vendredi, juillet 19, 2024
AccueilDiversTout ce qu'il faut savoir sur les Séraphins

Tout ce qu’il faut savoir sur les Séraphins

Le nom Séraphin signifie « ceux qui éclairent » ou « ceux qui réchauffent »

 Tout nom donné aux esprits célestes contient des indications sur la qualité divine propre à chaque hiérarchie.

Ainsi, les séraphins signifient « ceux qui s’illuminent » ou « ceux qui s’échauffent », indiquant leur activité continue, pleine de dévouement, dans le Divin.

Comme le dit le prophète Isaïe, notre Dieu est un feu dévorant, son trône est comme le feu et le vêtement de la gloire du Seigneur est comme le feu.

La chaleur et le mouvement incessant des Séraphins, qui ne vacillent pas du tout, dans un but bien connu, sont donnés par leur niveau spirituel parfait.

De ce passage, nous distinguons clairement que de tous les ordres célestes, les séraphins sont les plus proches de Dieu, se tenant « devant Lui ».

Leur éclat, d’une force inimaginable, bien plus grand que celui du Soleil à midi, est caché, afin que nous, humains, puissions les regarder et percevoir leur grâce qu’ils déversent pleinement sur nous.

Le symbole de cet aspect sont les deux ailes avec lesquelles il se couvre le visage. Leur profonde humilité et leur volonté parfaite, dans laquelle seule l’œuvre divine est connue, leurs actions, pleinement consacrées à l’amour de Dieu, sont des qualités mises en valeur par les ailes qui couvrent leurs pieds.

Leur présence à tout moment, en tout lieu, transcendant ainsi le temps et l’espace, c’est-à-dire leur omniprésence, leur pouvoir de réaliser pleinement l’ascension des âmes – toute-puissance et abandon total en Dieu nous sont fait connaître par les deux ailes déployées pour le vol.

C’est le saint ordre des Séraphins, dont le nom signifie aussi « les nobles », ennoblis par la présence dans les cœurs, à chaque instant, de Dieu.

Dans l’Ancien Testament, les séraphins sont mentionnés dans Isaïe et dans Nombres 21,6. Dans le Nouveau Testament, les séraphins sont mentionnés dans l’Apocalypse de saint Jean.

L’ordre angélique des séraphins est appelé dans la tradition hébraïque Hayyoth-Hakkadosh (êtres saints) et est influencé par la première sefira de l’arbre séfirotique, à savoir Kether, la « Couronne », celle qui gouverne le tout et donne naissance au monde. . De cet ordre a été donné le nom d’« êtres » à toutes les choses qui remplissent l’Univers.

Il existe une correspondance entre les séraphins et la première lettre de l’alphabet hébreu, Aleph, qui représente le début. Il s’agit du fait que ces anges sont « l’aube de la création », les « mains de Dieu dans le macrocosme », l’essence divine omniprésente et englobante.

Une autre lettre hébraïque correspondant à cet ordre céleste est « Iod », désignant non seulement le début, mais aussi la fin de toute chose. Les séraphins sont ainsi associés à l’éternité, qui donne naissance au temps, dans sa triple division : passé, présent et futur. Ce sont eux qui gouvernent l’infini donnant naissance à l’espace, dans sa triple dimension : longueur, largeur, profondeur (ou hauteur). Ils régissent également la naissance et la résorption de la substance éternelle, qui est à l’origine de la matière. Nous vous rappelons que la matière possède également trois états d’agrégation : solide, liquide et gazeux.

Voici la trinité présente trois fois au sein de cette hiérarchie : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Ce n’est pas un hasard si le sage soufi Gurdjieff parle de la « Loi des Trois » qui régit les « trois mondes » (physique, astral et causal).

Dieu est appelé par les séraphins « Ehich » qui signifie « Essence Divine », représentant « ce que l’œil ne peut atteindre », les aspects transcendants de la manifestation.

La Kabbale fait une association entre cet ordre supérieur de séraphins et le cerveau de l’être humain, berceau des idées, des pensées, foyer de réorientation du cœur vers Dieu.

Concernant le nombre de séraphins, il est précisé dans une des variantes du Livre Secret d’Enoch qu’il existe quatre légions ou ordres « correspondant aux quatre vents du monde ».

Selon Enoch, le Livre de Dieu et des Anges, les séraphins ont quatre visages et six ailes. Enoch, qui parle dans ses écrits des hiérarchies célestes, n’était pas accepté dans les canons juifs, mais était constamment lu et cité par les chrétiens.

Les Séraphins sont des esprits d’amour universel

L’amour des Séraphins est si ardent, leur dévouement si total, que dans tout ce qui les entoure et dans tout leur être, ils ne voient que Dieu, qu’ils adorent et glorifient à chaque instant, de manière bonheur éternel.

Les Séraphins sont les plus proches du Trône de Dieu et leur objectif principal est d’émaner une adoration perpétuelle au Seigneur Dieu, qu’ils servent et glorifient sans cesse : « Saint, Saint, Saint est le Seigneur des armées… » 

L’intensité de leur adoration et leur amour pur envers Dieu en font des reflets impeccables de l’amour divin. Cet amour inonde l’univers de sa grande puissance, et à travers les séraphins nous entrons en contact et reconnaissons sa splendeur. l’amour et la façon dont nous renaissons et sommes créés entièrement à partir de cette énergie étonnante. Ils nous aident à guérir de la douleur de la séparation et de la perte, à comprendre que l’amour est éternel et absolument indivisible.

Thomas d’Aquin décrit les séraphins comme suit : « Le nom de. Les séraphins ne proviennent pas seulement de l’amour divin, mais aussi du débordement de l’amour divin, exprimé par le mot ardeur ou feu. »

Les séraphins sont des esprits d’unité divine

 Le rôle des séraphins est de maintenir l’unité de tout l’organisme vivant du monde créé par Dieu, avec leur aide. A chacun de nous qui recherche cette glorieuse union avec Dieu, les séraphins nous montrent comment atteindre les plus hauts sommets de conscience.

Les Séraphins s’intéressent aux manifestations vibratoires qui maintiennent la manifestation dans un ordre parfait. Ils sont décrits comme des entités de pure lumière blanche, comme des anges d’amour, de lumière et de feu, brillants et puissants. Ils nous transmettent l’énergie divine à travers les autres ordres d’anges, au monde matériel, pour la purification, le maintien et le maintien de la vie sur Terre.

Les séraphins sont ceux qui assurent les liens d’un système cosmique à un autre. Rappelons ce qui est dit dans la Kabbale à propos des êtres célestes : ils sont comme les globules rouges de l’être humain, porteurs de l’essence de l’existence universelle, et tout comme le sang circule dans tout le corps à travers les veines et les artères, les anges se déplacer à travers le macrocosme à travers les couleurs cosmiques.

La fonction spécifique des séraphins est de diffuser la lumière

Tel un Soleil levant, chaque séraphin rayonne une lumière divine. Il convient de mentionner leur fonction spécifique de diffuser la lumière, dissipant ainsi toute obscurité, aussi profonde soit-elle.

Leur éclat, d’une force inimaginable, bien plus grand que celui du Soleil à midi, est caché, afin que nous, humains, puissions les regarder et percevoir leur grâce qu’ils déversent pleinement sur nous.

Le principe divin correspondant à cette hiérarchie est la « Bonté », la bonté et la compassion de Dieu apportant la conscience là où est l’ignorance, apportant le bonheur là où il y a la douleur, apportant l’optimisme et la beauté là où il y a la dépression et la laideur, apportant l’éclat et la lumière là où il y a. l’opacité et l’obscurité, apportant la vie là où est la mort.

Les séraphins ont le pouvoir spécial de purifier par le feu

 Les séraphins ont le pouvoir spécial de purifier par le feu, apportant la pureté de l’âme et le pardon divin.

Denys l’Aréopagite explique le nom de séraphin par les propriétés du feu, qui contient par lui-même un excès de chaleur. Ainsi, dans le feu, nous pouvons reconnaître trois caractéristiques. Le premier révèle le mouvement qui est continu et qui a toujours une direction ascendante, vers les plans supérieurs, ce qui signifie que les séraphins nous portent directement à Dieu.

La deuxième caractéristique du feu est sa force active, sa chaleur, son action pénétrante qui descend jusqu’aux plus petites choses, jusqu’aux structures les plus profondes, avec une ferveur extraordinaire ; à l’aide de cette image, nous découvrons le sens des actions de ces anges – nettoyage, purification dans le maintien de la vie.

Troisièmement, on reconnaît dans le feu la qualité de clarté ou d’éclat, ce qui signifie que les séraphins eux-mêmes ont une lumière inextinguible avec laquelle ils brûlent, dont ils dispensent l’éclat, mis au service de toute la Création. Si l’on part des propriétés du feu : ardeur, purification, identité de soi, lumière et illumination, dissipation des ténèbres, etc., on comprend comment les séraphins symbolisent tous ces pouvoirs dans le plan de conscience le plus spiritualisé.

Les anges du premier ordre, les séraphins, sont des Anges de Lumière, de Feu et d’Amour, appelés « Ceux qui Brûlent », ceux qui sont enflammés d’amour et d’adoration divins. Leurs noms suggèrent l’ardeur avec laquelle ils entretiennent la présence de la source de toute existence, y compris matérielle, mais aussi la qualité de gardiens de l’Univers, du Cosmos dans sa plénitude.

« Le nom des séraphins indique la révolution incessante et éternelle des Principes Divins, la chaleur et l’acuité, l’exubérance de leur activité intense, perpétuelle, infatigable (…) les remuant et les enflammant de leur propre chaleur et les purifiant jusqu’à la dernière flamme ; et, à travers – une puissance non cachée, inextinguible et toujours radieuse et lumineuse peut détruire les ombres des ténèbres ».

Les Séraphins ont la qualité d’élever les marches inférieures pour les rendre semblables à eux-mêmes.

Les Séraphins ont la qualité de soulever les marches inférieures pour les rendre semblables à eux, les enflammant ainsi.

Les séraphins sont ceux qui transportent et apportent les « messages » d’amour et de sagesse vers et depuis les ordres inférieurs.

Ils transmettent la volonté de Dieu à travers les autres hiérarchies angéliques maintenant l’ordre et l’harmonie divins jusqu’au plan physique.

Par une aspiration brûlante on peut obtenir des séraphins « le pardon, l’effacement instantané des erreurs ».

Par une aspiration brûlante on peut obtenir des séraphins la suppression instantanée de toute souffrance et la réception simultanée de tout don céleste, par la Grâce Divine. Les Orientaux appellent cela « la combustion instantanée du karma ».

Dans la Bible, il existe différents passages dans lesquels les séraphins sont mentionnés. Par exemple, dans Isaïe 6,2-3 ; 6-8, il est dit : « Les Séraphins se tenaient devant Lui, chacun ayant six ailes : avec deux ils se couvraient le visage, avec deux leurs pieds, et avec deux ils volaient, et ils s’écriaient les uns aux autres en disant : < Saint, Saint , Saint est le Seigneur des armées, la terre entière est pleine de sa gloire ! > Alors l’un des séraphins vola vers moi, ayant à la main un charbon ardent, qu’il avait pris sur l’autel, et dit : toucha tes lèvres et effacera tous vos

péchés ! > Et j’ai entendu la voix du Seigneur dire : « Qui enverrai-je et qui ira pour Nous ? » Et j’ai répondu : « Me voici, envoie-moi ! ». effacer les erreurs de celui qui, plein de repentir et d’amour de Dieu, s’adresse à eux, le pouvoir de purifier tout ce qu’ils touchent, attirer après lui l’effusion débordante de la Grâce divine, qui élève celui à qui ce don est fait, à paradis

Interventions des Séraphins

Les personnes qui se sont véritablement familiarisées avec les anges, comme les véritables mystiques et les saints, par leur humilité devant le mystère divin qui se manifeste à travers les anges, reçoivent la grâce des faveurs angéliques.

Maria D’Origenes (décédée en 1213) a eu des visions avec des séraphins.

L’ange que vit saint François d’Assise lors de l’apparition de ses stigmates en septembre 1224 était un séraphin.

C’est le message reçu par une grande mystique italienne Margherita de Cortone (1247-1297) : « Nous sommes de l’ordre des séraphins et ne cherchons pas à connaître nos noms car les noms des anges sont très rarement exprimés sur Terre. »

Dante Alighieri (1265 – 1321), le célèbre poète et initié, dans le chant 28 du « Paradis » de la « Divine Comédie », décrit sa rencontre avec les séraphins :

« 94 Et j’entendis la gloire de chœur en chœur

vers le point fixe qu’est leur ubi éternel,

Et pour toujours ce sera pour eux comme c’était pour toujours le leur.

97 Et Elle, voyant mes pensées douteuses

Ce que j’avais, dit :  » en aux premiers rangs

Tu vois les Séraphins et les Chérubins,

100 Suis leur centre avec tant de rapidité

Pour être, autant qu’ils le peuvent, les mêmes avec le point clair,

Et ils peuvent l’être, car ils ont des vues sublimes.

106 Sache que leur plaisir J’ai chaud

 Autant qu’ils peuvent voir

 Dans le lieu de repos de chaque esprit.

109 Être heureux repose donc,

Comme vous pouvez le voir d’ici, sur l’acte de contemplation,

Car l’acte d’aimer vient juste après.

112 La mesure de cela, je le vois, c’est le paiement de la voiture.

 Grâce à la bonne volonté et à la grâce qu’elle contient, elle grandit,

 Et ainsi progressivement elle augmente au sommet de l’échelle.

Mathias Grunewald (1470-1529) peint les séraphins jouant du violon de l’amour.

La mystique espagnole Marina de Escobar reçut les stigmates le 10 septembre 1602 en ayant la vision d’un séraphin exactement comme saint François d’Assise.

Mère Marie de Jésus du Borg (1788 – 1862) et Marie Catherine Ruel ont eu des visions avec des séraphins.

Le 5 août 1918, alors qu’il confessait ses élèves, Padre Pio vécut une expérience mystique qu’il décrivit ainsi à son père spirituel : « Je fus saisi d’étonnement à la vue d’un personnage céleste, apparaissant tenir dans sa main une sorte de d’une tige de fer, avec une extrémité pointue, et il semblait que du feu en sortait. L’être de lumière a jeté cet instrument dans mon cœur, et j’ai crié, accablé, j’avais l’impression d’être en train de mourir. avouant être parti. Ce phénomène a duré sept jours. Je ne savais pas combien de temps j’avais vécu à l’intérieur.

Le monde infini des séraphins, les dispensateurs compatissants de la Grâce divine, est associé chez l’être humain à la plus haute sphère divine appelée Kether ou foyer mystérieux de la transcendance divine.

Articles liés

Articles récents