jeudi, juin 20, 2024
AccueilDiversLes différences entre LGBT et LGBT+

Les différences entre LGBT et LGBT+

La Commission Équité Genre, Race et Diversité et le Secrétariat de Communication Sociale du TRT-RS expliquent l’histoire et la signification de chaque lettre de l’acronyme. Une action qui fait allusion au Mois de la Diversité au TRT-RS, célébré en juillet.

Après un épisode au cours duquel la communauté gay new-yorkaise – en fait dirigée par des femmes transgenres noires, le nom le plus connu étant celui de la travestie Marsha P. Johnson – a résisté aux attaques de la police au Stonewall Bar, le 28 juin 1969, l’Internationale La Journée de la Gay Pride, comme elle est devenue populaire et a commencé à être célébrée partout dans le monde. Depuis lors, la lutte contre la discrimination et pour la réalisation des droits a gagné plus d’espace et, aussi, de nouvelles formes d’identification.

Dans les années 1980, l’acronyme qui identifiait le mouvement était GLS, en référence aux gays, lesbiennes et sympathisants. Dans les années 90, il est devenu GLBT, avec l’inclusion des bisexuels et des personnes trans.

Comme la représentation des hommes gays a toujours été plus évidente, dirigeant le mouvement communautaire, il a fallu la changer en LGBT, avec le L en tête de l’acronyme et donner plus de visibilité aux femmes lesbiennes. Actuellement, de nouveaux termes ont été inclus et le nom LGBTQIAP+ a été modifié. Comprenez, ci-dessous, ce que représente chacune des lettres et le signe somme :

L :  Lesbienne  –  Il s’agit d’une orientation sexuelle et concerne les femmes (cisgenres* ou transgenres) qui se sentent attirées émotionnellement et sexuellement par d’autres femmes (également cis ou trans). Il n’est pas nécessaire qu’elles aient eu des expériences sexuelles avec d’autres femmes pour s’identifier comme lesbiennes.

Cisgenre est une personne qui s’identifie à son « sexe de naissance ».

G :  Gays –  Il s’agit d’une orientation sexuelle et fait référence aux hommes (cisgenres ou transgenres) qui sont attirés par d’autres hommes (également cis ou trans). Il n’est pas nécessaire qu’ils aient eu des expériences sexuelles avec d’autres personnes de genre masculin pour s’identifier comme homosexuels. 

Le mot « gay » vient de l’anglais et dans cette langue, il signifiait autrefois « joyeux ». Le sens changeant du mot homosexuel remonte aux années 1930 et s’est imposé dans les années 1960 comme le terme préféré des homosexuels pour se décrire. Le mot Gay, au sens moderne, fait généralement référence aux hommes ; tandis que lesbienne est le terme standard pour les femmes homosexuelles.

B :  Bisexuels –  La bisexualité est aussi une orientation sexuelle ; Les bisexuels sont des personnes qui entretiennent des relations affectives et sexuelles avec des personnes du même sexe. ainsi que du sexe opposé (que ces personnes soient cis ou trans). Le terme « Bi » est le diminutif pour désigner les personnes bisexuelles.

T :  Transsexuels, Transgenres, Travestis –  Il s’agit d’un concept lié à l’identité de genre et non à la sexualité, faisant référence à la personne qui a une identité de genre différente du sexe assigné à la naissance. Les personnes transgenres peuvent être des hommes ou des femmes qui cherchent à se conformer à leur identité de genre.

Certaines personnes trans ont recours à des interventions médicales, allant de l’hormonothérapie à la chirurgie de changement de sexe, mais cela est personnel et toutes les personnes transgenres n’optent pas pour ces interventions, même pour des raisons financières. Pour les désigner, les expressions homme trans et femme trans sont utilisées.

Les travestis, quant à eux, sont des femmes trans qui préfèrent être appelées ainsi pour des raisons politiques, de résistance, car ce terme est lié à la marginalisation des femmes trans, dont la seule alternative était la prostitution comme moyen de survie. De nombreuses femmes trans s’identifient actuellement comme travesties précisément pour déstigmatiser le mot.

Ainsi, une femme trans est une personne qui s’identifie comme étant de sexe féminin même si elle a été biologiquement désignée comme appartenant au sexe/genre masculin à la naissance. Un homme trans est une personne qui s’identifie comme un homme même si elle a été biologiquement désignée comme une femme à la naissance.

Q :  Queer –  C’est un terme anglais utilisé pour désigner toute personne qui ne rentre pas dans l’hétérocisnormativité, c’est-à-dire qui ne s’identifie pas à la norme de genre binaire, et qui ne se sent pas non plus couverte par une autre lettre de l’acronyme faisant référence à l’orientation sexuelle, comme on le comprend, que ces étiquettes peuvent restreindre l’éventail et l’expérience de la sexualité.

Le terme « queer », traduit en portugais, signifie littéralement « étrange », « ridicule » ou « excentrique », et la communauté lui a donné un nouveau sens, ainsi que plusieurs autres mots qui étaient auparavant utilisés comme insultes.

De plus, lorsque la lettre Q apparaît à la fin de l’acronyme LGBTQIAP+, elle peut aussi signifier un questionnement, faisant référence à des organismes qui, lorsqu’ils comprennent comment fonctionne le système, commencent à remettre en question leur position au sein de celui-ci.

I :  Intersexué –  Est une personne née avec une génétique différente de XX ou XY et dont les organes génitaux ou le système reproducteur sont en dehors du système binaire homme/femme. Actuellement, au moins 40 variations génétiques sont reconnues par la science, dont XXX, XXY, X0, etc.

Il est encore fréquent que la famille impose, ou prescrive médicalement, une hormonothérapie et une intervention chirurgicale pour adapter l’apparence et la fonctionnalité des organes génitaux, souvent avant l’âge de 24 mois ou même peu après la naissance.

Cependant, une partie importante des personnes soumises à ce processus déclarent ne pas s’être adaptées et rejeter le sexe imposé à la naissance, soutenant une approche thérapeutique qui préconise de reporter l’intervention jusqu’à ce que le sujet puisse participer à la prise de décision.

Cette partie de l’acronyme est très importante pour nous permettre de comprendre que le corps physique ne définit pas le genre ou la sexualité.

R :  Asexué – Un individu qui ne ressent aucune attirance sexuelle envers aucun genre. Cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas entretenir de relations ou développer des sentiments d’amour et d’affection envers les autres.

Q :  Pansexualité –   Il s’agit d’une orientation sexuelle dans laquelle les gens développent une attirance physique, un amour et un désir sexuel pour d’autres personnes, quelle que soit leur identité de genre.

Il existe encore une controverse concernant la différence entre bisexualité et pansexualité, car elles signifient après tout qu’une personne est attirée par une autre, quel que soit son sexe. La différence réside dans l’identification de chaque individu, qui peut être plus à l’aise en disant bi ou pan.

+:  Autres orientations sexuelles et identités de genre – Le symbole somme à la fin de l’acronyme est pour que chacun comprenne que la diversité de genre et de sexualité est fluide et peut changer à tout moment, supprimant le « point » que portaient les acronymes précédents, même si implicitement. Les études sur le genre et la sexualité changent et continueront de changer et d’évoluer, comme tout autre domaine scientifique.

Non-binarité :  Bien que cela ne soit pas explicitement indiqué dans l’acronyme, il s’agit d’une identité de genre dans laquelle les gens ne se sentent pas en conformité avec le système binaire homme/femme, étant capables de circuler entre les possibilités infinies de l’existence de genre sans suivre une norme de performance ou un rôle préétabli par la société.

Drag Queen – Cela ne fait pas partie de l’acronyme et fait uniquement référence à une expression artistique, qui peut être réalisée par des femmes ou des hommes, cis ou trans, des personnes en dehors du genre binaire et totalement indépendantes de l’orientation sexuelle. Cet art tend généralement à exacerber les caractéristiques imposées au genre binaire, avec des performances au ton satirique, précisément comme une critique de la société.

Et, bien qu’il ne soit pas inclus dans l’acronyme, le Manuel de Communication LGBTI+ donne la définition d’Ally : « Ce sont des personnes qui, au moment de la confrontation, sont du côté de la communauté LGBTQIAP+, rejetant la position exemptée ou neutre lorsqu’elles défendent leurs lignes directrices.

Comme dernière considération – mais non moins importante – il convient de souligner que les peuples originels du continent américain avaient une organisation du sexe et du genre en dehors du binaire, qui pouvait être tripartite, quaternaire, quintuple, etc. Ce système fut détruit avec la colonisation de ses territoires.

Articles liés

Articles récents