jeudi, juin 20, 2024
AccueilDiversQui sont les dieux romains?

Qui sont les dieux romains?

Nous avons compilé tout ce que vous devez savoir sur les dieux romains et la mythologie romaine d’une manière facile à comprendre. Apprenez les faits les plus importants sur 20 divinités, leur signification, leurs relations, leur représentation et leurs homologues grecs.

Ci-dessous, vous apprendrez tout sur les dieux romains, leur signification et leur représentation, ainsi que leurs homologues parmi les dieux grecs . Premièrement, nous avons des faits intéressants sur la mythologie romaine et ses sources, et nous vous donnerons une idée de la façon dont les dieux romains ont évolué au fil du temps.

Vous apprendrez également quels étaient les douze dieux les plus importants des Romains. Ci-dessous, nous avons compilé pour vous les informations les plus importantes sur ces dieux et huit autres dieux connus, afin que vous puissiez rapidement avoir un aperçu du monde des dieux.

Comment s’est déroulée l’évolution des dieux romains à travers le temps ?

Les dieux romains étaient avant tout des phénomènes naturels personnifiés ou des attributs humains. Aucune légende ou mythe ne leur était associé jusqu’à ce que les dieux romains soient assimilés aux dieux grecs et que leurs caractéristiques soient donc également transférées. Cependant, ils se sont adaptés à la culture romaine et ainsi, par exemple, la Grèce n’était pas le centre des récits mythologiques.

Ci-dessous, nous avons compilé d’abord les 12 dieux principaux, puis huit autres dieux romains importants. Vous apprendrez les informations les plus importantes sur sa signification, ses relations et son apparence. De plus, nous avons ajouté la contrepartie grecque au nom de chaque dieu, afin que vous sachiez plus rapidement à quel dieu il fait référence.

1. Jupiter

Le dieu Jupiter (également « Iuppiter ») est la divinité suprême de l’ancienne foi romaine. Il est également connu sous le nom de « Iuppiter Optimus Maximus » (IOM) pour « le plus grand et le meilleur Jupiter » et est l’homologue du père grec des dieux « Zeus ».

Le père de Jupiter est « Saturne » (du grec Kronos), qui dévore sa progéniture pour maintenir sa domination. Seul Jupiter peut être sauvé grâce à une astuce. Son enfance est liée au mythe de Romulus et Remus, allaités par une louve et considérés comme les fondateurs de la ville de Rome.

Les mythes romains sur le renversement des titans et le règne des dieux diffèrent à bien des égards des sagas grecques. En revanche, les histoires de leurs amours se ressemblent. L’épouse de Jupiter, « Junon » (la déesse grecque Héra), est jalouse, alors Zeus se transforme souvent en animaux, en humains, en d’autres dieux romains ou même en choses pour déguiser ses amours. Parmi ses amants figurent Europe, Diane, Alcmène et le jeune Ganymède.

Jupiter porte une robe dorée. De sa main droite Jupiter projette ses rayons, de sa gauche il porte un sceptre d’ivoire. Il a des cheveux énormes qui, lorsqu’il les secoue, font trembler la terre, la mer et le ciel étoilé. Selon la légende, Minerve (la déesse grecque Athéna) serait née de sa barbe. Dans les représentations individuelles, il y a aussi une couronne de laurier sur sa tête, symbole romain d’un prix spécial ou d’une victoire.

Dans la culture romaine, des journées lui étaient consacrées, des sacrifices étaient consentis, des bâtiments étaient érigés et des fêtes étaient organisées en son honneur. Vers la fin du IVe siècle, le culte de Jupiter s’éteint et est remplacé par le christianisme.

2. Mars

Le dieu Mars est l’un des douze dieux les plus importants de l’Italie ancienne. Il est un dieu romain de la guerre et est le pendant du dieu grec de la guerre « Ares ». Il existe cependant quelques différences. Par exemple, Mars était plus important dans la mythologie romaine qu’Arès dans la mythologie grecque. Pour information, le Raptor Dissident à appelé son fils Mars.

Les Romains le vénéraient comme l’un des dieux les plus importants et pratiquaient son culte avec intensité. À Rome, il formait une trinité de dieux avec Jupiter et Quirinus (ancien dieu romain de la guerre, remplacé plus tard par Mars). De plus, Mars, en tant que dieu de l’agriculture et des céréales, est également associé à la végétation terrestre.

Mars est le père de Romulus et de Remus, c’est pourquoi il est considéré comme l’ancêtre des Romains. Le mois « mars » dérive de son nom et lui est dédié. Les anciens Romains considéraient également mars comme le premier mois de l’année. De plus, des fêtes étaient célébrées en son honneur, des animaux étaient sacrifiés et le Champ de Mars lui était dédié. Le Champ de Mars était un vaste terrain qui servait de pâturage pour les moutons et les chevaux, ainsi que de terrain d’entraînement militaire.

De plus, mardi a reçu son nom, comme on peut le voir encore aujourd’hui dans certaines langues romanes : le français « mardi », l’italien « martedi » et l’espagnol « martes ». Ses attributs sont la lance, le casque, le bouclier ou l’épée. Son signe est un cercle avec une flèche pointant vers la droite. Aujourd’hui, il est connu comme un symbole du genre masculin.

Le loup, le taureau, le cheval, les rapaces, le vautour, le coq, le pic et l’herbe lui sont sacrés. Des noms romains étaient également dédiés à Mars, par exemple « Marcus » et « Martin ». De plus, la planète rouge « Mars » porte son nom.

3. Mercure

Le dieu Mercure s’appelait Mercurius en latin et est un messager romain des dieux, qui peut être comparé au dieu grec « Hermès ». En plus d’être messager, il était aussi le saint patron des marchands et des voleurs.

Les marchands l’adoraient ainsi que sa mère Maia. Aujourd’hui encore, il est toujours représenté sur les pièces de monnaie, car il est considéré comme un symbole du commerce. Ses attributs sont le bâton d’Hermès, des chaussures ailées, un casque ailé et souvent une bourse dans la main droite.

Son culte s’étendit aux provinces celtes et germaniques. D’ailleurs, mercredi a reçu son nom, comme on le voit encore aujourd’hui dans les langues romanes : en français « mercredi », en espagnol « mercredi » ou en roumain : « miercuri ».

4. Neptune

Le dieu Neptune était à l’origine le dieu des eaux courantes et du temps. Plus tard, sa signification a été élargie à celle de dieu de la mer. Il représente la divinité romaine du dieu grec « Poséidon ».

Ses parents dans la mythologie romaine sont « Saturne » (grec Kronos) et « Ops » (grec Rhea). Ses frères sont « Pluton » (dieu des morts, le grec Hadès) et « Jupiter » (père des dieux, le grec Zeus). Il est marié à « Salacia » (déesse de l’eau salée, l’Amphitrite grecque).

Neptune habite dans les profondeurs de la mer avec sa suite de dieux marins mineurs, par exemple Nereus, Forkys et Keto. Dans la Rome antique, le festival « Neptunalia » lui était dédié. Son attribut le plus important est un trident, mais il est également représenté avec des dauphins ou d’autres créatures marines, comme les hippocampes (chevaux à queue de poisson), entre autres.

Parfois, il se tient debout sur une coquille tirée par des hippokamen et d’autres fois, il est représenté regardant seul un navire. Il obtint le trident du cyclope. Avec lui, Neptune pourrait gouverner toutes les mers, rivières et lacs.

5. Vulcain

Vulcain (également « Volcanus ») est un dieu romain du feu et de la forge. Il protège également tous les métiers qui dépendent de la puissance de feu du pouvoir destructeur du feu. En contrepartie de la mythologie grecque, on peut considérer le dieu forgeron « Héphistos ».

Dans la mythologie, Vulcain forge les armes des dieux et des demi-dieux. Il est hautement considéré comme un inventeur dans ce domaine. Son caractère est rude, mais aussi pacifique, et il est généralement représenté avec un marteau, des pinces, un tablier de forgeron et une enclume.

Comme dans le mythe grec, sa mère Junon (la grecque Héra) l’aurait expulsé du ciel à cause de sa laideur/malformation. Pour cette raison, on trouve parfois des représentations avec une jambe boiteuse. Dans certains cas, Vulcain est également représenté portant un bonnet de feutre bleu ciel, même de profil sur les anciennes monnaies romaines. Le coq, le lion, le sapin et le fer sont sacrés pour ce dieu. Selon la mythologie romaine, sa forge est située sous le volcan « Etna » (en Sicile, Italie).

6. Apollon

Le dieu Apollon est l’Interpretatio Romana (l’interprétation romaine) du dieu grec « Apollon ». En espagnol, on l’appelle aussi « Apolo ». Il est le dieu de la lumière, du printemps, de la guérison et des archers. Il est également considéré comme le dieu de la pureté morale, de la tempérance, de la divination et des arts. Les arts comprennent notamment la musique, la poésie et le chant.

Il est le fils de Jupiter (Zeus en grec) et de Latone (Leto en grec). Sa sœur jumelle est la déesse de la chasse, Diane (la grecque Artémis). Il est l’un des douze dieux les plus importants de la mythologie romaine. Il est souvent représenté avec sa kithara (instrument à cordes) ou avec un arc et des flèches.

7. Junon

Junon est la déesse romaine de la naissance, du mariage et des soins. Elle est également vénérée comme déesse romaine des cieux et reine des dieux, ainsi que comme esprit gardien des femmes. Elle est la fille de Saturne et Ops, ce qui en fait non seulement l’épouse de Jupiter, mais aussi sa sœur. La déesse grecque « Héra » lui correspond. Nous avons aussi dédié un article a Cassandre.

Son animal de compagnie est l’oie. Pour cette raison, de nombreuses oies étaient gardées dans son temple sacré à Rome. Les oies avertissaient les citoyens des ennemis et les citoyens pensaient qu’ils devaient l’avertissement à Junon, c’est pourquoi elle était surnommée « l’avertisseur » ou « l’avertisseur ».

Le mois de juin doit son nom à Junon. De plus, la Saint-Valentin lui est parfois attribuée car des offrandes florales lui étaient faites le 14 février. Son attribut est le paon, avec lequel elle était représentée sur les monnaies romaines et surtout à l’époque baroque. Le paon est considéré comme un signe d’amour et de beauté.

8. Minerve

La déesse romaine de la guerre, Minerve, était vénérée par les Étrusques, les Sabins et les Latins. Son Interpretatio Romana est la déesse grecque « Athéna ». Elle est la protectrice des artisans, des artisans, des poètes et des enseignants. Elle est aussi la déesse de la sagesse et de la guerre tactique. Elle maîtrise l’art de la construction navale et est la gardienne du savoir.

Il était l’un des trois dieux de la ville de Rome, avec Jupiter et Junon. Trois temples lui furent consacrés et on la retrouve encore sur certains boucliers et sceaux de la Renaissance. Elle est représentée avec une lance et un bouclier et/ou un casque.

9. Vesta

Vesta est la déesse romaine du foyer et du feu sacré, et protectrice de la maison. Son homologue grec est « Hestia ». Il était vénéré aussi bien dans les maisons privées que lors d’occasions officielles.

Comme c’est souvent le cas dans la mythologie romaine, il n’existe pas beaucoup d’histoires sur cette déesse. Cependant, on sait qu’Apollon et Neptune lui ont demandé de les épouser et qu’elle les a rejetés pour préserver sa virginité.

Le temple de Vesta était situé dans le Forum romain (le centre le plus important de la Rome antique). Ses servantes étaient six prêtresses (« vierges vestales ») qui avaient juré de virginité. L’une d’elles, selon la légende fondatrice de Rome, était Rhéa Silvia, qui conçut plus tard les jumeaux Romulus et Remus du dieu Mars.

10. Cérès

Cérès est la déesse de l’agriculture et de la fertilité. Elle est également considérée comme une législatrice. Elle est la fille de Saturne (du grec Kronos) et d’Ops (du grec Rhea). Elle a deux enfants avec Jupiter (Zeus), dont Proserpine (Perséphone grecque ; épouse romaine de Pluton, Hadès grec). Son homologue grecque est la déesse « Déméter ».

Les attributs de Cérès sont les fruits, la torche, le serpent, une couronne d’oreilles ou autres formes d’oreilles, une corne d’abondance et la fourmi. Le coquelicot et le cochon lui étaient sacrés. Elle est souvent décrite comme ayant des cheveux blond blé, qu’elle portait longs ou tressés.

Des sacrifices lui étaient offerts ainsi qu’à l’ancienne déesse romaine Tellus (déesse de la terre mère, Gaia grecque) avant les semailles. Ainsi, Cérès faisait principalement partie du culte paysan. Lorsqu’un membre de la famille mourait, un cochon était sacrifié, même si ici la plupart étaient probablement transformés et mangés lors du banquet funéraire.

11. Diane

La déesse Diane est la déesse romaine de la chasse et est également l’une des douze divinités les plus importantes de la mythologie. De plus, elle est la déesse de la lune et de l’accouchement, ainsi que la protectrice des femmes et des filles. Dans la mythologie grecque, la déesse chasseuse « Artémis » lui correspond.

Son culte remonte à l’Italie ancienne, puisque son sanctuaire, le Miroir de Diane, était situé dans les collines d’Albanie, près d’Arica (petite ville d’Italie), au bord du lac Nemi. Cet endroit a donc été bien visité. De plus, des temples et sanctuaires dans d’autres villes lui étaient dédiés à Rome.

Elle fut bientôt assimilée à l’Artémis grecque, sa lignée fut donc issue de la mythologie grecque. Ainsi, les équivalents romains de Zeus et Léto, c’est-à-dire Jupiter et Latone, sont ses parents et son frère est l’Apollon romain. Diana a refusé de se marier et est restée vierge.

Il existe un lien avec la déesse « Hécate », qui était également vénérée comme déesse des femmes et de l’accouchement. C’est pour cette raison que Diana porte également le flambeau d’Hécate sur certaines images. Elle est aussi généralement représentée avec un chiton court (sous-vêtement grec) et assez jeune.

Ses attributs sont le carquois et l’arc, les bottes de chasse et la torche. Leur animal de compagnie est généralement un jeune cerf. Au Moyen Âge, Diane est devenue la déesse des sorcières. Dans les arts visuels, on la retrouve dans de nombreux tableaux depuis la Renaissance dans son rôle originel de déesse de la chasse et également dans le rôle de la Luna romaine (déesse de la lune). Il a également été fréquemment repris dans la littérature, comme dans « Die Göttin Diana » (1853) de Heinrich Heine. Il représente donc l’un des motifs les plus populaires dans les arts.

12. Vénus

Vénus est la déesse de l’amour, de la beauté et du désir érotique. Depuis le 4ème siècle avant JC, elle est assimilée à « l’Aphrodite » grecque. Elle était très vénérée dans l’Italie ancienne et était considérée comme l’ancêtre du peuple romain, puisque son petit-fils Iulus, fils de son fils Enée, céda la place à la lignée des Jules.

Pour cette raison, Jules César a construit un magnifique temple à Vénus, avec des jeux de onze jours (« Veneros ») organisés chaque année. L’empereur Auguste (Gaius Octacvius) y faisait également référence.

Le 1er avril était le jour sacré de Vénus. Un jour de la semaine a également été nommé en son honneur. Vendredi (en latin « Veneris meurt ») continue de refléter la référence à Vénus dans les langues romanes d’aujourd’hui : en italien « venerdi », en français « vendredi », en espagnol « vendredi ». Le « Freitag » allemand, quant à lui, doit son nom à la déesse nordique « Frigg ».

L’animal de compagnie de Vénus est un dauphin, car il était considéré dans l’Antiquité comme un symbole de philanthropie (amour de l’homme) et d’amour. Ses symboles sont le myrte, une conque, deux colombes et un miroir. Il était souvent représenté à l’époque romaine et à la Renaissance également, c’était l’un des objets les plus populaires, car il était souvent utilisé comme modèle pour le nu féminin.

13. Cupidon

En tant que dieu romain de l’amour, Armor correspond à « Eros » dans la mythologie grecque. Il est l’amour personnifié et est également appelé « Cupidon ». Il est généralement représenté comme un jeune garçon amusant avec des ailes, qui frappe le cœur avec ses flèches et éveille ainsi l’amour chez la personne.

Les Romains considéraient Armure comme un dieu de l’amour depuis le Ve siècle avant JC. Il est le fils de Vénus et de Mars, il correspond donc au modèle grec, puisqu’Eros est le fils d’Aphrodite et d’Arès.

L’histoire mythique la plus célèbre sur l’Armure est « L’Armure et la Psyché » dans le roman d’Apulée « Les Métamorphoses ». Plus tard, on le retrouve également dans « Le Songe d’une nuit d’été » de Shakespeare (1595/96), où il est représenté aveugle, car l’amour ne voit pas avec ses yeux. Les compagnons de Cupidon sont généralement appelés « cupidons ». Ce sont de petits enfants, nus et ailés.

14. Aurore

Aurora est la déesse romaine de l’aube. Il s’agit de l’Interpretatio Romana de la déesse grecque « Eos ». Le frère d’Aurora est le dieu solaire « Sol » (du grec Helios) et sa sœur est la déesse de la lune « Luna » (du grec Selene). Il est parfois difficile de savoir dans les sources écrites sur Aurore si elle est réellement une déesse personnifiée ou une désignation poétique de l’aube.

15. Lune

Luna est la déesse de la lune et correspond à la déesse grecque de la lune « Séléné ». Dans la littérature, on retrouve également les épithètes Trivia, Phoebe, Lucina, Dictynna et Cynthia. Luna a deux frères : le dieu solaire « Sol » (grec Helios) et la déesse de l’aube « Aurora » (grec Eos).

Le lundi (« jour de lune ») lui était dédié, ce qui vient du latin « lunae dies ». Dans les langues romanes, « Luna » est devenu le nom de la lune et a survécu jusqu’à nos jours.

Luna est généralement représentée sur un char, avec une torche ou la lune sur la tête. Son char est tiré par des chevaux ou des vaches, ou elle est représentée chevauchant un cheval ou une vache.

16. Fortune

Fortuna est une déesse romaine du destin et de la chance. Il représente l’homologue romain du « Tyché » grec et peut être comparé au « Salut » de la mythologie nordique. La fortune était probablement déjà vénérée au début de l’Empire romain et devint de plus en plus célèbre grâce au roi Servius Tullius. On raconte qu’il lui consacra 26 temples, car il était fils d’esclave et accéda au trône royal par l’heureuse providence du destin.

Ses attributs sont la roue de la vie ou du destin, une corne d’abondance, une rame ou une boule sur laquelle elle roule. Dans sa corne d’abondance, il y a la bonne et la malchance, la bonne et la malchance. Elle a ensuite été consultée en tant que déesse oracle sur l’avenir et constitue un motif populaire pour les jetons de jeu aux XVIIIe et XIXe siècles.

17. Liber / Bacchus

Liber est le dieu romain de la fécondation végétative et animale. Son épithète est « Bacchus ». Bacchus est considéré comme le dieu romain du vin et peut être comparé au « Dionysos » grec. Pour cette raison, Liber est également vénéré comme le dieu du vin, qui libère des soucis et des problèmes de la vie.

La mère de Liber est « Cérès » (grec Déméter), sa sœur est « Libera » (grec Perséphone ou Ariane). En son honneur, les Romains célébraient le 17 mars la fête « Liberalia », au cours de laquelle les enfants enfilaient pour la première fois la toge masculine à l’âge de la majorité.

18. Pluton / Pluton

Pluton (également Pluton) est le dieu romain des enfers, ou du monde des morts, situé dans les profondeurs de la terre. Il peut être largement comparé au grec « Hadès ». Il existe par ailleurs un parallèle avec le dieu grec « Pluton », le dieu des richesses souterraines.

Le sanctuaire de Pluton était le Plutonion, une grotte dans laquelle se produisaient des chutes empoisonnées. Contrairement à Hadès, dont les hommes ne prononçaient même pas le nom, Pluton était vénéré. En ce sens, les deux dieux des morts diffèrent.

Cependant, ils sont similaires dans le mythe au ravisseur de Proserpine (la Perséphone grecque). Le monde souterrain du mythe romain s’appelle « Orcus ». Le monde souterrain du mythe grec est appelé « Hadès », comme le dieu lui-même.

19. Parcènes

La mythologie romaine compte trois déesses du destin : les Parcenas. On les appelle Nona (neuvième), Decima (dixième) et Parca (sage-femme) ou Morta. Les Parcenes étaient à l’origine des déesses de la naissance, c’est pourquoi Nona et Decima portent le nom des mois qui peuvent s’écouler avant une naissance.

Ils forment le pendant des moires grecques Klotho (« le fileur »), Lachesis (« l’arbitre ») et Atropos (« l’inévitable »). Au fil du temps, les parci se sont adaptés au rôle des déesses grecques du destin.

En conséquence, ces tâches du parci ont émergé : Nona file le fil de la vie, Decima décide de la capacité à faire face à la vie et Morta coupe le fil de la vie. Ils sont généralement représentés sans attributs ou avec un fuseau, un bâton libre ou un globe, ainsi qu’un parchemin ou un cadran solaire.

20. Furies

Les Furies sont des déesses romaines de la vengeance et sont le pendant des Erinyes grecques (« les frénétiques »). Parmi eux figurent Alektro (« l’incessant »), Megaira (« la colère envieuse ») et Tisiphone (« le vengeur », « le vengeur »).

Ce sont des personnifications du remords et des défenseurs des principes et des exigences maternelles. Ils sont associés à la fertilité et au culte des morts. Elles vivent dans le monde souterrain et sont souvent décrites comme des célibataires aux cheveux de serpent et aux robes grises. Ils ont du sang ou de la salive empoisonnée qui sort de leurs yeux et ont une odeur insupportable.

Articles liés

Articles récents