mardi, mai 21, 2024
AccueilDiversQu’est-ce que le Wokisme ?

Qu’est-ce que le Wokisme ?

S’initier au wokisme nécessite de comprendre le contexte historique qui a conduit à son apparition. Cet article revient à ses origines et retrace son parcours pour montrer que, derrière son exhibitionnisme moral, se cache un projet politique formulé pour désintégrer la société.

Les origines du wokisme

Le wokisme émane des États dominants, des thalassocraties mercantiles et libérales : les États-Unis principalement, même s’il est également un phénomène dans les autres pays développés du monde anglo-saxon (Canada, Royaume-Uni, Australie…).

Notamment de la part de ses centres universitaires et, plus précisément, de personnalités telles que Judith Butler (auteure fondatrice de la théorie queer ), Peggy McIntosh (vulgarisateur de l’hypothèse du « privilège blanc ») ou Kimberlé Crenshaw (créatrice du concept « intersectionnalité »).

Et bien qu’elle ait été caractérisée comme une idéologie de subordination au point d’être introduite dans d’autres sociétés politiques, la vérité est qu’elle est promue plus fortement à l’intérieur.

La définition du wokisme

Le wokisme attaque toutes les notions de frontières ; que ce soit ce qui sépare biologiquement l’homme de la femme (déni des différences sexuelles), le public du privé (à la manière de la proclamation féministe « le personnel est politique ») et, dans un sens plus concret, les nations des autres (mondialisme, cosmopolitisme).

Bref, elle cherche à établir la primauté d’un individu isolé, d’un « sujet hydroponique » [Alicia Melchor] aux faibles racines suspendues dans l’air, qui ne doit rien à la nature et possède la capacité de « s’auto-engendrer » [Alain de Benoist ] .

Elle est imposée par la méthode de la censure ou de l’annulation (cancel culture ). Annuler le passé, la tradition, le lien social… Le tout avec une signification apparemment vindicative (par exemple, démolir une statue parce que des attitudes racistes sont attribuées au personnage historique, ou réécrire un roman pour y contenir des éléments sexistes pouvant blesser la sensibilité des gens). le lecteur).

Au-delà de la revendication nominale, son intention est de dissocier l’homme de toute culture morale organique et naturelle. Sortez-le de son être historique. Une barbarie éclairée, si la contradiction est possible, puisque son corps militaire est implanté à Oxford, Harvard et Berkley.

C’est l’idéologie parfaite pour une époque où, comme l’écrivait Theodore Dalrymple, paraître bon est plus important que faire le bien. C’est pourquoi elle trouve son expression dans une « vantardise morale » ou une « position éthique » (signalisation de la vertu) : une solidarité irréfléchie et quasi automatique, mêlée de fausse préoccupation, pour toute bonne cause qui domine l’agenda médiatique. Et cet agenda des « causes actuelles » peut être n’importe quoi : le viral Kony 2012, le mouvement Welcome Refugees , #StandWithUkraine, etc.

Étymologie et signification politique

Le terme woke a parcouru un long chemin depuis les luttes pour les droits civiques jusqu’à l’activisme actuel des hashtags. Ainsi, si l’on remonte à l’origine de l’expression, il faut mentionner le discours intitulé Remaining Awake Through a Great Revolution : devant l’Oberlin College, le révérend Martin Luther King a exhorté ses partisans à « rester éveillés » pendant la grande révolution sociale qui a été « balayant l’ancien ordre colonial. »

Plus récemment, en 2008, l’expression a été reprise par la chanteuse néo-soul Erykha Badu dans le refrain de sa chanson Master Teacher. Et puis, en 2012, dans un tweet qu’il a consacré au groupe russe Pussy Riot après l’arrestation de ses membres. Badu, s’appuyant sur son anglais vernaculaire afro-américain (un dialecte social connu familièrement sous le nom de « ebonic »), a changé le mot éveillé en woke.

Son nouveau séjour au réveil a pris une grande importance en 2014, avec les protestations contre la mort du jeune noir Michael Brown suite à la fusillade d’un policier dans la ville de Ferguson, dans l’État du Missouri.

La différence entre les versions de King et Badu ne se réduit pas à la conjugaison ( rester réveillé est une erreur grammaticale). Le message du Dr King consistait à transcender les aspirations individuelles et à développer une perspective mentale qui soit à la hauteur des circonstances historiques, car, comme il l’a dit, « nous sommes pris dans un réseau inéluctable de mutualité » (par conséquent , nous avons un « destin » commun).

Pour Badu, cependant, « je le réveille » s’applique à de nombreux aspects de la vie et n’est pas explicitement politique. « Il s’agit d’être conscient, d’être en harmonie avec la nature », a-t-il déclaré à propos de sa contribution lexicographique, et de manière quelque peu décousue, sur la chaîne de télévision MSNBC. Et d’ajouter : « en étant aligné avec la nature, vous serez conscient de ce qui se passe avec votre santé, dans vos relations, dans votre maison, dans votre voiture… ».

Ainsi, plus que devant une étiquette politique, nous sommes confrontés à un appel : rester attentif aux changements sociaux, ne pas être indifférent aux injustices (notamment celles dirigées contre les minorités, puisque la composante raciale a été transcendée). Même au plus fort des manifestations Black Lives Matter et des groupes associés, peu de militants se présentaient comme réveillés. Aujourd’hui, pratiquement personne ne le fait.

Alors qui sont les wokes ?

« La relation entre la nouvelle gauche indéfinie d’origine anglo-saxonne et son fils naturel : le woke n’est pas claire « . Il semble qu’il préfère le garder dans la discrétion de l’implicite, ou pire encore, nier catégoriquement son lien avec lui. Soit parce qu’en parler ouvertement ternit son image publique, et avec elle sa crédibilité ; ou parce que, à la manière des idéologies de contrôle social, elle remplit mieux ses objectifs si elle garde sa véritable image en arrière-plan.

Le wokisme est devenu l’un de ces signifiants ennemis qui deviennent utiles parce qu’ils décrivent un phénomène politique pertinent avec certaines caractéristiques nouvelles, quel que soit le nombre de ceux qui l’érigent comme signe d’identité.

Par exemple, le néolibéralisme n’est pas une simple fiction, même si le prix Nobel Vargas Llosa prétend, en essayant de paraître ingénieux, qu’il n’a jamais rencontré de néolibéral. Comme le dit le cliché baudelairien, « la plus grande ruse du diable est de nous faire croire qu’il n’existe pas ».

Dans les environnements de médias sociaux, le woke a son homologue dans le based. Based est celui qui est transgressif à l’heure de la morale, celui qui défie le soft totalitarisme du politiquement correct.

Cela tend à être lié à une certaine droite antilibérale, mais inclut également l’ancienne gauche. Diego Fusaro – pour avoir défendu les souverainetés nationales contre le mondialisme – et Michel Houellebecq – pour avoir mis en garde contre les effets de l’islamisation de la France – peuvent être considérés comme « fondés ».

Pour les défenseurs de la « bassesse », le réveil fait grincer des dents. Le clivage woke est avant tout très typique de Twitter, où même des nationalistes autoproclamés des pays les plus divers utilisent des néologismes Internet au cachet américain sans équivoque. Ce que nous voyons ici, c’est que la guerre culturelle américaine se transfère au reste du monde, multipliant sa portée sous forme de mèmes et de cacaposting.

Des mots qui perdent de la valeur et du sens

La notion politique de « réveil » apparaît, comme on l’a vu, avec un usage tout à fait légitime. Mais au fil du temps, la situation a considérablement dégénéré. Il ne fait plus référence à la réalisation de droits élémentaires, mais plutôt à une identité fanatique. Black Lives Matter, qui, selon le Pew Center, avait le soutien de près des trois quarts des Américains après la mort de George Floyd, ne bénéficie aujourd’hui que d’une note favorable de cinquante pour cent. Les vagues de vandalisme et de pillages déclenchées en son nom ont causé deux milliards de dollars de dégâts rien qu’en 2020, et ont gravement terni l’image dont elle jouissait.

Le mouvement Black Lives Matter a appelé à « être conscient » de ce fléau qui affecterait les Afro-Américains : les préjugés raciaux, qui seraient à l’origine d’affrontements mortels entre policiers et civils noirs non armés.

Cependant, cette approche a été rejetée, entre autres études, par les publications de l’avocate Heather Mac Donald, qui, dans son témoignage devant le Congrès américain en 2019, a proposé des données qui soutiennent cette autre approche : le véritable risque pour les Noirs n’est pas le cas. brutalité policière, mais criminalité noir sur noir , au vu des près d’une centaine de blessures par balle que l’on peut enregistrer dans une ville comme Chicago en un week-end.

Nouvelle gauche et guerre froide culturelle

Antécédent direct du wokisme, on ne peut perdre de vue « l’opposition contrôlée », favorisée en Occident dans le cadre de la guerre froide, qui a conduit à la configuration d’une « gauche » acceptant le marché sur le plan économique et alignée sur le marché. avec des intérêts atlantistes au niveau géopolitique.

La stratégie américaine de lutte contre le communisme soviétique n’a pas seulement utilisé, comme cela va de soi, des moyens militaires, politiques et financiers. Il l’a également fait par une grande offensive culturelle et idéologique.

Le premier effort majeur dans ce sens a été lancé sous l’ère Truman avec la soi-disant « Campagne pour la vérité » qui , selon les mots du président démocrate, consistait à répondre partout où se propageait la « propagande communiste » par « des informations honnêtes sur la liberté et la liberté, démocratie. »

Le projet secret de cette initiative était le Projet Troy, une opération qui comprenait des personnalités de la stature du physicien Edward Mills Purcell et qui a cimenté de bonnes relations entre la CIA naissante et des universités telles que le MIT et Harvard.

Son objectif principal était d’amplifier l’impact dans le bloc de l’Est de Voice of America (VoA), le plus grand organisme de radiodiffusion financé par le gouvernement américain.

Personne ne comprendrait mieux l’importance du soft power dans le conflit bipolaire que le successeur de Truman, le général Dwight Eisenhower.

Car « Ike » vaincre l’URSS ne consistait pas simplement à « conquérir un territoire » ou à « soumettre par la force ». La guerre militaire était secondaire par rapport à la « guerre psychologique », qu’il définissait comme un « conflit pour l’esprit et la volonté des hommes ».

Dans cette particulière guerre froide idéologique et culturelle au sein de la Guerre froide, la lutte contre le réalisme socialiste a été menée en promouvant l’expressionnisme abstrait dans les arts picturaux et l’atonalité dans la musique.

Il comprenait également d’autres manifestations et courants artistiques et culturels. Des entités subsidiaires de la CIA et du Département d’État ont tout financé, depuis les expositions de Jackson Pollock jusqu’aux tournées de Louis Armstrong et Benny Goodman (il existe une bibliographie abondante sur ce sujet, et certains des auteurs qui en ont le mieux traité sont Frances Stonor Saunders et Gabriel). Rockhill).

En 1951, l’organisme peut-être le plus important de la croisade culturelle de Washington a été officiellement créé : le Congrès pour la liberté culturelle (CCF). Le CCF était extraordinairement habile à recruter l’ intelligentsia de gauche mécontente de l’URSS, en particulier les boukharinistes-trotskystes.

« Donnez-moi cent millions de dollars et un millier de personnes dévouées, et je vous garantirai une telle vague d’agitation démocratique parmi les masses de l’empire de Staline que tous vos problèmes resteront longtemps internes », avait promis son fondateur Sidney.

Le CCF et d’autres organisations de façade ont maintenu à flot des magazines américains de gauche antistaliniens tels que The New Leader, Encounter et Partisan Review, en les subventionnant lorsque leurs faibles abonnements les avaient rendus économiquement non viables.

Dans le domaine hispanique, la publication Cuadernos del Congreso por la Libertad de la Cultura s’est démarquée. Edité, entre autres, par Luis Araquistaín (ancien idéologue de Largo Caballero), c’était un espace qui réunissait des intellectuels ayant renoncé au marxisme et des anticommunistes de toujours, comme Jorge Luis Borges. Ses articles exaltaient les valeurs libérales et le rôle des États-Unis dans le monde.

Parmi les noms notables qui ont reçu des fonds directement ou indirectement des services de renseignement américains figurent la féministe Gloria Steinem et le gourou des drogues psychédéliques Timothy Leary.

La Nouvelle Gauche a vendu la transgression, la rupture et le prestige intellectuel sans trop menacer le système capitaliste. Leur objectif était avant tout la déréglementation morale.

Il n’a pas abandonné, contrairement à une idée largement répandue, les travailleurs au profit des minorités. Ou du moins pas au début. Comme l’explique Paul Gottfried dans L’étrange mort du marxisme, il a déplacé son client vers les classes moyennes qui, après le bouleversement contre-culturel des années soixante, ont commencé à abandonner leurs anciennes valeurs.

Substrat anglo-protestant

On pourrait dire que l’idéologie éveillée n’est pas un dérivé organique du protestantisme, mais qu’elle a profité d’une série de conditions qui y sont présentes. Autrement dit, il gagne en force dans le contexte protestant sans en être le corollaire inévitable. En fait, le soutien considérable du gouvernement et des entreprises que le wokisme reçoit dans les sociétés protestantes ne peut être ignoré.

Une caractéristique évidente du wokisme est sa suprématie morale, clé de la culture protestante, qui regarde avec dédain « l’obscurantisme catholique ». Là où cela s’observe le plus facilement, c’est dans le côté évangélique littéraliste, qui prône que chacun puisse interpréter la Bible par lui-même, même sans clés herméneutiques.

Ainsi, dans la culture protestante, l’individu est le garant de la foi et entretient une relation directe avec Dieu, puisqu’il ne passe par aucune médiation. De la même manière, l’éveillé se suffit à lui-même – sa revendication de victime ou d’opprimé – pour attribuer la vérité.

Le peuple américain, et le monde protestant en général, se sentent choisis par la Providence pour porter un message de « liberté ». Ce message s’incarne aujourd’hui dans l’idéologie éveillée qui, sous prétexte d’émanciper la ligue mondiale des « opprimés », transforme tous les partis de la gauche générique en franchises du Parti démocrate et du soft power anglo-saxon.

L’effondrement de l’Arcadia progressiste et heureuse

Il n’est pas facile de concilier les aspirations de groupes aussi disparates que les femmes, les immigrés et la communauté dite LGBT. L’intersectionnalité – plus qu’un simple outil d’analyse – est le ciment faible qui cherche à maintenir cette coalition unie, en tant qu’imbrication d’oppressions et de convergence d’inégalités.

Au-delà de tout effort unificateur, il est fort probable que l’idéologie éveillée, étant dirigée vers un sujet politique multiple et fragmentaire, finisse par descendre et donner lieu à une guerre des particularismes, une guerre basée sur des intérêts particuliers contradictoires. En fait, il a déjà plusieurs fractures…

Une inimitié amère est évidente entre les groupes féministes issus de la nouvelle gauche : les collectifs queer et les radfems se sont affrontés dialectiquement et même physiquement lors des marches du 8M de cette année.

De même, des conflits ont récemment éclaté entre parents musulmans et transactivistes au sujet de l’enseignement de « l’idéologie du genre » dans les écoles canadiennes : quelle revendication faut-il prioriser, celle des minorités religieuses ou celle des minorités non hétérosexuelles ?

L’articulation politique et électorale de la minorité semble a priori logique dans les sociétés occidentales de plus en plus diversifiées. Il arrive cependant que nombre d’ identités éveillées , qu’elles soient collectives ou individuelles, recherchent un caractère particulier, singulier, minoritaire…

Elles ne sont pas construites à partir de perceptions sociales, mais émanent plutôt de la « culture nihiliste de l’auto-identification illimitée ». [Russell Reno]. Ils n’ajoutent pas, ils se désintègrent.

C’est pourquoi l’empire anglo-saxon contemporain est le premier empire de l’histoire qui promeut ce que l’on pourrait appeler une anticulture, c’est-à-dire une culture fondée sur la désintégration des liens sociaux, sur le déracinement et sur le pur présentisme de l’individu. Il est en guerre contre lui-même et entraîne avec lui ceux qui adoptent ses modes idéologiques.

Articles liés

Articles récents