vendredi, juillet 19, 2024
AccueilDiversTout savoir sur la mythologie japonaise

Tout savoir sur la mythologie japonaise

La mythologie japonaise constitue essentiellement une compilation de récits légendaires et de contes populaires traditionnels transmis depuis l’Antiquité au Japon. Des documents historiques tels que le Kojiki et le Nihon-shoki, écrits au début du VIIIe siècle, préservent les racines les plus anciennes de cette mythologie. .

La base de la mythologie japonaise repose sur le culte de la nature, principe fondamental du shintoïsme, une religion indigène japonaise qui remonte à la préhistoire. Dans le shintoïsme, la croyance imprègne que les divinités sont présentes dans tout, des êtres vivants aux phénomènes naturels, mettant en avant des éléments tels que le soleil, les montagnes, les rivières et les océans comme divinités.

Dans les sanctuaires shinto du Japon, ces divinités sont souvent vénérées. De plus, les influences des croyances bouddhistes traditionnelles sont également perceptibles dans la formation de la mythologie japonaise.

Cosmogonie

Les documents historiques les plus anciens du Japon, le Kojiki (Records of Ancient Affairs, 712 CE) et le Nihon Shoki (Les Chroniques du Japon, 720 CE), sont riches en mythes et légendes shinto, y compris la cosmogonie, qui raconte l’histoire de la création de le monde et l’univers.

Bien que les Japonais contemporains n’adhèrent pas pleinement à ces récits, l’histoire de la création sert de point de départ à ceux qui s’intéressent à la mythologie japonaise et à son impact sur la culture du pays.

Le mythe de la création décrit le début de l’univers comme un chaos silencieux, où les particules et la lumière ont commencé à se déplacer. Les particules les plus légères formèrent les nuages ​​de takamagahara (La Plaine du Haut Ciel), tandis que les plus lourdes donnèrent naissance à la Terre.

La formation du ciel a donné naissance aux kotoamatsukami (les dieux célestes séparés), avec un accent sur le zouka-sanshin (les trois dieux de la création). Le récit se poursuit avec l’émergence du kamiyo-nanayo (Les Sept Générations de l’Âge des Dieux), détaillant l’apparition de plusieurs kami, dont Izanami et Izanagi, fondamentaux dans la mythologie japonaise.

L’histoire d’Izanagi et d’Izanami implique la création des îles du Japon et l’origine de plusieurs kami. L’histoire couvre des événements tels que le kuniumi (Naissance du pays) et le kamiumi (Naissance des dieux), culminant avec la séparation d’Izanagi et d’Izanami, qui deviennent respectivement les dirigeants des vivants et des morts.

Ces mythes, qui expliquent l’origine de l’univers et des kami, jettent les bases d’autres récits et croyances shinto. Les histoires d’Izanagi et d’Izanami, ainsi que celles d’Amaterasu et Susano’o, sont parmi les plus connues. Dans les prochains textes, j’aborderai les Trois Précieux Enfants, offrant ainsi plus d’informations sur les mythologies japonaises. Restez à l’écoute si vous souhaitez en savoir plus sur ces histoires fascinantes.

Mythologie japonaise

Les principaux mythes japonais, tels qu’ils sont actuellement reconnus, trouvent leur base dans le Kojiki, le Nihonshoki et quelques textes complémentaires. Le Kojiki, également connu sous le nom de « Registre des choses anciennes », est le plus ancien recueil reconnu de mythes, légendes et histoire japonaises.

De plus, Shintoshu, un livre mythologique japonais qui aborde les mythes shinto, propose une explication des origines des divinités japonaises d’un point de vue bouddhiste. À son tour, Hotsuma Tsutae (également appelé Hotuma Tsutaye ou Hotuma Tsutahe) représente une épopée élaborée de l’histoire mythique japonaise, présentant des divergences notables par rapport à la version conventionnelle enregistrée dans le Kojiki et le Nihon Shoki, ou Nihongi.

Mythe de la création et quelques mythes japonais

Les dieux primordiaux ont invoqué deux êtres divins, le mâle Izanagi et la femelle Izanami, leur chargeant de créer la première terre. Pour les aider dans cette tâche, ils reçurent une hallebarde ornée de joyaux appelée Amanonuhoko (Halberde céleste des marais). Ensemble, les divinités se dirigèrent vers le pont entre ciel et terre, Amenoukihashi (Pont flottant du ciel), secouant la mer en contrebas avec la hallebarde.

À partir des gouttes d’eau salée tombées de la hallebarde, l’île d’Onogoro (auto-formée) s’est formée. En descendant du pont céleste, Izanagi et Izanami ont élu domicile sur l’île. Plus tard, désireux de procréer, ils construisirent un pilier appelé Amenomihashira, autour duquel ils bâtirent un palais appelé Yahirodono (la salle dont la superficie est de huit bras carrés).

Alors qu’ils faisaient le tour du pilier dans des directions opposées, lorsqu’ils se retrouvèrent de l’autre côté, Izanami, la divinité féminine, salua en premier, une action considérée comme inappropriée par Izanagi. Malgré cela, ils ont consommé leur union. Le couple a eu deux enfants, Hiruko, Ebisu et Awashima, mais, en raison de leur mauvaise formation, ils n’ont pas été reconnus comme des divinités.

Plaçant les enfants dans un bateau, ils les lancèrent à la mer, cherchant des réponses auprès des autres dieux sur leur erreur. Il a été révélé que le dieu mâle aurait dû saluer en premier lors de la cérémonie. De retour au pilier, Izanagi et Izanami répétèrent le rituel, cette fois avec Izanagi parlant en premier, aboutissant à une union réussie.

De cette union sont nées les Ōyashima, ou les huit grandes îles du Japon. Elles ont généré six autres îles et d’innombrables divinités. Cependant, Izanami mourut en donnant naissance à Kagututi ou Ho-Masubi et fut enterrée sur le mont Hiba. Dans sa rage, Izanagi tua Kagututi, donnant naissance à des dizaines de divinités.

Les dieux nés d’Izanagi et d’Izanami symbolisent des aspects importants de la nature et de la culture, mais leur nombre est trop vaste pour être mentionné ici.

Yomi, le pays sombre des morts

Après avoir pleuré la mort d’Izanami, Izanagi entreprit un voyage à Yomi, la « terre sombre des morts ». Yomi et la terre d’en haut ne différaient pas beaucoup, à l’exception des ténèbres éternelles. Malgré tout, cette obscurité intense a inculqué à Izanagi un désir de lumière et de vie d’en haut.

En cherchant Izanami, il la trouva, mais lorsqu’elle lui cracha dessus, elle lui indiqua qu’il était trop tard, car elle avait consommé la nourriture des enfers, ne faisant plus qu’un avec le pays des morts. Bien qu’il ait accepté de retourner à la surface, il a demandé du temps pour se reposer, ordonnant à Izanagi de ne pas entrer dans sa chambre.

Après une longue attente, en réalisant qu’Izanami ne partait pas, Izanagi s’est inquiété. Lorsqu’il éclaira la pièce avec un peigne, il tomba sur l’horrible forme d’Izanami, maintenant un cadavre en décomposition. Effrayé, Izanagi abandonna sa femme, initiant l’existence de la Mort, provoquée par Izanami, la fière épouse abandonnée.

Amaterasu et Susanoo

Amaterasu, la puissante déesse du soleil du Japon, est la divinité la plus connue de la mythologie japonaise. Sa rivalité avec son frère Susanoo, tout aussi notoire, est décrite dans plusieurs nouvelles. Un récit implique le comportement stupide de Susanoo envers Izanagi, conduisant à son exil à Yomi.

Avant de partir, Susanoo s’est rendu à Takamagahara pour dire au revoir à sa sœur, Amaterasu, et lorsqu’on lui a demandé pourquoi, il a répondu que c’était pour lui dire au revoir. Méfiante, Amaterasu proposa un défi pour prouver sa bonne foi : qui produirait des enfants plus nobles et plus divins. Amaterasu a créé trois femmes avec l’épée de Susanoo, tandis qu’il a créé cinq hommes avec sa chaîne ornée.

Amaterasu a revendiqué la victoire des cinq hommes, mais Susanoo a insisté sur sa propre victoire. Le mécontentement d’Amaterasu a conduit Susanoo à des actes de violence, aboutissant au lancement d’un poney dans sa salle de tissage, provoquant la mort d’un employé. Amaterasu, fuyant, se cacha dans la grotte appelée Iwayado, plongeant le monde dans les ténèbres.

Les dieux tentèrent de persuader Amaterasu de quitter la grotte, mais en vain. La déesse Ama-no-Uzume élabora alors un plan consistant à placer un miroir en bronze dans un arbre, reflétant la grotte. Vêtue de fleurs et de feuilles, elle dansait et provoquait les rires des dieux mâles.

La curiosité d’Amaterasu a été piquée en jetant un coup d’œil, et en voyant son reflet dans le miroir, la lumière de l’aube s’est échappée, l’attirant dehors. Ameno-Tajikarawo l’a retirée, la scellant avec une corde sacrée de shirukume. Entourée de joie, Amaterasu accepta de redonner sa lumière au monde et Uzume devint connue comme la déesse de l’aube et de la joie.

Susanoo et Orochi

Exilé du ciel, Susanoo arriva dans la province d’Izumo, où il trouva un couple avec une fille sur le point d’être dévorée chaque année par le dragon Orochi. Susanoo a proposé son aide en échange de la main de sa belle fille, la transformant en peigne et la cachant dans ses cheveux. Il a construit une barrière autour de la maison avec huit portes, des tables et des tonneaux, pour préparer le saké.

Orochi, alors qu’il tentait de franchir la barrière, fut arrêté. L’odeur du saké le tentait, mais la barrière lui barrait le chemin. Après avoir délibéré sur diverses stratégies, les huit chefs trouvèrent les écoutilles et commencèrent à boire. Susanoo a profité de l’occasion pour attaquer et vaincre Orochi. Il trouva une épée dans la queue du dragon et la présenta à Amaterasu sous le nom d’Ame no Murakumo no Tsurugi, appelé plus tard Kusanagi.

Prince Onamuji

Ōnamuji, un descendant de Susanoo, dirigeait à l’origine la province d’Izumo jusqu’à ce que Ninigi lui succède. Nommé dirigeant du monde invisible, il est considéré comme une divinité de l’édification de la nation, de l’agriculture, des affaires et de la médecine.

En compétition pour la main de la princesse Yakami d’Inaba avec de nombreux frères, Ōnamuji lui conseilla de se baigner dans de l’eau douce et de se couvrir de poudre de fleur « gamma ». Guéri, le lapin révéla à Ōnamuji qu’il épouserait la princesse. Confronté à plusieurs épreuves, dont la mort, Ōnamuji a été sauvé par sa mère Kusanda-hime.

Lorsqu’il fut poursuivi par des ennemis, il s’aventura dans le royaume de Susanoo, où il rencontra Suseri-hime, fille du dieu vengeur. Après les tests, Susanoo approuva Ōnamuji, prédisant sa victoire contre ses frères. Bien que la tradition Yamato attribue la création des îles à Izanagi et Izanami, la tradition Izumo affirme qu’Ōnamuji et Sukunabiko ont contribué ou achevé la création des îles du Japon.

Principales divinités de la mythologie japonaise

Izanami et Izanagi – Les dieux primordiaux japonais de la création

Comme la plupart des mythes de la création, le récit shinto japonais met également en scène des dieux primordiaux. Nommés Izanagi (Izanagi no Mikoto ou « celui qui invite ») et Izanami (Izanami no Mikoto ou « celui qui invite »), ce couple de frères est reconnu comme des êtres divins qui ont établi l’ordre dans la mer du chaos sous la cieux, créant la première masse terrestre sous la forme de l’île d’Onogoro.

Il est intéressant de noter que de nombreux récits s’accordent sur le fait qu’ils ont reçu des conseils pour cette tâche d’une génération antérieure de kami (êtres divins) qui résidaient dans la plaine céleste.

La manière intrigante dont le duo a façonné la masse continentale impliquait de se tenir sur le pont ou l’escalier menant au ciel (Ama-no-hashidate) et de remuer l’océan chaotique en contrebas avec une lance incrustée de bijoux, aboutissant à la formation de l’île d’Onogoro. Cependant, malgré leur apparente ingéniosité, leur première union a donné naissance à une progéniture déformée : le dieu Hiruko (ou Ebisu, évoqué plus loin dans cet article).

Izanagi et Izanami ont continué à créer davantage de terres émergées, donnant naissance à diverses entités divines, façonnant ainsi les huit îles principales du Japon et plus de 800 kami. Malheureusement, au cours de ce processus de création ardu, Izanami est mort à cause de la douleur intense de donner naissance à Kagutsuchi, le dieu japonais du feu, et a ensuite été envoyé aux enfers (Yomi).

Izanagi, en détresse, suivit sa sœur Izanami aux enfers, réussissant à convaincre l’ancienne génération de dieux de lui permettre de retourner dans le royaume des vivants. Cependant, impatient d’avoir attendu si longtemps, Izanagi jeta un coup d’œil prématuré à l’état de « mort-vivante » de sa sœur, qui ressemblait davantage à un cadavre en décomposition.

Une série de kami du tonnerre en colère, attachés à ce corps, chassèrent Izanagi des enfers, et il faillit échapper à Yomi en bloquant l’entrée avec un énorme rocher. Cela a été suivi d’un rituel de purification, entraînant par inadvertance la création d’autres dieux et déesses japonais, tels que Mihashira-no-uzunomiko, dont Amaterasu – la déesse du soleil née en se lavant l’œil gauche ; Tsuki-yomi – le dieu de la lune né du lavage de son œil droit, et Susanoo – le dieu de la tempête né de son nez.

Dans la culture shinto, la purification (harai) est une partie importante du rituel précédant l’entrée dans les sanctuaires sacrés.

Yebisu – Le dieu japonais de la chance et des pêcheurs

Comme mentionné précédemment, Hiruko (« Leach Child »), le premier enfant du duo primordial Izanagi et Izanami, est né déformé en raison d’une transgression du rituel du mariage. Cependant, dans certains récits, Hiruko a été identifié plus tard comme le dieu japonais Yebisu (peut-être à l’époque médiévale), une divinité des pêcheurs et de la chance.

Le mythe de Yebisu a probablement été modifié pour s’adapter à sa lignée divine et assez indigène parmi les kami japonais.

Essentiellement, Yebisu (ou Hiruko), après être né sans os, a été laissé à la dérive dans l’océan à l’âge de trois ans. Malgré ce jugement immoral, l’enfant a réussi d’une manière ou d’une autre à atterrir sur un certain Ebisu Saburo. L’enfant a traversé diverses épreuves pour être nommé Ebisu ou Yebisu, devenant ainsi le dieu patron des pêcheurs, des enfants et, surtout, de la richesse et de la fortune.

Yebisu est souvent considérée comme l’une des principales divinités des Sept Dieux de la Fortune (Shichifukujin), dont le récit est influencé par le folklore local plutôt que par l’influence étrangère. Quant aux représentations, malgré ses nombreuses adversités, Yebisu conserve son humour jovial (souvent qualifié de « dieu qui rit ») et porte une haute casquette pointue pliée en deux appelée kazaori eboshi. Sur une note intéressante, Yebisu est également le dieu des méduses, compte tenu de sa forme initiale désossée.

Kagutsuchi – Le dieu japonais du feu destructeur

Kagutsuchi (ou Homusubi – « celui qui allume le feu »), le dieu japonais du feu, est encore un autre descendant des Izanagi et Izanami primordiaux. Dans un tragique coup du sort, l’essence ardente de Kagutsuchi a brûlé sa propre mère, Izanami, l’envoyant à la mort et aux enfers. Dans un acte de rage et de vengeance, son père, Izanagi, décapita Kagutsuchi, et le sang versé donna naissance à d’autres kami, notamment des dieux martiaux du tonnerre, des dieux de la montagne et même un dieu dragon.

En termes simples, Kagutsuchi est considéré comme l’ancêtre de plusieurs divinités puissantes qui ont influencé la création du fer et des armes au Japon, reflétant peut-être l’influence étrangère sur différentes armes japonaises.

Sur le plan historique et culturel, Kagutsuchi, en tant que dieu du feu, était naturellement perçu comme un possible agent de destruction des structures japonaises, généralement constituées de bois et d’autres matériaux combustibles. Dans la religion shinto, il devient le centre de rituels d’apaisement tels que la cérémonie Ho-shizume-no-matsuri, une coutume impériale destinée à conjurer les effets destructeurs du Kagutsuchi pendant six mois.

Amaterasu – La déesse japonaise du soleil levant

Amaterasu ou Amaterasu Omikami (« le glorieux kami qui illumine du ciel »), également connu sous le nom d’Ōhirume-no-muchi-no-kami (« le grand soleil des kami »), est vénéré comme la déesse du soleil et la souveraine du royaume des kami – la Haute Plaine Céleste ou Takama no Hara.

En tant que Reine des Kami, elle défend la grandeur, l’ordre et la pureté du soleil levant, en plus d’être l’ancêtre mythique de la famille impériale japonaise, se connectant à sa lignée dans la culture japonaise. Son épithète met en valeur son rôle de chef des dieux, dont le règne est accordé directement par son père, Izanagi, le créateur de nombreux dieux et déesses japonais.

Un mythe shinto crucial révèle qu’Amaterasu, en tant que l’un des Mihashira-no-uzunomiko, est né du lavage de l’œil gauche d’Izanagi, comme mentionné précédemment. Un autre mythe populaire raconte comment Amaterasu s’est enfermée dans une grotte après une violente altercation avec Susanoo, le dieu de la tempête.

Malheureusement, son aura rayonnante, symbolisant le soleil resplendissant, était cachée, plongeant les terres dans l’obscurité. Ce n’est qu’après une série de distractions amicales et de farces inventées par d’autres dieux japonais qu’elle fut convaincue de quitter la grotte, ce qui entraîna le retour du soleil radieux.

En ce qui concerne la lignée culturelle, la lignée impériale japonaise dérive mythiquement du petit-fils d’Amaterasu, Ninigi-no-Mikoto, à qui sa grand-mère a offert de gouverner la Terre. D’un point de vue historique, Amaterasu a toujours été une figure importante sur les terres japonaises, de nombreuses familles nobles se réclamant de la divinité solaire. Son importance s’est considérablement accrue après la restauration Meiji, conformément aux principes de la religion d’État shinto.

Tsukiyomi – Le dieu japonais de la Lune

Contrairement à de nombreuses mythologies occidentales, la divinité de la Lune dans le shintoïsme japonais est masculine, recevant l’épithète Tsukiyomi no Mikoto ou simplement Tsukiyomi (tsuku signifie probablement « lune, mois », et yomi fait référence à « lecture »). Il fait partie des Mihashira-no-uzunomiko, né du lavage de l’œil droit d’Izanagi, faisant ainsi de lui le frère d’Amaterasu, la déesse du soleil. Dans certains mythes, il naît d’un miroir en cuivre blanc dans la main droite d’Izanagi.

Quant au récit mythique, Tsukiyomi, le dieu de la lune, épousa sa sœur Amaterasu, permettant ainsi l’union du soleil et de la lune dans un même ciel. Cependant, la relation fut rompue lorsque Tsukiyomi tua Uke Mochi, la déesse de la nourriture.

Cet acte odieux était apparemment motivé par le dégoût de Tsukiyomi de voir Uke Mochi cracher divers aliments. En réponse, Amaterasu s’est détaché de Tsukiyomi, se déplaçant vers une autre partie du ciel, séparant complètement le jour et la nuit.

Susanoo – Le dieu japonais des mers et des tempêtes

Susanoo, né du nez d’Izanagi, le père des dieux japonais, fait partie du trio Mihashira-no-uzunomiko, étant le frère d’Amaterasu et Tsukiyomi. Concernant ses attributs, Susanoo est considéré comme un kami capricieux et échevelé, sujet à des sautes d’humeur chaotiques, reflétant son pouvoir sur les tempêtes en constante évolution. Mythiquement, sa nature bienveillante et malveillante s’étend également aux mers et aux vents près de la côte, où se trouvent nombre de ses sanctuaires dans le sud du Japon.

Susanoo est célébré dans le folklore shinto comme le champion rusé qui a vaincu le méchant dragon, Yamata-no-Orochi, en coupant ses dix têtes imbibées d’alcool. Après cet exploit, il récupère la célèbre épée Kusanagi-no-Tsurugi et remporte la main de la femme qu’il a sauvée du dragon.

D’un autre côté, Susanoo est dépeint de manière négative, reflétant la nature chaotique du dieu de la tempête, notamment dans sa rivalité avec Amaterasu, le chef et déesse du soleil des kami.

À une occasion, leur défi mutuel est devenu amer, conduisant Susanoo à détruire les rizières de la déesse du soleil et même à tuer l’un de ses assistants. En réponse, Amaterasu en colère se retira dans une grotte sombre, privant le monde de sa lumière divine, tandis que Susanoo quittait le ciel.

Raijin et Fūjin – Les dieux japonais de la météo

Raijin et Fūjin sont considérés comme les puissants kami des éléments de la nature, et peuvent être favorables ou désagréables aux difficultés des mortels. Raijin est la divinité du tonnerre et de la foudre, déclenchant des tempêtes avec son marteau et ses tambours. Il est représenté avec trois doigts, symbolisant le passé, le présent et le futur.

Fūjin, le redoutable et monstrueux kami des vents, porte des coups de vent et des rafales de vent dans un sac sur ses épaules. Dans certains mythes, c’est Fujin qui sauva le Japon lors des invasions mongoles en déclenchant un typhon sur la flotte qui approchait, appelé plus tard kamikaze (« vent divin »). D’autres mythes relient Fujin à l’œuvre de Hachiman, le dieu de la guerre.

Il existe une hypothèse selon laquelle Fujin aurait été inspiré par la divinité gréco-bouddhiste Wardo, vénérée le long de la Route de la Soie, qui, à son tour, dériverait du dieu grec du vent Boreas.

Ame-no-Uzume – La déesse japonaise de l’aube et de la danse

Ame-no-Uzume, la divinité féminine joviale de l’aube, est l’assistante d’Amaterasu, la divinité du soleil. De plus, elle représente la spontanéité de la nature, étant la patronne de la créativité et des arts du spectacle, dont la danse.

Dans l’un des mythes centraux du shintoïsme, Amaterasu, la déesse du soleil, s’est enfermée dans une grotte sombre après un combat avec Susanoo, plongeant le monde dans les ténèbres. Pour distraire les autres kami anxieux, Ame-no-Uzume, avec sa spontanéité et sa créativité, s’est recouverte de feuilles de l’arbre Sakaki, a poussé des cris de joie et a exécuté une danse au sommet d’une plate-forme.

L’action audacieuse d’Ame-no-Uzume, notamment le fait de retirer ses vêtements, a suscité le rire parmi les dieux, éveillant la curiosité d’Amaterasu, qui a finalement quitté la grotte, redonnant au monde la lumière du soleil radieuse.

Hachiman – Le dieu japonais de la guerre et du tir à l’arc

Hachiman, également connu sous le nom de Yahata no kami, représente le syncrétisme entre le shintoïsme et le bouddhisme dans le Japon médiéval. Vénérée comme le dieu de la guerre, du tir à l’arc, de la culture et même de la divination, cette divinité a probablement gagné en importance avec la création de plusieurs sanctuaires bouddhistes dans le pays à partir du 9ème siècle après JC.

Dans ce contexte de chevauchement culturel, Hachiman, le kami de la guerre, est également vénéré comme bodhisattva, agissant comme gardien de nombreux sanctuaires au Japon.

Intrinsèquement associé à la guerre et à la culture, Hachiman était considéré comme responsable de l’héritage et de l’influence de la société japonaise montante. Mythiquement, l’un de ses avatars était associé à l’impératrice Jingu, qui mena une invasion de la Corée, tandis qu’un autre renaît sous le nom d’empereur Ojin à la fin du IIIe siècle après JC, attirant des érudits chinois et coréens à sa cour.

Hachiman a également été proclamé divinité protectrice du clan influent Minamoto au 11ème siècle après JC, qui a promu leur cause politique et revendiqué la lignée du semi-légendaire Ojin. Dans un mythe populaire, Hachiman a sauvé le Japon pendant les invasions mongoles en déclenchant un typhon sur la flotte qui approchait, plus tard appelé kamikaze (« vent divin »).

Inari – La divinité japonaise de l’agriculture (riz), du commerce et des épées

Inari, considéré comme l’un des kami les plus vénérés du panthéon shinto, est le dieu du riz, associé à la prospérité, à l’agriculture et à l’abondance. Souvent représenté de manière androgyne, Inari est aussi le saint patron des marchands, des commerçants, des artistes et des forgerons, étant, dans certains mythes, un descendant de Susanoo, le dieu de la tempête.

De plus, Inari est associée à des esprits bienveillants tels que Hettsui-no-kami (déesse de la cuisine) et Uke Mochi (déesse de la nourriture) dans les traditions shinto. Dans les traditions bouddhistes, Inari est vénéré comme Chinjugami (protecteur des temples) et Dakiniten, dérivé de la divinité hindoue-bouddhiste indienne, dakini.

Kannon – La divinité japonaise de la miséricorde et de la compassion

Kannon, l’une des divinités bouddhistes les plus importantes du Japon, est vénérée comme le dieu de la miséricorde, de la compassion et même des animaux de compagnie, agissant comme un bodhisattva. Sa figure est dérivée d’Avalokitêśvara, une divinité indienne dont le nom en sanskrit signifie « Seigneur qui respecte tout ». Kannon est vénéré sous différentes formes de genre, comme Koyasu Kannon, qui représente l’aspect procréateur, et Jibo Kannon, qui représente la mère aimante.

Kannon est également vénéré dans d’autres confessions religieuses au Japon, étant un compagnon d’Amaterasu dans le shintoïsme et assimilé à Maria Kannon dans le christianisme.

Jizo – Le dieu gardien japonais des voyageurs et des enfants

Jizo, un autre Bodhisattva parmi les dieux japonais, est vénéré comme le protecteur des enfants, des faibles et des voyageurs. Dans le récit mythique, Jizo soulage les souffrances des âmes perdues en enfer en les guidant vers le paradis occidental d’Amida, où les âmes sont libérées de la renaissance karmique.

Dans un élément touchant des traditions bouddhistes, Jizo aide les âmes des nourrissons en les portant dans les manches de ses robes. Présentant un visage joyeux, ce dieu japonais est souvent représenté comme un simple moine, renonçant aux ornements ostentatoires qui sied à un dieu japonais important.

Articles liés

Articles récents