jeudi, juin 20, 2024
AccueilDiversQuel est le café le plus cher du monde ?

Quel est le café le plus cher du monde ?

Le café, boisson que tout le monde connaît dans le monde, a subi les interprétations les plus variées au fil du temps liées au lieu où il a été consommé, le macchiato par exemple. Et sa qualité a toujours été une combinaison de la variété utilisée, Arabica ou Robusta, et des lieux où se trouvaient les plantations. Aujourd’hui, c’est précisément cette dernière caractéristique qui est reconsidérée.

Données disponibles, les cafés les plus chers au monde ont toujours été ceux provenant de plantations situées principalement en Amérique centrale et du Sud, à quelques exceptions près en Afrique.

L’altitude, la longitude et la typicité des plantes marquaient la différence de qualité, poussant les consommateurs à dépenser des sommes importantes pour pouvoir goûter les arômes particuliers que seul le territoire était capable d’infuser dans chaque baie.

Aujourd’hui, cette certitude liée à la matrice agricole et localiste commune à d’autres produits emblématiques (vin, fruits…) semble avoir été mise à mal par une manière différente d’acheter des arômes et des caractéristiques qui rendent précieuses certaines variétés de café.

Les cafés les plus précieux aujourd’hui proviennent de baies qui ont subi un « traitement » par certains animaux exotiques.

Et oui : car avaler, digérer et déféquer la baie de caféier par certains animaux pourrait être défini comme un « traitement » naturel (et singulier) que subit le grain avant de se retrouver dans l’emballage et dans la cafetière : un processus que l’homme Dans certains cas, il a tenté de contrôler artificiellement, pour obtenir un avantage économique supplémentaire.

Certes, le classement des prix (celui que nous avons établi pour vous) parle clairement et en faveur. Mais analysons ces cafés en particulier pour comprendre si ce chemin mène réellement à la qualité ou si l’ombre d’une tendance plane ici aussi.

Le classement voit dans les 5 premières places 4 cafés issus de la précieuse qualité Arabica, mais pour lesquels l’intervention des animaux sur les baies est déterminante. Et ce n’est qu’à partir de la 6ème place que l’on trouve des cafés provenant de plantations classiques.

1) Café Noir Ivoire (1 600 € le kg)

Le café le plus cher au monde vient de Thaïlande, précisément à Chiang Saen, une ville située à la frontière entre le Laos et le Cambodge, où l’ on utilise les éléphants pour obtenir ce café. Les pachydermes mangent les baies qui, une fois digérées et expulsées par les animaux, sont lavées puis broyées. La poudre obtenue a perdu l’acidité typique du grain. Il est généralement peu utilisé dans les mélanges classiques qui nous parviennent. Lorsqu’il est présent, il confèrerait des notes sucrées qui virent au chocolat (comme l’a déclaré le producteur de ce café particulier, Blake Dinkin).

Pour obtenir un kilo de Black Ivory, les éléphants doivent ingérer 33 kg de baies mélangées à des bananes et du riz, ils ne peuvent donc en produire que 150 kg par an.

2) Kopi Luwak (800€ le kg)

Le café qui a fait la renommée mondiale de la catégorie des cafés déféqués est produit en seulement 230 kg par an sur les îles de Sumatra, Java et Sulawesi. Il est obtenu à partir des baies ingérées ou partiellement ingérées par la civette, un petit animal du palmier, qui pour cette raison a pris le nom de chouette.

Une fois lavées, les baies sont grillées et moulues. Et le passage animal donne à ce café des arômes allant de la prune au thé en passant par la rose. J’ai eu l’occasion de le goûter et je dois dire que j’ai en partie retrouvé ses caractéristiques, mais je crois que bien qu’il soit bon – et avec des arômes inhabituels – il ne vaut pas le prix pour lequel il est vendu (environ 15 euros la tasse).

Devenus une source de revenus notable en Asie du Sud-Est, nombreux sont ceux qui ont commencé à exploiter ces animaux pour la production de café, les gardant en captivité.

Le problème est que ce type de civette ne se nourrit pas exclusivement de baies de caféier : elle est en fait omnivore et la nourrir uniquement et exclusivement de café aggrave son état de santé, même si selon la loi les civettes doivent être relâchées au bout de trois ans.

De plus, la qualité du café s’est dégradée avec le temps, car lorsqu’elles étaient libres, les civettes avaient la possibilité de choisir les baies les plus mûres et les plus juteuses, offrant ainsi une sélection de fruits frisant la perfection, alors qu’aujourd’hui, soumises au gavage, elles « produisent  » des baies qui ont en grande partie perdu leurs caractéristiques principales, ne conservant que l’aspect économique.

3) Esmeralga Gesha 601 (350 € le kg)

Une qualité de haute qualité en provenance du Panama. On le retrouve à New York au Eleven Madison Park, un restaurant 3 étoiles Michelin qui propose une tasse à 24 dollars. Le café est servi à table à l’aide d’un alambic : le processus de préparation, qui se déroule en trois étapes, dure une dizaine de minutes.

4) Café chauve-souris (300 € kg)

Ce n’est pas le café que boit Batman, le super-héros de Gotham City, mais plutôt celui qui est extrait après que l’ Artibeus Jamaicensis – une espèce de chauve-souris qui vit au Costa Rica – ait brisé la peau des grains les plus mûrs avec ses dents pour se nourrissent de la pulpe en léchant le mucilage riche en sucres.

Ce qui reste de la baie, laissé sur la plante et exposé au soleil, provoque une métamorphose aromatique et structurelle telle qu’après une récolte strictement manuelle elle permet d’obtenir un café au bouquet fruité et floral et à une acidité très délicate. On le retrouve chez le torréfacteur anglais Sea Coffee Island .

5) Monkey Coffee (260€ le kg)

Produit en Inde et à Taiwan, il est issu de la mastication des baies par les singes rhésus , attirés par les grains plus mûrs et plus sucrés, qu’ils mâchent quelques minutes puis les crachent au sol.

Récoltés, ils sont lavés, traités, séchés et laissés à sécher jusqu’à atteindre une couleur grisâtre. Les grains encore marqués de dents sont ensuite torréfiés et moulus. La saveur est très différente des cafés classiques, car la salive des singes provoque la dégradation des enzymes des grains, modifiant leur profil aromatique.

Vous obtiendrez un produit beaucoup plus sucré que d’habitude, avec des arômes qui vont de la noix vers la vanille et le chocolat. Il est distribué par le torréfacteur américain Paradise Roasters.

6) Café Ospina (215€ le kg)

Un des cafés produits selon des méthodes traditionnelles dans cet étrange classement, issu des plus anciennes plantations de Colombie. Pour lui, seules les graines rares d’Arabica Typica sont utilisées, qui nécessitent une plus grande attention lors de la culture, mais garantissent des caractéristiques et des arômes nettement supérieurs à la moyenne. Il est cultivé sur des sols volcaniques et sur les pentes des montagnes des Andes, à l’ombre de la forêt tropicale, où il s’exprime pleinement.

Les graines sont plantées dans des lits de sable et recouvertes de copeaux de bois jusqu’à ce qu’elles germent en 60 jours environ ; dès que les deux premières feuilles apparaissent, elles sont transplantées dans des sacs en plastique contenant de la terre noire organique, puis stockées et cultivées jusqu’à six mois. Ils sont ensuite transférés dans le verger de café où ils peuvent atteindre 30 pieds de haut. Environ 3 mois plus tard, les baies rouges seront suffisamment mûres pour être récoltées et seules deux graines de café émergeront de chaque baie, ce qui exacerbera sa rareté. Il n’est pas rare que les caféiers aient à la fois des fleurs, des fruits verts et des baies mûres et pour cette raison, tous les fruits récoltés pour Ospina Coffee doivent être cueillis à la main, afin de garantir que seuls les plus mûrs. Les arômes donnés par la tasse de ce café très fin rehaussent les notes d’abricot et de pêche, puis s’orientent vers des arômes de vanille et de chocolat, soutenus par un corps velouté et crémeux.

7) Torréfacteurs jamaïcains Blue Mountain Coffee (180 € le kg)

La Jamaican Blue Mountain est cultivée dans des plantations situées, comme son nom l’indique, dans les Jamaican Blue Mountains, des hauteurs volcaniques au nord de Kingston, qui atteignent 2 350 mètres d’altitude.

Ce qui caractérise le lieu où naît ce café, c’est le brouillard ! L’épaisse couverture laiteuse, quasi omniprésente, protège du très chaud soleil jamaïcain, ralentissant la maturation des grains.

La récolte, qui dans une plantation de café sur deux a lieu tous les cinq ou six mois, ne commence ici que dix mois plus tard. Pour cette raison, les grains sont plus gros et le goût de cette variété est doux et très riche en nuances gustatives, allant du tabac à la vanille.

8) Café Kona Hawaïen (110€ le kg)

Kona est le nom commercial du café cultivé sur les pentes de Hualalai et du Mauna Loa, dans les districts nord et sud de Kona, sur la grande île d’Hawaï. Un climat qui voit des matinées ensoleillées, des nuages ​​ou de la pluie l’après-midi, peu de vent et des nuits douces combinés à l’influence d’un sol volcanique poreux et riche en minéraux, créant des conditions favorables à la naissance d’un café unique.

9) Fazenda Santa Inés (95 € le kg)

Santa Ines est située dans la municipalité de Carmo de Minas, dans le sud du Minas Gerais, au pied des montagnes de Mantiqueira au Brésil . Les baies sont récoltées et placées sur un chiffon pour garantir que le café ne subisse pas de contamination extérieure ou ne perde pas sa qualité de douceur et de brillance avec des notes de citron et de clou de girofle. Avec ces notes d’agrumes, il maintient une bonne consistance délicate associée à un corps plein et une finale longue et crémeuse.

10) El Injerto Peaberry (50 € le kg)

Produit au Guatemala, il présente des arômes de pomme verte suivis d’un corps crémeux plein de caramel. Super doux et propre, typique d’un café aussi élaboré.

Articles liés

Articles récents