisqu’elle en a donné naissance à quatorze, parfaitement répartis en sept garçons et sept filles.

Ayant appris l’orgueil des deux Dieux de Niobé, ils attaquent ses enfants. Apollon tue les sept fils avec ses flèches, tandis qu’Artémis tue les sept filles, privant ainsi Niobe de tout enfant.

Ayant découvert ce qui s’est passé, Amphion se suicide de douleur, tandis que Niobé fond en larmes désespérées, sans consolation. Elle demande grâce aux dieux, déclarant qu’elle croit que le châtiment qui lui est infligé est juste, et Artémis la transforme en pierre, une forme sous laquelle elle continuera à pleurer pour l’éternité.

Les Amazones et les Hyperboréens

Deux populations sont étroitement liées à Artémis, dont elle est considérée comme la protectrice. Le premier est celui des Amazones : peuple mythique composé uniquement de femmes vouées à la guerre, selon la mythologie descendant d’ Arès , mais étroitement lié à Artémis. Une société purement matriarcale, gouvernée par deux reines (une de paix, pour la politique intérieure, et une de guerre, pour la politique étrangère) et extrêmement dévouée au culte d’Artémis. On leur attribue la construction du temple d’Artémis près de la ville d’Éphèse, qui se dresse sur la côte de la Turquie actuelle. Le Temple d’Artémis était considéré comme l’une des Sept Merveilles du monde classique, grâce à sa grande taille et la richesse de ses décorations et frises. Malheureusement, il ne reste presque plus rien du Temple aujourd’hui.

Les Hyperboréens sont une population mythologique que les Grecs plaçaient à l’extrême nord du monde connu. Ils sont principalement chers à Apollon, qui aurait laissé chaque année le temple de Delphes aux mains de Dionysos pour visiter les Hyperboréens, mais la protection de cette population est souvent aussi attribuée à sa jumelle Artémis. Selon la tradition, les Hyperboréens envoyaient chaque année des cadeaux en l’honneur des deux dieux sur l’île de Délos.

Hippolyte et Adonis

Artémis et Aphrodite sont souvent en désaccord : Hippolyte et Adonis en ont payé le prix.

Hippolyte est le prince d’Athènes, fils de Thésée et Phèdre, un jeune homme qui décide de suivre le culte d’Aphrodite, faisant vœu de chasteté et consacrant sa vie à la chasse. Aphrodite est indignée par le choix d’Hippolyte de renoncer à l’amour et à ses plaisirs, et elle maudit donc sa mère Phèdre. On la fait tomber amoureuse de son fils, mais quand Ippolito la rejette, la femme choisit de se suicider, laissant à son mari Teseo une lettre dans laquelle elle écrit que son suicide était dû à une tentative de viol d’Ippolito.

Hippolyte est alors exilé de la ville, mais lors de son départ un taureau effraie les chevaux tirant son char. Ils deviennent fous furieux et finissent par tuer le jeune Ippolito. Le cœur brisé par la perte de son favori, Artémis révèle à Thésée la tromperie d’Aphrodite et supplie Asclépios de ramener Hippolyte à la vie.

Bien qu’Asclépios accomplisse sa prière, Artémis est toujours en colère contre Aphrodite. Selon une version du mythe, c’est en fait elle, et non Arès, qui tue Adonis, le beau jeune homme disputé à la fois par Aphrodite et Perséphone , mais qui était l’amant de la Déesse de l’amour. Artémis décide donc de se venger d’Aphrodite pour la perte d’Hippolyte en tuant son bien-aimé, Adonis, en le faisant tuer par un sanglier.

Héraclès

Le chemin d’Artémis croise celui de son demi-frère Héraclès lors d’un des travaux de ce dernier. La tâche d’Héraclès est en effet de livrer la Biche de Cérinée à Eurysthée. Il s’agit d’une biche aux cornes d’or et aux pattes d’argent et de bronze, sacrée pour Artémis et offerte à la Déesse par la nymphe Taygète.

Cependant, Héraclès, ne voulant pas blesser ou tuer l’animal, l’a poursuivi pendant une année entière, jusqu’à finalement la capturer. Malgré cela, Artémis était furieuse contre lui d’avoir maltraité sa biche, mais Héraclès se défend en affirmant que la faute en revient en réalité à Eurysthée, puisqu’il l’a forcé.

Chione et Callisto

Déesse de la neige, Chione est la bien-aimée d’Apollon et d’Hermès. Précisément parce qu’elle est aimée de deux dieux, Chione prétend être supérieure à Artémis en beauté. Une fois découverte, Artémis le confronte avec son arc, déclarant qu’elle aurait préféré « ses actions ». Il prend l’arc, encoche la flèche et la tire jusqu’à ce qu’elle perce la langue de Chione, la tuant ainsi en saignant à mort.

Callisto est également victime de la fureur d’Artémis. Jeune compagne de chasse aux nymphes d’Artémis, Callisto perd sa virginité et ne parvient pas à remplir son vœu de chasteté lorsque Zeus la séduit sous les traits d’Artémis elle-même. La Déesse, cependant, devient furieuse contre la nymphe, la transformant en ours. Le fils né de l’union avec Zeus, Arcade, est sur le point de tuer sa mère lors d’une partie de chasse, lorsque c’est Zeus lui-même qui arrête ses actions, transformant Callisto et Arcade en deux constellations : respectivement la Grande Ourse et la Petite Ourse.

Culte et objets sacrés

Le culte d’Artémis est répandu dans toute la région grecque. Ici, elle était célébrée avec des temples et des autels présents dans pratiquement tous les points du territoire. Le culte d’ Athènes est particulièrement fort , où les filles – strictement réservées aux filles – de moins de dix ans devaient nécessairement servir pendant un an au temple d’Artémis. Durant leur séjour au temple, ils étaient appelés arktoi , ou « petits ours ».

Tous ses prêtres, hommes ou femmes, devaient vivre une vie chaste et pure, renonçant à la vie amoureuse en faisant un vœu de virginité qui, s’il était rompu, aurait eu des conséquences importantes.

Dans certains endroits, comme à Sparte , elle était vénérée comme une déesse de la guerre. Ici, des sacrifices humains lui étaient offerts avant chaque campagne militaire, afin d’obtenir sa faveur, jusqu’à ce qu’ils soient remplacés (selon certaines sources par Lycurgue, le principal législateur spartiate, mais il n’y a aucune certitude) par une cérémonie qui impliquait la flagellation de les jeunes garçons sur l’autel, jusqu’à ce qu’il soit taché de leur sang. Cette cérémonie a également été adoptée à Athènes.

Un aspect similaire de la Déesse la relie directement aux sacrifices de sang et en tant que celle qui inculque la folie aux hommes. Un exemple de cette vision nous est offert par Sophocle dans sa tragédie « Ajax », où il affirme que la folie d’Ajax est précisément causée par Artémis.

Les attributs

Les principaux attributs d’Artémis sont un arc et des flèches , ainsi qu’une lance de chasse , deux armes qu’elle utilise pour chasser. Lorsqu’elle n’était pas représentée avec un arc, une lance était utilisée. Ses autres attributs sont les sept chiens de chasse reçus en cadeau de Pan, ainsi que la lyre , comme son frère Apollon, en tant que divinité liée à la musique.

Ils suivent ensuite le char d’or tiré par quatre cerfs aux cornes d’or . Le cerf de Cérinée , aux cornes d’or et aux sabots d’argent et de bronze, est également sacré pour elle . Enfin, Artémis était parfois représentée avec une torche à la main, plus précisément lorsqu’elle était associée à la déesse Hécate.

Plantes et animaux

La principale plante sacrée pour Artémis est le cyprès , également sacré pour Apollon car lié à leur naissance. Viennent ensuite les noisettes et, en guise de fleur, l’amarante , une fleur qui représente l’immortalité. Une autre plante sacrée pour Artémis est l’ asphodèle , bien qu’elle doive être liée à la Déesse principalement lorsqu’elle est liée au culte d’Hécate.

L’animal sacré par excellence d’Artémis est l’ ours , son symbole avec le cerf . Les sangliers sont également sacrés pour elle , car ils étaient considérés comme la proie la plus convoitée et la plus dangereuse pour un chasseur. Des poissons d’eau douce lui étaient également dédiés , faciles à trouver sur l’autel de la Déesse en offrande, mais aussi le faucon et la pintade .

Suivant

Artémis compte un large public, composé à la fois de mortels et d’immortels. Les divinités proches d’elle sont Apollon , sa jumelle, Athéna et Perséphone , avec qui elle grandit, sa mère Latone et les Muses , bien qu’elles fussent les servantes d’Apollon, elles ne dédaignèrent pas d’accompagner Artémis dans les danses ou les chants. Perséphone en particulier est souvent dépeinte comme une amie proche d’Artémis avant son enlèvement, à tel point que selon certains mythes, pour être proche d’elle dans Hadès, Artémis prend l’apparence d’Hécate.

Parmi ses compagnons de chasse mortels, on peut citer Orion, Iphigénie, Callisto et Hippolyte, tandis que vingt Naïades, soixante Océanines et d’innombrables nymphes d’autres espèces faisaient partie de sa suite.

Lieux de culte

Parmi les nombreux lieux de culte consacrés à Artémis, se distingue l’île de Délos, qui fut son lieu de naissance. L’île est encore aujourd’hui soumise, bien que pratiquement totalement inhabitée, à l’influence du mythe de la naissance d’Artémis et d’Apollon.

Entre le VIe et le IVe siècle avant JC, Délos était sous le contrôle d’Athènes, qui décrétait que, en raison du lien avec Artémis et Apollon, plus personne ne pouvait naître ou mourir à Délos, en transférant d’abord toutes les femmes sur le point d’accoucher. et mourant à Renée toute proche, ils vidèrent ensuite également les tombeaux, transférant leur contenu à Renée et, finalement, ils exilèrent la population, construisant des temples aux deux Dieux sur l’île sacrée désormais inhabitée.

Délos est ensuite redevenue habitée, mais elle est aujourd’hui à nouveau inhabitée (14 habitants ont été recensés en 2001) et l’île est un immense parc archéologique inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1990.

Article précédent
Article suivant
Articles liés

Articles récents